Aller à…
RSS Feed

30 octobre 2020

Tunisie : les djihadistes défient le gouvernement


Tunisie : les djihadistes défient le gouvernement

jeudi 16 mai 2013, par La Rédaction d’ASSAWRA

Le rassemblement de djihadistes aura lieu comme prévu dimanche malgré son interdiction par le gouvernement dirigé par le parti islamiste Ennahda, a déclaré le porte-parole d’Ansar al-Sharia, le groupe islamiste radical qui l’organise. « Nous ne demandons pas l’autorisation du gouvernement pour prêcher la parole de Dieu et le mettons en garde contre toute intervention de la police pour empêcher la tenue du congrès », a déclaré Seifeddine Raïs lors d’une conférence de presse jeudi à Tunis. « Le gouvernement sera responsable de toute goutte de sang qui sera versée », a-t-il averti, affirmant que plus de 40 000 personnes étaient attendues au rassemblement annuel prévu dimanche à Kairouan, dans le centre de la Tunisie.

Le gouvernement tunisien a décidé d’interdire ce rassemblement sous prétexte que les organisateurs n’ont pas obtenu d’autorisation comme l’exige la loi, avait indiqué mercredi Rached Ghannouchi, l’influent chef d’Ennahda au pouvoir. « Les autorités doivent appliquer la loi sans distinction, nous soutenons la fermeté du gouvernement à faire appliquer la loi pour tous », avait-il déclaré, dénonçant l’usage de la violence au nom de l’islam. Le ministère tunisien de l’Intérieur a exigé récemment l’obtention d’une autorisation préalable à toute activité publique des partis et associations, mais il n’avait encore pas fait connaître sa décision jeudi. Le ministre de l’Intérieur Lotfi Ben Jeddou, un indépendant, a menacé de poursuivre « toute personne appelant au meurtre, incitant à la haine (…) ou plantant des tentes de prêche », en allusion au dispositif utilisé par les salafistes pour prêcher et diffuser leurs idées.

Le gouvernement a enclenché un bras de fer à haut risque avec les djihadistes, alors que la Tunisie est confrontée depuis la révolution de janvier 2011 à la montée de groupuscules salafistes responsables de violences. Ennahda est accusé par l’opposition d’avoir fait preuve de laxisme face à cette mouvance rigoriste de l’islam sunnite. Le chef d’Ansar al-Sharia, Saif Allah Bin Hussein (Abou Iyadh), un vétéran d’Afghanistan ayant combattu avec al-Qaida, a menacé récemment de faire la guerre au gouvernement et accusé Ennahda de mener une politique contraire à l’islam.

(16-05-2013 – Avec les agences de presse)

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,