Aller à…
RSS Feed

31 octobre 2020

Libye : le prix de l’intempérance


Hier, 20:56

Libye : le prix de l’intempérance

Libye : le prix de l’intempérance

Par La Voix de la Russie | « Cette « troïka » représente une alliance plutôt étrange. L’Allemagne, dont la démocratie attache une importance particulière à la primauté du droit et des droits de l’Homme, a pris le parti pour la dictature communiste d’un pays avec une réputation douteuse dans le domaine des libertés politiques. D’autre part, les alliés traditionnels de l’Allemagne – les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne, sans parler d’une partie du monde arabe et africain ».

C’est ainsi que le 18 mars 2011 quotidien britannique The Guardian réagissait à l’abstention de l’Allemagne à la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU sur la Libye.

Cette résolution prévoyait la fermeture de l’espace aérien pour l’aviation libyenne, des actions militaires éventuelles à l’exception de l’utilisation des forces terrestres internationales et le gel des comptes à l’étranger de la compagnie pétrolière libyenne et de la banque centrale de Libye. Mais en réalité, cette résolution a de fait donné le droit à une intervention militaire extérieure. Et tout le monde était prêt à cette intervention. Avant la réunion, les diplomates français ont fait comprendre qu’en cas d’adoption de cette résolution, Paris et Londres dès la nuit suivante seront prêts à effectuer des frappes contre les positions de l’armée libyenne. Selon des diplomates de l’ONU, le Qatar et les Emirats Arabes Unis ont déjà confirmé leur participation à l’opération militaire.

Il faut rappeler que seuls cinq pays se sont abstenus du vote sur la résolution. Mais les journalistes n’ont apparemment pas trouvé de moyen de tenir des propos vexants sur l’Inde et le Brésil.Personne n’écoutait alors les mises en garde du vice-ministre des Affaires étrangères de la Libye de l’époque Khaled Kaaima qui mettait en garde que la résolution « menace l’unité et la stabilitéde la Libye ».

C’est exactement ce qui s’est passé.

Les pays occidentaux, croyaient-ils qu’ils arriveront à résoudre la situation par leurs propres moyens ? Probablement oui. « La résolution actuelle est une réponse forte à la situation d’urgence qui s’est formée en Libye », a déclaré après l’adoption de cette résolution la représentante des Etats-Unis à l’ONU Susan Rice. Quel en était le résultat ? Trois ans après, ce sont d’autres forces qui étaient obligées d’effacer les « fruits amers » de cette réponse forte. L’aviation des Emirats Arabes Unis bombarde actuellement avec des missiles et des bombes les positions des islamistes à Tripoli. Mais là, il s’agit de la défense, et non plus de l’attaque. Le ministre des Affaires étrangères de l’Egypte Sameh Choukri a récemment déclaré que la situation en Libye menace non seulement toute la région, mais aussi d’autres parties du monde. Selon lui, les membres des groupes extrémistes et terroristes sont en train de transporter leurs activités dans les pays voisins.

« Nous ne pouvons pas abandonner les civils et les victimes des répressions brutales à leur sort. Nous ne pouvons pas permettre que l’état de droit et les principes moraux universels soient outragés », a indiqué à l’époque le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé. Mais Khaled Kaaim a déclaré que la Libye « était prête à un cessez-le feu et une trêve avec les rebelles qui luttent contre Kadhafi », et proposait de « discuter de la manière d’y parvenir ». Les pays occidentaux ont refusé de discuter avec « le régime sanglant ». Et actuellement, apparemment, il n’y a plus d’interlocuteur, avec qui on peut discuter de ces questions.

« La communauté internationale s’est unie pour condamner les actions de Kadhafi et de son régime, et exiger que son régime arrête la violence contre le peuple libyen»,a indiqué le représentant du Royaume-Uni à l’ONU Mark Grant.

C’était clair à qui étaient adressés ces condamnations et ces exigences. Mais maintenant, en lisant de telles déclarations des personnalités politiques occidentales une impression se crée que la violence, les destructions et la violation des droits se produisent par eux-mêmes ou par la volonté des forces abstraites. Qui est donc visé par la déclaration commune sur la Libye des gouvernements des principaux pays d’Europe et des Etats-Unis, adoptée cette année ?

« Les gouvernements de la France, d’Italie, d’Allemagne, du Royaume-Uni et des Etats-Unis condamnent fermement la poursuite des combats et la violence dans les villes de Tripoli et Benghazi, mais aussi autour de ces villes, dans toute la Libye. Nous, sommes notamment profondément préoccupés par l’augmentation de la violence contre la population civile en Libye et des institutions de l’Etat, ainsi que par les menaces que cette violence représente pour la transition vers la démocratie en Libye. Nous regrettons l’augmentation du nombre de victimes parmi les civils et exprimons notre profonde préoccupation face à la pénurie des médicaments, ainsi que le déplacement forcé des milliers de familles de leur lieu de résidence d’origine. Nous sommes également préoccupés par la destruction généralisée des bâtiments et des infrastructures, ainsi que par la cessation de l’activité économique du pays.

Nous sommes profondément préoccupés par les attaques dirigées contre des civils et des cibles civiles à Tripoli et à Benghazi, qui peuvent être considérées comme des violations du droit international humanitaire. Ces violations doivent cesser et les coupables de ces violations doivent être traduits en justice ».

La délicatesse dans les formulations de cette déclaration est tout à fait compréhensible. Un grand ennemi a de nouveau été remplacé par une myriade des forces ingérables et destructrices. Il est peu probable que ceux qui sont véritablement coupables, puissent répondre de ce qui s’est produit.

Tout le monde est habitué qu’actuellement dans les affaires internationales, le « mauvais héros » est remplacé encore et encore par un autre héros, encore plus insupportable. Mais nous devons nous rappeler que c’est de cela que « la démocratie développée », « la dictature communiste » et « le pays à réputation douteuse », essayait de sauver la Libye, tout comme deux autres grands pays.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,