Aller à…
RSS Feed

26 octobre 2020

Des documents personnels de Jacques Vergès bientôt remis à l’Algérie


Des documents personnels de Jacques Vergès bientôt remis à l’Algérie
Article | 14. mars 2014

Des documents personnels du défunt avocat français Jacques Vergès seront prochainement remis à l’Algérie, a annoncé jeudi le Bâtonnier du Barreau de Paris, Me Pierre-Olivier Sur. Ce sont des documents que j’ouvre pour la première fois, et que j’ai achetés à la vente des derniers biens immeubles et meubles de Jacques Vergès après sa mort », a-t-il déclaré, au cours d’un colloque sur les investissements étrangers en Algérie, organisé à Paris par la Commission juridique Paris-Alger. «Vous savez à quel point Jacques Vergès aimait l’Algérie. Le poids qu’il y a laissé : un souvenir assez remarquable de courage et de marque qui restera dans l’histoire des deux pays d’un avocat extraordinairement courageux», a ajouté Me Sur.

Ces documents consistent essentiellement en des cartes, des échanges et autres décorations que le Bâtonnier de Paris compte remettre, à la faveur d’une prochaine visite en Algérie, au Bâtonnat d’Alger pour son Musée. «Cela sera mon cadeau à l’Algérie, un pays que j’ai visité à moult reprises et où les avocats français sont merveilleusement accueillis», a-t-il dit à l’adresse d’un auditoire composé essentiellement de l’ambassadeur d’Algérie en France, d’avocats et d’opérateurs économiques français et algériens. Avocat anticolonialiste et un des défenseurs des militants du FLN durant la guerre de libération nationale, Jacques Vergès est décédé en août dernier à Paris suite à une crise cardiaque à l’âge de 88 ans.

Les Algériens retiendront surtout de ce remarquable avocat sa défense de la moudjahida Djamila Bouhired, une cliente qu’il épousera par la suite et avec qui il aura deux enfants, Meriem et Lyès. Une foule compacte, composée essentiellement de proches, de personnalités politiques à l’instar de l’avocat et ancien ministre Roland Dumas, de la ministre de la culture, Khalida Toumi, de la moudjahida et vice-président du Sénat, Zohra Drif-Bitat, des avocats en toges et des anonymes, avaient accompagné celui qu’on surnommait «l’avocat du diable» à sa dernière demeure, au cimetière du Montparnasse à Paris.
R. N.

L’église était trop petite. Il y avait autant de monde dehors que dedans. Nous, les anticolonialistes, avions décidé d’assister à son service funèbre avec notre ami Dieudonné. Nous voulions rendre un dernier hommage à ce grand avocat qui s’était aussi engagé contre la guerre contre l’Irak, la Libye et dernièrement la Syrie.
ginette

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,