Aller à…
RSS Feed

24 octobre 2020

L’échec du coup de poker-menteur de John Kerry à Paris


Algérie Résistance

L’échec du coup de poker-menteur
de John Kerry à Paris

Mohsen Abdelmoumen

John Kerry entouré de ses laquais du Qatar, de la Turquie, de la France,
du Royaume-Uni, de l’Allemagne et de l’Italie. D.R.

Mardi 29 juillet 2014

For the english version, see here: https://www.oximity.com/

La réunion internationale qui s’est tenue ce 26 juillet à Paris en vue d’aboutir à une trêve à Gaza a échoué. Les raisons de cet échec cuisant pour la diplomatie américaine demandent une analyse profonde. En premier lieu, les Américains ont misé sur la médiation du Qatar et de la Turquie pour résoudre le conflit et nous sommes amenés à nous questionner sur les fondements du choix porté sur l’émir des brebis du Qatar et sur le vendeur de durum turc Merdogan (Erdogan) pour solutionner la guerre. Il est à noter également qu’aucune délégation palestinienne n’était présente pour étudier une éventuelle trêve à Gaza, ce qui discrédite cette réunion et la renvoie à ce qu’elle est : une farce concoctée par les USA et ses marionnettes. En outre, l’option du sol français est tout à fait étrange sachant que la France n’a aucune présence significative ni aucune influence au Moyen Orient, si ce n’est son statut d’allié inconditionnel d’Israël et le fait que Laurent Fabius est un sioniste notoire. Les factions palestiniennes étant considérées par les Etats-Unis comme des organisations terroristes, tout ce beau monde craignait-il de prendre des risques en les conviant à Paris ? Pour notre part, le plus grand état terroriste n’est autre que l’Etat sioniste d’Israël, et il est clair que nous sommes loin de la résolution de la crise.

A quoi se résument ces tractations de coulisses qui ressemblent à un théâtre d’ombres chinoises où des régimes veulent vendre la cause palestinienne dans les salons de l’impérialisme US et du sionisme ? A quoi rime cette compétition pour déterminer celui qui trahira le plus et à combien monteront les enchères ?

Tous ceux qui se sont réunis à Paris se sont révélés des pickpockets cherchant à offrir à Israël, à la dernière minute, la victoire stratégique, morale et politique de la résistance palestinienne qui a suscité une énorme vague de sympathie dans l’opinion publique mondiale. Une véritable cacophonie s’est ensuite installée avec la diarrhée médiatique de Netanyahu qui est apparu sur quatre chaînes de télévision américaines à la fois. Après l’échec du coup de bluff de John Kerry accompagné par ses pantins à Paris, Netanyahu se répand dans les chaines de télévision en espérant conquérir l’opinion publique américaine de plus en plus écœurée par les crimes contre l’humanité perpétrés par l’Etat sioniste d’Israël contre le peuple palestinien. Netanyahu compte-t-il gagner dans les médias à travers une flopée d’interviews ce qu’il a perdu sur le champ de bataille, dans une vaine tentative de retrouver sa virginité en se justifiant et en jouant les victimes ? Arrivé à la rescousse, le tellement prévisible Obama, en appelant Netanyahu par téléphone, vient de réitérer son soutien indéfectible à Israël en plaçant le désarmement de la résistance à Gaza comme objectif stratégique.

Il est évident que le Qatar et la Turquie venus représenter le Hamas à Paris n’ont aucun droit de monnayer quoi que ce soit et de vendre le sang des palestiniens. S’ils s’estiment les parrains du Hamas parce que le chef du bureau politique du Hamas Khaled Mechaal vit à Doha sous la protection de l’émir du Qatar et de Merdogan (Erdogan) – dont le parti est lié au Hamas à travers la confrérie des Frères musulmans, et pensent ainsi pouvoir offrir les clés d’un cessez-le-feu, ils se trompent lourdement, car le Hamas n’est pas seul à combattre actuellement sur le terrain à Gaza. Il est impératif de souligner que la résistance palestinienne ne se résume pas au Hamas lié au Qatar et à la Turquie, mais qu’elle se compose de diverses factions comme le Djihad islamique, le FPLP avec ses Brigades d’Abu Ali Moustapha, le bataillon de Saladin, le FDLP, et d’autres qui combattent main dans la main contre le même ennemi, au côté des Brigades Al-Qassam. Toute manœuvre visant à négocier avec une seule partie en ignorant les autres est forcément caduque. En effet, le premier refus est venu une fois de plus du Djihad islamique qui a rejeté tout marchandage sur le dos du peuple palestinien, alors que l’on remarque un flottement de la part du Hamas, dû probablement aux pressions de la Turquie et du Qatar sur Khaled Mechaal. Celui-ci, d’ailleurs, n’a pas hésité à accorder une interview à la BBC, alors que cette dernière a traité la guerre qui ensanglante Gaza de manière partisane et scandaleuse, insultant le peuple palestinien et crachant sur le sang des enfants martyrs. Pourtant Mechaal n’a pris aucune précaution ni n’a éprouvé aucun scrupule à se commettre avec cette chaîne sioniste, alors qu’un vaste mouvement de contestation contre la BBC s’intensifie en Grande Bretagne avec l’appui de diverses personnalités comme Ken Loach ou Brian Eno, ce dernier ayant publié une lettre ouverte, et bien d’autres célébrités, en plus d’une pétition qui récolte de nombreuses signatures. Un grand mouvement de boycott académique et culturel entraîne des noms célèbres comme Peter Gabriel, Sinéad O’Connor et bien d’autres, qui rejoignent les nombreuses manifestations et les ONG qui se battent pour faire pression sur le gouvernement Cameron, autre grand allié de l’entité sioniste d’Israël.

Les soi-disant accords des salonards venus des USA, de Turquie ou du Qatar ont échoué face au martyre du peuple palestinien et au bond qualitatif de la résistance palestinienne en termes d’opérations militaires et qui a porté des coups décisifs à l’ennemi sioniste, y compris derrière ses lignes. Tsahal, qui est resté aux portes de Gaza et qui a subi de lourdes pertes, n’avait pas reçu une telle raclée depuis 2006 face au Hezbollah. L’armée israélienne, lâche et criminelle comme à son accoutumée, championne du monde dans l’assassinat des enfants et des bébés, et qui mérite de figurer dans la liste des criminels de guerre, n’a réalisé aucun des buts stratégiques de son offensive, à savoir le désarmement de la résistance et la neutralisation des tunnels dont elle ignore tout. Sa défaite est due essentiellement à une défaillance au niveau du renseignement, car dans les années précédentes, la résistance palestinienne a neutralisé dans la Bande de Gaza des réseaux d’espions au profit d’Israël dont le nombre s’élève à plus de 8.000 éléments recrutés au sein de la population entre Gaza et Ramallah. Israël amputé de ses agents sur le terrain, navigue à l’aveuglette alors que l’enjeu du renseignement est capital pour toute armée et Tsahal récolte les fruits de l’échec jour après jour sans pouvoir pénétrer au cœur de Gaza. Les images montrant les soldats de Tsahal en train de pleurer ou de « faire » dans leur pantalon se répandent de plus en plus dans les réseaux sociaux et révèlent le visage d’une armée de couards qui jadis se vantaient d’avoir vaincu toutes les armées du monde arabe. Aujourd’hui, ils craignent de s’aventurer plus d’un mètre à l’intérieur de Gaza, se contentant de rôder dans sa périphérie tout en inventant des bobards pour rassurer la population israélienne en montrant des tunnels qu’ils auraient soi-disant découverts et qui n’ont aucun intérêt pour la résistance palestinienne. L’ultime arme d’Israël dans cette guerre se résume à des bombardements sauvages et meurtriers qui massacrent les civils aveuglément mais n’apportent aucun résultat militaire tangible. On se souvient de la réflexion de Kerry avant sa conférence de presse au Caire lorsque, croyant les micros coupés, il se moquait des Israéliens en disant : « Attaques ciblées ? Tu parles ! ». Bien entendu, John Kerry s’est ressaisi directement lors de sa déclaration à la presse en affirmant « qu’Israël a le droit de se défendre », car les Etats-Unis soumis aux lobbies sionistes ne peuvent évidemment pas dire autre chose. Or donc, les USA ont beau s’acharner à impliquer coûte que coûte le Qatar et la Turquie qui entretiennent des liens avec certains dirigeants du Hamas, cela n’a aucun impact sur le terrain. Au contraire, cette collaboration s’apparente à une trahison et à de l’intelligence avec l’ennemi, car rappelons pour la énième fois que la Turquie et le Qatar sont complices de la destruction du monde arabe en appliquant le plan américano-sioniste de briser les Etats nations via des guerres qui ravagent en ce moment l’Irak, la Syrie, la Libye, le Yémen, etc. Ils ne peuvent en aucun cas constituer des interlocuteurs valables susceptibles de prendre en charge la cause palestinienne.

Ainsi, la résistance palestinienne dont le Djihad islamique est un élément central vient de prouver encore une fois son abnégation et son dévouement au service de son peuple martyrisé en refusant les accords des salonards de Paris qui s’apparentent à une vente aux enchères du sang des bébés palestiniens. En agissant de cette manière, les factions palestiniennes qui rejettent cette trêve visant uniquement à sauver Israël, prouvent qu’elles n’obéissent pas aux agendas de certains pays comme le Qatar et la Turquie préoccupés seulement à servir les intérêts de l’impérialisme américain et des sionistes d’Israël dont ils sont les vassaux.

Rappelons qu’Al-Udeid, l’une des plus grandes bases américaines de la région, se trouve sur le sol qatari et que la Turquie, membre de l’Otan, continue sa coopération stratégique avec Israël. Erdogan ou Merdogan, ayant appris à manipuler les instincts primaires de son opinion publique, peut pleurnicher tant qu’il veut et jouer avec la fibre religieuse des masses du monde arabe, il n’a toujours pas renvoyé l’ambassadeur d’Israël, contrairement à d’autres pays comme le Venezuela, la Bolivie, ou tout récemment l’Argentine qui a décidé d’ôter la nationalité argentine à tout individu se battant pour Israël au sein de Tsahal, et le Brésil, le Chili, qui ont suspendu leur coopération économique et, dans le cas du Brésil, rappelé leur ambassadeur d’Israël. Erdogan le janissaire dont les rêves d’être le grand calife de tout le monde arabe, vieux rêve impérial du grand califat, compte sur la confrérie des Frères musulmans implantée partout dans le monde pour lui offrir le trône. Erdogan a sans doute oublié que le monde musulman est aujourd’hui déchiqueté par des guerres qu’il a instiguées avec son ami le bédouin du Qatar, à travers le printemps sioniste, sous l’égide de l’empire américano-sioniste. Au lieu de larmoyer en utilisant le malheur du peuple palestinien, on attend toujours des actions, n’est-ce pas Mr Erdogan ?

Quant à l’émir du Qatar, il est d’abord appelé à faire fermer la base américaine sur son sol. Concernant les oulémas abrités par le Qatar qui se sont spécialisés dans le djihad niqah, qui n’ont eu aucun scrupule à plonger le monde arabe dans le chaos avec leurs prêches, dont l’imam est devenu un élément de la CIA et le mufti un membre du Mossad, on aimerait voir venir de la part de ces mercenaires une fatwa contre Israël ! Le moment est venu de dissoudre ces coquilles vides que sont la Ligue arabe ou la Conférence islamique, ainsi que toutes les organisations arabes et islamiques qui ne servent à rien sinon à remplir des salles avec les gargouillements des panses bien remplies. Honte à tous les régimes arabes corrompus et traîtres, honte aux régimes occidentaux lâches et perfides ! Mais malgré les magouilles et la servilité des uns et des autres, l’entité sioniste d’Israël n’a aucun avenir et disparaitra comme tous les régimes tyranniques à travers l’Histoire.

Le scénario américain qui s’est déroulé dans les caniveaux de la politique à Paris a dévoilé un acharnement sans précédent à vouloir sauver Israël et à le sortir de l’impasse dans laquelle il s’est fourvoyé pour des buts purement politiciens, à savoir l’exigence de l’aile droite de Netanyahu qui voulait coûte que coûte une guerre pour remporter les élections. Cette fois, les uns et les autres se sont trouvés confrontés à une résistance implacable et à un éveil de conscience planétaire qui ne peut qu’annoncer le début de la fin de l’entité sioniste d’Israël. Oui, Israël a échoué sur tous les plans, et la résistance palestinienne avec ses variantes a prouvé que l’heure est venue d’en finir avec la barbarie sioniste. Le moment n’est pas aux tractations en-dessous et au-dessus de la table ni au marchandage de la cause palestinienne, mais au règlement définitif de l’un des derniers dossiers de colonisation de toute l’histoire de l’humanité. Le combat doit continuer et ensuite viendra la négociation. Pas avant. Toute l’histoire de la résistance le confirme. L’exemple de la révolution algérienne est plus que jamais d’actualité : il ne faut jamais négocier en position de faiblesse. Ce sont la force et les actions qualitatives qui déterminent la négociation. Messieurs les Américains et Européens, rangez vos marionnettes de pacotille, le peuple palestinien n’a pas besoin d’entractes et de pièces de théâtre à quatre sous mais bien de la fin de la tyrannie et de la domination fasciste de l’entité sioniste d’Israël.

La résistance a gardé tout son potentiel de frappe et les missiles de la résistance continuent de pleuvoir sur les colonies de l’entité sioniste. Le gouvernement de Netanyahu peut toujours sous-évaluer le nombre de ses soldats morts qui dépasse le nombre de 90, il ne pourra pas cacher la vérité ad vitam aeternam. Son opinion publique finira par connaître le véritable camouflet infligé à sa puissante armée suréquipée qui est en train de recevoir une leçon de stratégie militaire dans une enclave complètement ravagée par des bombardements meurtriers innommables au su et au vu de toute la planète.

Quant à l’ONU, ce « machin » inutile et corrompu, son Secrétaire Général, le Pokémon de Ban Ki Moon, s’est montré d’une couardise répugnante dans la gestion de la tragédie palestinienne, à l’image de ses pairs, arabes, turcs, africains, européens, valets confirmés du sionisme qui ne savent qu’offrir leurs parties charnelles à la puissance américano-sioniste qui fait d’eux ce qu’elle veut. Maintenant que le cap des 1000 morts civils avec enfants, bébés, femmes et vieillards est dépassé, nous demandons à tous les assassins et à leurs complices de se taire et de ne pas perturber le sommeil des âmes innocentes qui hanteront leurs jours et leurs nuits jusqu’à leur dernier soupir. Actuellement, d’après nos sources sur place, en ce jour de l’Aïd el Fitr, fête de rupture du jeûne chez les musulmans, le plus grand hôpital de Gaza, Al-Shifa, a été la cible d’un missile et un camp de réfugiés a été bombardé, faisant des dizaines de victimes dont des enfants. Bombarder des civils en pleine fête des musulmans démontre une fois de plus le degré de barbarie abjecte de l’entité sioniste d’Israël. Pendant que l’armée sioniste d’Israël massacre des civils, la résistance palestinienne, elle, cible des militaires. Elle s’est introduite aujourd’hui derrière les lignes israéliennes dans l’est du Shujaeya et a tué dix soldats ennemis.

Les jeux macabres de coulisses se poursuivront dans l’avenir pour que chacun puisse se positionner afin de jouer un rôle. A tous ces énergumènes, que ce soit l’impérialisme US et son bras armé l’entité sioniste et leurs marionnettes occidentales et arabes sans exception, dépourvus de toute morale et de tout honneur, nous leur disons comme le disait Muzzafar al-Nawab : « Une porcherie est plus propre que le plus propre d’entre vous ». Le désastre généré par le régime terroriste de l’entité sioniste est irréparable. Tout le sang versé à Gaza va-t-il s’évaporer grâce aux magouilles de ces pantins ?

Au nom de quoi Gaza, la Guernica palestinienne, a-t-elle été détruite ?

Les palestiniens de Gaza doivent-ils être les sacrifiés du jeu des puissances régionales et mondiales ?

Pourquoi Gaza paie-t-elle pour les trafics d’influence des uns et des autres ? Va-t-on un jour juger Israël pour ses crimes contre l’humanité ?

La question de la libération de la Palestine est une cause juste qui ne résume pas à une faction. C’est tout un peuple qui subit depuis des années le colonialisme fasciste et assassin de l’entité sioniste, ennemi de tout ce qui est humain en nous. Il faut cesser le massacre qui se déroule en ce moment à ciel ouvert dans le silence et la complicité des puissances occidentales prétendument « démocratiques » et des autres pays lâches qui soutiennent l’Etat fasciste et criminel d’Israël. Le cœur du conflit est la terre de Palestine qui doit appartenir au peuple palestinien et à nul autre. Au diable les compromis et les compromissions ! La libération de toute la terre de Palestine est une exigence historique pour les hommes et les femmes libres dans le monde.

Mohsen Abdelmoumen

Published in Oximity on July 28, 2014

Reçu de l’auteur pour publication

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,