Aller à…
RSS Feed

25 octobre 2020

50ans de misère africaine


50ans de misère africaine

normal_statue orduresIl suffit de les voir se réunir pour comprendre la fatuité de leur rencontre. Sapés , brillant de brillantine, éclatant de lin et polyester costumés et gesticulant à l’envie,  les représentants de l’Union Africaine fêtent dans le faste cérémonial le cinquantième anniversaire de l’Organisation .

Mais que fêtent-ils au juste, assemblés dans ce siège de l’Organisation offert (meubles et immeuble) par les chinois? Un anniversaire. Une cérémonie de faste dans une Afrique de misère.

Mais de quoi pourraient-ils se targuer pour fêter en grande pompe l’Anniversaire de l’Union Africaine ?

L’Union Africaine c’est l’organisation continentale qui depuis 50 ans œuvre à l’indépendance de l’Afrique et à son développement et cinquante ans après, qu’est devenue l’Afrique ?

La misère

En terme de PIB, les 20 pays les plus pauvres du monde sont africains. L’Indice de développement humain (IDH) de la plupart  des pays africains est inférieur à 0,5 ( inférieur à 0,4 au Sahel.)

Les populations de la majorité des pays africains, vivent en dessous du seuil de pauvreté avec moins de 2 dollars par jour. Et cela n’épargne pas les « riches » pays africains, comme l’Afrique du sud où le tiers de la population est concerné par une pauvreté galopante.

La sous-alimentation et la malnutrition sont le lot des populations urbaines et rurale qui dispose de moins de 1 médecin pour 100 000 habitants . L’analphabétisme atteint 70% de la population adulte  et le chômage frappe de plein fouet une jeunesse laissée pour compte.

Les richesses du sol et du sous-sol sont pillées par des multinationales avec des contrats cédés par des gouvernants corrompus et exécuté en  surexploitant une main d’œuvre africaine à bas prix.

Le revenu de l’exploitation des richesses ne profite ni directement aux populations par le rehaussement de leur niveau de vie (distribution de richesse) ni indirectement à travers les infrastructures (formation brute de capital fixe).

Le revenu national est détourné  par les dirigeants africains et leurs alliés nationaux et internationaux et ne sert qu’à les enrichir ou préparer leur pérennité au pouvoir.

Le népotisme

Certains de ceux qui se réunissent pour fêter l’anniversaire de l’UA s’accrochent au pouvoir dans leur pays depuis plus de 20 ans au mépris de leurs peuples et de leurs droits, d’autres sont là pour dénoncer les mandats d’arrêts de la CPI lancés contre-eux pour génocide et crime contre l’humanité. Certains sont  des putschistes auto-légalisés par des élections douteuses. Et  la majorité se maintient grâce à l’appui souvent non dissimulé de puissances étrangères.

L’Union africaine est une faillite dont l’expression la plus récente fut la désastreuse occupation du Mali qui fut libéré par la France (lire sur ce blog: Vive l’Afr…ance ! ) . Que faisait durant cette période l’Union Africaine. Rien, ça papotait ; ça gesticulait et ça recherchait de l’argent pour financer la reconquête du mali. En attendant les populations ont été martyrisées, un patrimoine mondiale saccagé et brûlé au Mali…et l’Union Africaine fête son cinquantième anniversaire.

L’Union Africaine c’est un « machin » qui n’a aucune viabilité réelle car l’on ne peut  comprendre qu’une organisation qui veut l’indépendance (politique, économique et sociale) de l’Afrique soit elle-même dépendante !

D’abord à l’intérieur,  dépendante de la volonté de chefs d’Etats africains comprenant des potentats et des dictateurs notoires et,  ensuite, à l’extérieur du financement américain et européen.

La dépendance

Une spécialiste de l’Afrique professeur associée à l’Université Libre de Berlin , Salua Nour, affirme que : « L’UA ne peut pas exister sans les ressources financières qui proviennent de l’Union Européenne, des Nations Unies et des Américains. Ce n’est même pas 10% qui sont assurés par les pays africains. »[1]

Non seulement dépendante du financement extérieur, l’Union Africaine utilise la quasi-totalité de ses ressources financières au fonctionnement de sa bureaucratie et de ses institutions  dormantes.

Cela permet de mieux comprendre l’impuissance de l’Union Africaine.

En effet avec un budget 164 millions de dollars[2], en 2009, l’Union Africaine l’a utilisé comme suit :

64,4 millions de dollars soit 39 % de son budget ont été utilisées pour le fonctionnement de sa Commission (en Salaires et pensions, Missions et autres frais de fonctionnement, Conférences et séminaires, transport, communications, impression et journaux)

26 millions de dollars soit 16 % du budget dans le fonctionnement d’institutions dont l’efficacité est douteuse (Parlement panafricain), nulle (Cour de Justice), relative (Commission des droits de l’homme et des peuples) ou inexploitée (Conseil économique, social et culturel).

Le reste s’investit dans un fond de paix qui ne reçoit que 4, 1 million de Dollars (montant inférieur aux frais de mission des fonctionnaires) en dons et subventions (3,1 millions de dollars), commissions bancaires et pertes de change (1,3 millions de dollars) et audit externe (0,8 millions de dollars)

Quant à la part du budget pour financer les programmes dits « spéciaux », elle s’élève à 62,7 millions de dollars soit plus de 38 % du budget de l’UA et elle est provient entièrement de l’aide extérieure !

Comment une organisation peut-elle œuvrer à l’indépendance   d’un continent alors qu’elle est, elle-même, dépendante. Dépendante financièrement du reste du monde, dépendante politiquement de ses propres Etats-membres dirigés pour la plupart par des gouvernants dépendants de l’extérieur jusque dans leur propre politique et dans leur budget national.

Alors de renaissance africaine, il n’y aura que des statuts, des monuments et des cérémonies. A la gloire de qui, de quoi ? L’état d’une organisation continentale ne se reflète-t-il pas dans la misère des peuples du Continent.

Sanglots de Lumumba, soupirs de Nkruma… misère des peuples.

Pr ELY Mustapha


[1] http://www.dw.de/anniversaire-en-demi-teinte-pour-lua/a-16820793

[2] http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20100201171529/

Une réponse “50ans de misère africaine”

  1. cromagnon
    1 juin 2013 à 13 h 35 min

    l’AFRIQUE UNIE en une SEULE NATION gouvernerait le monde de POUILLEUX que nous sommes!!!!!!!
    je sais les rêves et les contes se trouvent dans les livres pour COUILLONS

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,