Aller à…
RSS Feed

1 décembre 2020

LES LEADERS DU BRICS REVOLUTIONNENT LE SYSTEME FINANCIER GLOBAL


Sixième Sommet du BRICS
La constitution de deux nouvelles entités financières, la Banque de Développement conjoint et le Fonds de Réserve du BRICS comme alternative à la Banque Mondiale et au FMI a marqué ce mardi le début d’un « nouveau cycle » dans le scénario économique et financier mondial impulsé par les cinq grandes puissances émergentes regroupées dans ce bloc.
Les leaders du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud ont officialisé lors du VI° Sommet du groupe, qui a eu lieu ce mardi dans la ville brésilienne de Fortaleza, la naissance de ces mécanismes économiques avec lesquels ces cinq pays cherchent à équilibrer l’influence de l’Occident dans l’ordre financier global.
Une nouvelle Banque de Développement.
Celle qu’on appelle Nouvelle Banque de Développement, dont le siège sera dans la ville chinoise de Shangaï, aura un capital initial souscrit et déboursé de 50 milliards de dollars dont chaque associé apportera le cinquième bien qu’une augmentation pouvant atteindre les 100 milliards de dollars soit autorisée.
L’Inde occupera la première présidence tournante de cette entité parce que c’est le pays qui a proposé de créer cet organisme et ensuite, la présidence sera assumée par le Brésil, la Russie, l’Afrique du Sud et la Chine, dans cet ordre.
Le plus haut responsable du Conseil des Gouvernants sera désigné par la Russie, alors que la tête du Conseil des Directeurs sera proposée par le Brésil. Ces deux postes seront des postes tournants.
« La banque représentera une alternative pour les besoins de financement des pays en développement » et « compensera les déficiences du crédit » qui existent actuellement dans les institutions financières multinationales, selon ce qu’a déclaré la présidente brésilienne, Dilma Roussef, pendant la première session plénière du Sommet.
Fonds de Réserve :
L’Accord de Réserve d’Eventualité (CRA pour son sigle en anglais) sera doté de 100 millards de dollars et « aidera les pays à éviter des problèmes de pression (par faute) de liquidités à court terme. »
Bien que dans sa déclaration conjointe, le BRICS ait critiqué le FMI et la Banque Mondiale, Roussef a affirmé qu’aussi bien la Nouvelle Banque de Développement que le Fonds de Réserve ne « naissent contre rien mais en faveur de nous-mêmes. »
Le BRICS a exprimé son « désaccord » et sa « sérieuse préoccupation » à propos du fait que le FMI n’ait pas mis en oeuvre les réformes décidées en 2010 et demande à la Banque Mondiale « des structures de gouvernement plus démocratiques » et un « renforcement de la capacité financière  » de l’entité.
« Le processus de réforme du FMI doit arriver à la modernisation de sa structure de gouvernance de façon à refléter mieux le poids croissant des économies émergentes dans le développement de l’économie mondiale », a souligné le document connu sous le nom de « Déclaration de Fortaleza ».
<

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,