Aller à…
RSS Feed

24 novembre 2020

Rassemblement pour la commémoration de ladéportation des filles et fils d’Africains


2 Réponses “Rassemblement pour la commémoration de ladéportation des filles et fils d’Africains”

  1. SEITU KARANJA
    27 avril 2014 à 18 h 53 min

    Il s’agit bien sûr d’un événement important. Ce qui n’empêche pas de constater quelques faiblesses dans l’approche :
    1- Il me semble plus juste d’affirmer que ce sont des AFRICAIN(E)S et AFRICAINS qui ont été déportés. C’est vrai qu’en disant FILLES et FILS D’AFRIQUE on arrondit les angles en direction des communautés caribéennes en France (appelées par le maître « antillais » ou « créoles ») dont l’africanité a été nié pendant 500 ans.
    2- Il existe un véritable non-sens qui consiste à qualifier l’esclavage des Africains de crime contre l’humanité. Il faut comprendre que l’esclavage a été le premier système d’exploitation « de l’homme par l’homme » instauré dans l’histoire de l’humanité. Il a suivi la communauté primitive qui aura durée plusieurs millions d’années. C’est aussi le système le plus extraordinaire, que nous connaissons tous pour avoir étudier l’Antiquité (l’Egypte, Grèce, Rome). Les réalisations de ce système sont immenses et capitales : l’écriture, les échanges, l’argent, l’agriculture, l’élevage, l’industrie, les sciences, la philosophie…
    Seulement dans la Caraïbe et en Amérique il a été instauré un système colonial, des sociétés coloniales avec l’esclavage comme mode d’exploitation, disons schématiquement comme « outil ». Aussi quand l’outil, le mode, n’est plus efficace on le remplace, par l’outil féodal ou capitaliste alors que le système lui perdure, en commettant génocide sur génocide !
    En fait la réalité consisterait à déclarer LE COLONIALISME crime contre l’humanité plutôt que son outil ! tout comme il demeure absurde de traiter un marteau ou une machette ou un fusil de criminel en laissant de côté et en oubliant celui qui le tient.
    En conclusion je dirai que « l’esclavage crime contre l’humanité » excuse le maître » ; c’est du révisionnisme et du négationnisme qui permet au maître colonialiste de déclarer et de célébrer, avec notre consentement et notre participation, LE RÔLE POSITIF DE LA COLONISATION !

  2. SEITU KARANJA
    28 avril 2014 à 23 h 46 min

    En observant l’affiche pour la commémoration j’aperçois une chaîne brisée. C’est vrai qu’un rebelle doit s’affranchir de ses chaînes ; par contre un esclave n’est jamais entravé de chaînes, car un esclave enchaîné symbolise l’échec de l’esclavage ou de la domestication. Un esclave enchaîne est en somme, un homme libre !

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,