Aller à…
RSS Feed

20 octobre 2020

Appel de toutes les forces démocratiques et progressistes tunisiennes pour s’opposer au prochain prêt toxique de l’U.E à la Tunisie


Appel de toutes les forces démocratiques et progressistes tunisiennes pours’opposer au prochain prêt toxique de LU.E à la Tunisie
10/04/2014

Merci, (en plus qu’on est dégoûtés on suit plus du tout l’actualité « nationale » ici c’est donc La Voix de la Libye.com qui nous informe…). C’est très intéressant. Oui, ils se réveillent un peu… Et ils démontrent eux-mêmes qu’il n’y a jamais eu de révolution.

Celui qu’ils appellent « dictateur » faisait en fait sa dictature économique au peuple et cette dictature c’était quoi? Les diktats du FMI justement! Mais au moins ça marchait un peu et le pays n’était pas en situation de guerre depuis 3 ans.

Une révolution c’est avant tout un changement des structures économiques: par exemple, remplacer le FMI par une coopération majeure avec la Jamahiriya ou la Russie, la Chine, l’Iran (BRICS…), etc…

La « révolution » n’a pas du tout changé les structures économiques. Elle a changé les têtes de ceux qui gèrent la « coopération » avec le FMI et les autres institutions du même style. En plus, leur « révolution » elle a cassé le tourisme et le commerce normal avec la Libye.

Anne Nahda et son pantin Marzouki sont donc nus devant le peuple puisqu’ils ont remplacé le FMI par le FMI! Quelle farce!

L’organisation « Les Diplomés chomeurs » ils sont bien aussi. Ils font des actions « choc ». Par exemple, ils ont fait une manifestation avec des brouettes avec dedans leurs diplomes et ils disaient: « à vendre ». Donc ils vendaient leurs diplomes (qui ne leur sert plus à rien dans la Tunisie maintenant gouvernée par des « révolutionnaires »).

PS BEN KIMOUNE à Jerba, confirme que lui-même il va parler en bien de la luminosité matinale à Jerba durant les « Réunions du Printemps Arabe du Groupe de la Banque mondiale et du FMI »

http://www.leaders.com.tn/article/ban-ki-moon-a-djerba-il-faut-soutenir-la-tunisie?id=13776

Donc il faut dire aux révolutionnaires qui font du tapage qu’on peut dormir tranquilles.

———————————————————————

Appel de toutes les forces démocratiques et progressistes tunisiennes pour s’opposer au prochain prêt toxique de l’Union européenne à la Tunisie

by entreleslignesentrelesmots

Les associations et les organisations signataires de cet appel exhortent toutes les forces démocratiques et progressistes tunisiennes à s’associer activement et de manière déterminante dans les efforts que ne cessent de déployer de nombreuses organisations, réseaux et parlementaires, tant en Tunisie qu’en Europe, afin de s’opposer au nouveau prêt toxique que l’Union Européenne projette d’octroyer à la Tunisie.
Ce nouveau prêt, d’une valeur de 300 millions d’euros, c’est-à-dire plus de 650 millions de dinars, sera soumis à l’approbation du Parlement européen le 16 avril 2014 prochain. C’est un prêt qui est hautement toxique parce qu’il exige l’application stricto sensu des conditionnalités imposées par le Fonds monétaire international (FMI). Ces conditions vont à l’encontre des revendications du peuple tunisien exprimées à travers sa révolution. Elles portent atteinte de manière flagrante aux droits économiques et sociaux de la majorité des tunisiennes et des tunisiens. Leurs applications ne feront qu’aggraver l’impasse économique et sociale actuelle. De plus, elles augmenteront considérablement le prix que nécessitera la sortie de cette crise.
Nous rappelons que le programme du FMI compte parmi ses nombreuses conditions injustes :

la recapitalisation et la restructuration des banques publiques en vue de les privatiser,
la révision du Code du travail pour le rendre plus flexible et réduire davantage les droits des travailleurs, la baisse des salaires réels et le gel de l’emploi dans la fonction publique,
la révision néolibérale à la baisse des régimes de retraite et d’assurance maladie afin de diminuer les droits des salariés et des classes populaires,
l’arrêt progressif de toute subvention aux produits alimentaires et aux sources d’énergie de consommation populaire.

Dans le même temps, le programme du FMI prévoit d’élargir davantage les libertés et les privilèges du capital et des grandes fortunes par le biais de la baisse de l’impôt sur les profits des sociétés, les privatisations et le renforcement du système d’exonérations fiscales dont bénéficie les investissements directs étrangers. Il s’agit aussi de renforcer la primauté des droits du capital dans tous les domaines sur les droits nationaux, en renforçant les droits de propriété du capital étranger dans les secteurs des services et de l’agriculture.
C’est la même logique dominante que vise à imposer, élargir et approfondir le programme du FMI. C’est contre cette même logique, qu’un mouvement populaire de contestation s’est dressé spontanément, les 7-8-9 janvier dernier, pour rejeter les nouvelles redevances que voulaient appliquer ce programme sur tout le secteur des transports. Ce mouvement a fini par avoir raison contre ces redevances et contre le gouvernement qui voulait les imposer.
Pour ces raisons, les organisations et les associations signataires, vous appellent à réagir rapidement et collectivement contre ce projet de crédit. Plus particulièrement, pour appeler les eurodéputé-e-s à voter la suppression des conditions qui ne feraient que rendre ce prêt, économiquement et socialement hautement toxique pour la Tunisie. Le gouvernement doit décider souverainement de l’utilisation des 300 millions d’euros. Cet argent devra être affecté en fonction des priorités et des besoins fondamentaux du peuple tunisien. Il est urgent que cet argent soit affecté pour :

la création d’emplois pour les centaines de milliers de chômeurs,
mettre fin à la dégradation dangereuse du pouvoir d’achat de l’ensemble du peuple tunisien,
l’amélioration de l’état de la santé publique, combattre toutes les formes de pollution de l’environnement,
financer la réforme du secteur de l’enseignement publique qui tombe en ruine,
porter secours aux populations des quartiers populaires et des régions de l’intérieur, surtout en mettant en œuvre un plan national de lutte contre l’extrême pauvreté.

Nous tenons à rappeler, à ce propos, que près de 85% des nouveaux crédits contractés depuis la chute du dictateur ont été affecté au remboursement de sa dette odieuse.
Les créanciers européens (France, Allemagne, Italie, Belgique, BEI, etc) doivent prendre leurs responsabilités en annulant cette dette odieuse sans condition. Les parlementaires européens doivent les y pousser au moment du vote d’avril conformément à leurs propres engagements. En attendant cette annulation, il est urgent de suspendre le remboursement de la dette extérieure de la Tunisie et de réaliser un audit intégral de cette dette.
Tunis, le 25 mars 2014

Raid Attac Cadtm Tunisie,
Union Générale des Etudiants de Tunisie,
Union des diplômés chômeurs,
Organisation Tunisienne pour la Citoyenneté
Rencontre Citoyenne de lutte contre la dictature de la dette

Publié sur le site du CADTM
entreleslignesentrelesmots | 8 avril 2014 à 6 h 14 min | Catégories: ATTAC/COPERNIC /CADTM/CETIM, Europe, Maghreb | URL: http://wp.me/pRE4U-3Gw

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,