Aller à…
RSS Feed

22 octobre 2020

Libye: les ministères aux mains des milices


Libye: les ministères aux mains des milices

L’ambassade américaine à Tripoli occupée par des miliciens, notamment des islamistes

Abdullah Doma (AFP)

Le gouvernement libyen démissionnaire, réfugié dans l’Est du pays et qui n’a pas d’emprise sur le pays, a reconnu lundi que les milices armées contrôlaient désormais les sièges des ministères et des services publics dans la capitale Tripoli.

Dans les faits, ces milices font la loi dans le pays plongé dans l’anarchie, où les autorités ne parviennent pas à rétablir l’ordre depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 après huit mois de révolte armée.

Dans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi, le gouvernement provisoire dirigé par Abdallah al-Theni a précisé que les milices armées empêchent sous la menace les services de l’Etat de fonctionner dans la capitale.

Ce gouvernement est chargé d’expédier les affaires courantes après avoir annoncé jeudi avoir présenté sa démission au Parlement élu le 25 juin et qui siège aussi dans l’Est du pays pour échapper à la pression des milices armées.

« Les sièges des ministères et des services de l’Etat à Tripoli sont occupés par des miliciens armés qui empêchent les fonctionnaires d’y accéder et menacent leurs responsables », a souligné le gouvernement dans son communiqué. Il a ajouté « tenter d’assurer de loin la continuité de ces services en gardant le contact avec les responsables des ministères et des services de l’Etat ».

M. Theni a accusé le 25 août les miliciens de « Fajr Libya » (Aube de la Libye) venant en majorité de la ville de Misrata (est de la capitale), d’avoir incendié et pillé sa résidence dans le sud de Tripoli après avoir conquis l’aéroport de la capitale aux miliciens rivaux de Zenten (ouest). Les miliciens de Fajr Libya, comprenant des factions islamistes et qui veulent former un gouvernement parallèle à Tripoli, ont été qualifiés de « terroristes » par le Parlement.

 

Des miliciens s’emparent de l’ambassade américaine

 

Des miliciens de la coalition « Fajr Libya » (Aube de la Libye), comprenant des islamistes, ont pris le contrôle de l’ambassade des Etats-Unis au sud de Tripoli, a rapporté dimanche un photographe de l’AFP.

Les miliciens affirment être entrés dans le complexe de plusieurs villas pour sécuriser les lieux et empêcher qu’ils ne soient pillés.
« On a invité les missions diplomatiques à revenir à Tripoli et en attendant, nous sommes ici pour sécurise les lieux », a déclaré l’un des membres de cette milice sous le couvert de l’anonymat.

Le photographe de l’AFP a constaté peu de dégâts sur les lieux sinon les traces d’un obus sur le mur d’enceinte surmonté de barbelés.

Les Etats-Unis ont évacué fin juillet tout leur personnel diplomatique de leur ambassade en Libye, qui s’était retrouvé pris depuis le 13 juillet au milieu de violents combats entre milices rivales sur la route de l’aéroport de Tripoli.

Mardi dernier, l’aéroport international de Tripoli est sous contrôle des miliciens islamistes de Fajr Libya (« Aube de la Libye »), a constaté un photographe de l’AFP lors d’une visite organisée pour la presse dans cette installation stratégique du sud de la capitale.

Aucune activité militaire n’a été signalée dans le secteur lors de la visite organisée par le service de presse des miliciens islamistes.

La salle d’embarcation a été totalement ravagée par un incendie mais la piste principale est intacte, a constaté le photographe de l’AFP.
Plus d’une dizaine d’avions de compagnies libyennes étaient alignés le long du terminal.

L’un d’eux avait la queue arrachée par un obus, d’autres portaient des impacts de balles, mais certains semblaient n’avoir pas subi de dommage.

Les miliciens islamistes ont annoncé avoir pris l’aéroport à l’issue de dix jours de violents combats avec des miliciens nationalistes de Zenten (ouest de Tripoli) qui tenaient cette installation depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Depuis la prise de l’aéroport par les islamistes, les familles dont les noms indiquent une appartenance aux groupes Zintan, Warshafan et Warfallah, trois tribus qui soutenaient les combattants nationalistes, sont raflées, a indiqué le Guardian.

L’aéroport est fermé depuis le 13 juillet, date de l’intensification des combats entre les deux milices rivales.

(AFP)

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,