Aller à…
RSS Feed

28 septembre 2021

Mali : glissade dans l’horreur


Vendredi 22 février 2013

Mali : glissade dans l’horreur

http://files.newsnetz.ch/story/2/3/7/23750258/1/topelement.jpg

Combats dans Gao ce jour, oui la france fait la guerre.

 

C’est Weekend, donc on ne parle pas du Mali du moins en France.

 

Avant de lire ce que nous rapporte  http://www.24heures.ch/images/logos/LogoKlein.png, il n’est pas inutile de rappeler la responsabilité de ceux qui ont mené une action coalisée contre la Lybie et ont, en France dans la majorité et l’opposition, aidé ou laissé les mains libres à Sarkozy pour créer les conditions de la déstabilisation de la Région.

 

Les peuples en subissent les conséquences et la Fance toujours alliés au Qatar et à aux monarchie du Golfe persiste à commercer avec les soutiens des ingégriste djihadistes, pire à soutenir les milice qui en syriie viennent aujourd’hui de faire 60 mortss dans la population par un attentat de type OAS.

 

Démonstration s’il le fallait que c’est plus le quadrillage géologique que l’intérêt des peuples qui met les pas de Blummolet et sa bande dans ceux de la camarilla de Sarkozy.

 

Voici ce que nous apprenons et qu’à cette heure (19h30)* la presse française en ligne ne rapporte   toujours pas :

 

http://www.24heures.ch/images/logos/LogoKlein.pngen Suisse

 

L’ONU évoque «des atrocités» dans le nord du Mali

Mis à jour à 17h24

L’ONU a fait état vendredi «d’informations terrifiantes» sur des «atrocités» commises dans le nord du Mali, et le CICR a pour sa part affirmé que la situation «n’est pas du tout stable».

 

«Nous recevons du nord du pays des informations terrifiantes sur des atrocités», a affirmé le porte-parole du Bureau des Affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) Jens Laerke. Il a mentionné des assassinats, enlèvements, viols et le recrutement forcé d’enfants.

Le porte-parole n’a pas précisé qui sont les auteurs de ces violences. Depuis l’intervention française le 12 janvier, l’ONU a recensé 16’000 personnes déplacées supplémentaires, a-t-il indiqué. Il a ajouté que des besoins humanitaires urgents existent dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’alimentation.

Les agences de l’ONU se sont aussi inquiétées de la présence de mines et d’engins non explosés qui entravent l’acheminement de l’aide. Quelque 700’000 enfants ont dû interrompre l’école et une école sur trois ne fonctionne pas dans le nord. Toutes les écoles sont fermées à Kidal, a précisé une porte-parole de l’UNICEF.

Situation instable

Pour le chef de la délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) au Mali et Niger, Jean-Nicolas Marti, de passage à Genève, la situation au Mali n’est «pas du tout stable». Selon lui, les attaques suicides risquent de perdurer, et la «situation actuelle n’est pas propice au retour des populations».

La rébellion touareg, qui collabore avec l’armée française dans le nord-est du pays, a été vendredi la cible d’un attentat-suicide qui a fait cinq morts, dont deux kamikazes, et plusieurs blessés dans les rangs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et parmi les civils.

Cette région montagneuse des Ifoghas, entre Kidal et Tessalit, sert de refuge à de nombreux islamistes armés liés à Al-Qaïda traqués par l’armée française depuis plusieurs semaines, mais elle est aussi le berceau des Touareg.

Le MUJAO accusé

Le porte-parole de MNLA a accusé le groupe islamiste Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) d’être à l’origine de cet attentat. Selon la source sécuritaire malienne, «les terroristes» ont attaqué des alliés aux forces françaises.

Jeudi, un porte-parole de l’armée française, interrogé sur une éventuelle collaboration avec le MNLA, a déclaré «se coordonner» effectivement avec «les groupes qui ont les mêmes objectifs» que Paris.

Le MNLA, laïc, qui avait lancé une offensive en janvier 2012 dans le nord du Mali contre l’armée malienne avec les groupes islamistes armés, en avait très vite été évincé par eux des grandes villes de Gao, Tombouctou et Kidal. Il est réapparu à Kidal et Tessalit.

Le MUJAO avait revendiqué un «attentat» à Kidal (1500 km au nord-est de Bamako), où un véhicule a explosé jeudi près d’un camp de militaires français et tchadiens, tuant son conducteur. Les forces françaises avaient repris fin janvier le contrôle de l’aéroport de Kidal. La ville est contrôlée depuis peu par le MNLA qui y refuse la présence de soldats maliens.

Combats à Gao

A 350 km au sud-ouest de Kidal, à Gao, des soldats maliens ont tiré à l’arme lourde vendredi sur la mairie où s’étaient retranchés la veille des islamistes armés lors de violents combats avec l’armée malienne, appuyée par l’armée française,

Un militaire malien avait indiqué auparavant que de «nombreux» corps de jihadistes portant des ceintures d’explosifs et tenant à la main des grenades dégoupillées étaient encore dans la mairie et dans le Palais de justice proche.

Selon l’armée française, entre quinze et vingt islamistes ont été tués, deux soldats français «très légèrement blessés» et «quatre soldats maliens auraient été blessés» au cours des combats de jeudi.

Dans la nuit de jeudi à vendredi et dans la matinée de vendredi, des coups de feu ont été tirés en divers endroits de Gao, où des snipers islamistes étaient positionnés sur les toits. Le MUJAO a affirmé avoir envoyé des combattants dans la ville pour la «libérer des mécréants». Il a affirmé que «la bataille» ne faisait «que commencer» pour reconquérir Gao, Kidal et Tombouctou. 

 

Voici comment Le Monde plus de 15h00 après reprend l’information : link 

Rien dansLibé), pas de mise à jour pour l’Huma qui a garder l’info d’hier matin en une, le Figaro ne connait plus le Mali.

 

La Guerre faite par la France reste aux abonnées absents mais vous saurez tout sur la traite des blanches : les charolaises du salon de l’agriculture font la une de la presse nationale et régionale.

 

C’est le cas de le dire ça va de mal en pis.

 

http://www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2_archive/storage/images/contenus/articles/2012/02/10/la-creme-des-charolaises-a-paris/15806161-1-fre-FR/La-creme-des-charolaises-a-Paris_image_article_large.jpg

Partager

Plus d’histoires deLibye