Aller à…
RSS Feed

2 décembre 2020

Le nouveau 11 septembre s’appelle EI, État Islamique


Le nouveau 11 septembre s’appelle EI, État Islamique

jeudi 11 septembre 2014, par do (Date de rédaction antérieure : 11 septembre 2014).

Le nouveau 11 septembre s’appelle EI, État Islamique. En effet, Obama se sert de l’EI comme excuse pour retourner en Irak et veut s’en servir aussi pour bombarder la Syrie antisioniste de Bachar el-Assad !

EIIL – ISIS – Daach – Daech – Une bonne excuse fabriquée par les USA pour revenir en Irak et pour bombarder la Syrie :

http://mai68.org/spip/spip.php?article7772

Barack Obama a annoncé mercredi 10 septembre 2014 aux Américains sa volonté d’intensifier sa « lutte contre les djihadistes de l’Etat islamique » en « autorisant » pour la première fois des bombardements en Syrie et une « intervention accrue » en Irak.

Cette technique de manipulation et de pression n’est pas nouvelle.

Elle avait déjà été utilisée par la France de Sarkozy pour obtenir du dictateur du Tchad Idriss Deby qu’il libère les enleveurs d’enfants de l’arche de Zoe. Lire sur le sujet

Cet article sur l’Arche de Zoe : http://mai68.org/ag/1316.htm

Et « Déclencher une guerre au Tchad pour obtenir une amnistie » :

http://mai68.org/ag/1315.htm

C’est le même principe qu’a utilisé la France au Mali avec AQMI et le MUJAO. Lire à ce sujet l’article :

http://mai68.org/spip/spip.php?article7568

Le MUJAO fait partie de ces groupes islamistes dont l’invasion du Mali avait servi d’excuse à l’impérialisme français pour envoyer ses troupes militaires coloniales s’installer au Mali.

Et on sait que l’EI – État Islamique -, nommé auparavant l’EIIL, Daech, ISIS, etc. a sa direction qui appartient à la CIA et au Mossad (La preuve en est donnée tout en bas de l’article, dans un cadre de la même couleur que celui-ci, avec un titre rouge). Le chef de ce groupe « islamiste » est en fait un Israélien du Mossad.

Les gens concernés ne sont pas tous dupes. D’ailleurs, voici un court article d’une agence de presse iranienne en français :

Irak : Le pentagone s’apprête à bombarder la Syrie !!!

http://french.irib.ir/info/moyen-or…

Dimanche, 10 août 2014 06:43

IRIB- le chef d’état major interarme d’Irak a évoqué de possibles frappes aériennes de l’aviation US contre le sol syrien !

 » les raids militaires US ne s’inscrivent pas dans la durée et ils s’étendront à l’avenir au delà de l’Irak , en Syrie où ils devront viser les positions de Daech !, a affirmé le général Babakar Zébari. Le général qui sortait d’une réunion conjointe avec les peshmarghas a confirmé l’envoie d’un convoi d’armes lourdes par Bagdad à destination du Kurdistan irakien. depuis vendredi, l’aviation américaine a mené plus de 4 raids contre les positions de Daech non loin de la ville d’Erbil. selon les analystes politiques, Daech a fourni un prétexte en or aux Américains pour un retour « triomphal » en Irak quatre ans après leur retrait humiliant de la Mésopotamie.


Barack Obama veut frapper l’Etat islamique jusqu’en Syrie

http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN0H60AU20140911?sp=true

Jeudi 11 septembre 2014 10h05

par Steve Holland et Roberta Rampton

WASHINGTON (Reuters) – Barack Obama a annoncé mercredi aux Américains sa volonté d’intensifier sa lutte contre les djihadistes de l’Etat islamique en autorisant pour la première fois des frappes aériennes en Syrie et une intervention accrue en Irak.

La décision du président des Etats-Unis de lancer des frappes en Syrie, pays en guerre civile depuis trois ans, illustre la gravité de la menace représentée par l’Etat islamique aux yeux du gouvernement américain. L’EI, qui a déclaré un califat sur les territoires qu’il a conquis en Syrie et en Irak, est accusé de procéder à des exécutions en grand nombre, entre autres exactions.

Il y a un an, Barack Obama avait failli lancer des frappes aériennes contre le gouvernement syrien pour avoir utilisé des agents chimiques contre la population, fin août 2013, dans la périphérie de Damas, avant de faire machine arrière.

Barack Obama a présenté son plan contre l’EI, auquel il fait référence par son ancien nom d’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), dans un discours solennel prononcé de la Maison blanche deux semaines après avoir été très critiqué pour avoir dit ne pas avoir « encore » de stratégie au sujet de l’EI en Syrie et six mois après avoir déclaré que les groupes comme l’Etat islamique étaient des acteurs mineurs.

« Notre objectif est clair : nous allons affaiblir, et finalement détruire, l’EIIL via une stratégie anti-terroriste globale et soutenue », a dit le président.

Il a dit vouloir pourchasser les djihadistes ultra-radicaux de l’EI « où qu’ils soient » via une « campagne systématique de frappes aériennes ».

« Cela signifie que je n’hésiterai pas à agir contre l’EIIL en Syrie, ainsi qu’en Irak. C’est un principe central de ma présidence : si vous menacez l’Amérique, vous ne trouverez aucun sanctuaire », a déclaré le président.

CONSEILLERS AMÉRICAINS

Il a précisé qu’il allait étendre la liste des cibles à atteindre à l’intérieur de l’Irak au-delà des zones où il a autorisé des frappes ciblées depuis début août.

Barack Obama promet d’envoyer 475 conseillers américains supplémentaires pour aider les forces irakiennes, qui rejoindront le millier d’hommes déjà sur place. Mais elles ne s’engageront pas dans les combats. « Nous ne nous laisserons pas entraîner dans une autre guerre au sol en Irak », a dit le chef de la Maison blanche.

L’Arabie saoudite, pays allié clé des Etats-Unis, accueillera sur son territoire une mission américaine d’entraînement des rebelles syriens, indiquent des responsables américains. Cette décision importante pourrait aider les Etats arabes du Golfe à rallier la coalition internationale voulue par les Etats-Unis.

L’effort est conditionné à l’approbation par le Congrès américain de 500 millions de dollars (près de 390 millions d’euros) pour entraîner et armer les rebelles.

La décision saoudienne a été prise après un entretien téléphonique qu’avait eu auparavant Barack Obama avec le roi Abdallah, qui a demandé au gouvernement américain de faire plus pour résoudre le conflit syrien.

Il s’agit d’un changement majeur pour le président démocrate qui a axé l’essentiel de son bilan en politique étrangère à retirer d’Irak les dernières troupes américaines engagées par son prédécesseur George W. Bush dans un conflit qu’il jugeait inutile.

La décision de Barack Obama d’accentuer la lutte contre l’EI fait suite à des sondages montrant que les Américains estiment que le président s’est montré trop timoré face aux djihadistes.

ÉLIMINER L’EIIL

D’autant que l’Etat islamique a annoncé ces dernières semaines avoir décapité deux journalistes américains qu’il retenait prisonniers en Syrie.

Barack Obama ne souhaite pas envoyer un nombre important de soldats dans la région. Il préfère compter sur l’aide d’une vaste coalition comprenant des pays alliés occidentaux et les Etats arabes sunnites de la région.

« Cette campagne de lutte contre le terrorisme sera menée via un effort constant et déterminé pour éliminer l’EIIL où qu’il soit en utilisant notre puissance aérienne et notre soutien à des forces partenaires sur le terrain », a déclaré Barack Obama

Ce que fera chaque pays au sein de cette coalition reste à déterminer. Le chef de la diplomatie américaine John Kerry, qui se trouve à Bagdad, doit rencontrer les dirigeants de la région dans les prochains jours et Barack Obama doit tenir une conférence au sommet sur la sécurité lors de l’Assemblée générale des Nations unies dans deux semaines.

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a fait savoir mercredi que la France était prête à agir en Irak, via une action militaire aérienne « si nécessaire », et dans des modalités différentes en Syrie pour répondre à la menace des combattants de l’Etat islamique.

Le président français François Hollande doit se rendre en Irak vendredi avant la tenue, lundi à Paris, d’une conférence internationale sur la sécurité en Irak et la lutte contre l’Etat islamique.

Selon un sondage pour le Washington Post et ABC News publié mardi, plus de 70% des Américains disent être favorables à des frappes aériennes en Irak et 65% à des frappes en Syrie. Selon une enquête NBC News-Wall Street Journal, 61% des sondés estiment qu’une action militaire contre l’EI est dans l’intérêt des Etats-Unis.

(Avec Jeff Mason et Susan Heavey ; Danielle Rouquié pour le service français)

AQMI, et donc aussi ses descendances, comme le MUJAO, appartiennent aux services secrets français (vidéos-preuves avec un journaliste de Canal+) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1372

Samedi 8 octobre 2012 : Que se passe-t-il au Mali avec les Touaregs ?

Pour fabriquer de toutes pièces une excuse pour envoyer des militaires au nord du Mali déloger le MNLA et les Touaregs, la France a commencé par envoyer AQMI dans cette région. Ainsi, au Mali, la France peut faire la guerre aux Touaregs et au MNLA en faisant semblant de la faire contre AQMI. Comme quoi, une guerre peut en cacher une autre :

http://mai68.org/spip/spip.php?article4550

(La guerre de Hollande au Mali était destinée aussi à sauver un dictateur à la botte de la France, et à empêcher l’arrivée au pouvoir du très sankariste capitaine Sanogo (extrême gauche).)

La technique américaine du coup d’État en Irak

Irak – EIIL – Coup d’État – 12 juillet 2014 – Les USA ont remplacé le premier ministre Maliki par le gauleiter Abadi :

Comme le premier ministre irakien Nouri al-Maliki était désobéissant et dans le camp du régime antisioniste de Bachar el-Assad en Syrie, les USA l’ont remplacé par le Gauleiter Haïdar al-Abadi.

Mais cela n’a pas été facile. Officiellement, les USA avaient quitté l’Irak depuis plusieurs années et n’avaient donc plus le droit d’y intervenir. Aussi, il a fallu faire intervenir des descendants d’al-Qaïda, l’EIIL (État Islamique en Irak et au Levant), nommé par les Anglo-saxons ISIS (Islamic State of Iraq and Syria) et DAECH ou Daesh ou DAACH ou DAASH (en arabe, je crois), afin d’avoir une bonne excuse.

Voici expliquée la technique américaine du coup d’État en Irak :

http://mai68.org/spip/spip.php?article7788

Cette technique est en fait assez vieille, puisque c’est la technique du « Milieu » souvent abusivement appelé « MAFIA ». Le Milieu envoie ses représentants dans un bistrot ou une boite de nuit, un casino, etc. pour demander au propriétaire de prendre une « assurance » contre les voyous. Si le patron paye, il n’aura pas de problème avec les voyous. Mais s’il refuse de payer, le Milieu lui envoie ses voyous pour tout détruire sur son lieu de travail et l’inciter à payer, la prochaine fois, puis à intervalle régulier, afin d’assurer la paix dans son établissement. L’établissement, c’est l’Irak, le Milieu, c’est l’impérialisme américain, les voyous, c’est l’EIIL, et le patron du bistrot, c’est la haute hiérarchie irakienne. Là il fallait que le patron de l’Irak accepte de changer de politique vis-à-vis de la Syrie.

En pratique, la technique utilisée par les Américains en Irak avec l’EIIL rappelle la stratégie proposée par BHL contre la Syrie dès 2012 :

http://mai68.org/spip/spip.php?article4594

(BHL – l’allié d’al-Qaïda veut une intervention militaire en syrie « contre » l’islamisme – vidéo 14’27)

L’EIIL est un agent du colonialisme occidental (vidéo 41’07) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article7759

(Révélations d’un ancien cadre d’al-Qaïda sur l’EIIL. Le chef de l’EIIL, qui se fait appeler Abou Bakr al-Baghdadi s’appelle en réalité Simon Elliot, il est de père et mère juifs, et Snowden confirme qu’il a été formé par le Mossad !)

EIIL – USA – Irak – Le sénateur McCain pose avec al Baghdadi, le chef de l’EI :

http://mai68.org/spip/spip.php?article7782

Le demi-frère d’Obama est un Frère musulman :

http://mai68.org/spip/spip.php?article7773

(al-Qaïda et ses descendances proviennent en fait des frères musulmans fondés par les Anglais et 1928, et repris par la CIA après la deuxième guerre mondiale.)

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,