Aller à…
RSS Feed

30 octobre 2020

[CONDOLEEZA RICE] Il faut arrêter de dire que la guerre d’Irak était une juste « une erreur »


[CONDOLEEZA RICE]  Il faut arrêter de dire que la guerre d’Irak était une juste  « une erreur »

 04/09/2014

Condoleeza Rice est la première à avoir eu le mérite, seulement quelques années après l’intervention humanitaire en Irak, d’avoir reconnu que les USA avaient commis quelques « erreurs » tactiques dans ce pays.

C’est normal puisque l’armée des USA réagissait souvent dans l’urgence (ce que sous-estiment souvent les observateurs internationaux). En effet, en Irak, un dictateur fou qui opprimait son peuple était en train de menacer intérêts économiques des USA et la Sécurité National par son soutien démontré à des groupes islamistes capables de commettre des attentats terroristes aux USA. En Libye aussi, les USA ont encore le mérite de commencer à reconnaître qu’ils ont commis quelques petites erreurs. C’est normal puisque, une fois de plus, leur intervention humanitaire s’est faite dans l’urgence.  

« L’Histoire est un éternel recommencement » et, au-delà de la parfaite maîtrise des mots (« société civile », « communauté internationale », « bras croisés », « atteinte aux intérêts », « démocratie », etc.) « donnés-à-lire » et « donnés-à-entendre » par les représentants du monde libre et civilisé (en face de laquelle tous les blogs du monde n’ont absolument aucun poids), il n’y a qu’une seule chose à comprendre: le concept d’ « urgence » utilisé encore avec un grand art et efficacement  par les USA dans la géopolitique moderne.

Celles et ceux qui voudraient changer le monde devraient réfléchir à unifier tous les individus et forces en vue de créer une riposte capable d’anéantir chacun des mots ci-dessus du Système avant même qu’il n’atteigne, avant chaque campagne de guerre et tel un missile, ses cibles premières que sont les médias et dernières qui est le peuple télévisé.

Note à l’attention de Genji: à propos du Monde Diplomatique que vous avez en estime, sachez que son chef Ignacio Ramonet a trouvé la guerre contre la Libye « désirable ». Après coup (un an ou deux), il n’a pas, avec l’élégance de Condoleeza Rice, reconnu « quelques petites erreurs » mais il a ajouté: « je ne changerai pas une virgule à ce que j’ai dit ».

La morale, c’est que dans ce domaine, il ne faut se vouer à aucun saint: d’Ignacio Ramonet à Pascal Boniface ou Thierry Meyssan et de René Naba à Bernard Henri-Lévi ou Tariq Ramadan (pour n’en citer que six). Tous ont chanté à l’unisson. Il faut penser par soi-même en faisant appel à son bon sens qui est, à l’origine, fondé sur la cohérence.

Par Les Pacifistes de Tunis

A lire vite avant le 11 septembre:  livre sur les « Bonnes Intentions » de l’Empire: « Good Intentions: Norms and Practices of Imperial Humanitarianism ». Aout 2014

https://openanthropology.files.wordpress.com/2014/08/good_intentions_full_text.pdf

http://www.alertpress.org/volume-4.html

—– Original Message —–

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,