Aller à…
RSS Feed

27 octobre 2020

Egypte : le fardeau des derniers kadhafistes


Egypte : le fardeau des derniers kadhafistes

Jenna LE BRAS Intérim au Caire 8 septembre 2014 à 19:26 (Mis à jour : 9 septembre 2014 à 08:34 )

La Cité des morts, au Caire, une nécropole où vivent des Egyptiens pauvres et où se sont réfugiés des milliers de Libyens depuis 2011.La Cité des morts, au Caire, une nécropole où vivent des Egyptiens pauvres et où se sont réfugiés des milliers de Libyens depuis 2011. (Photo Mohamed Abd El Ghany. Reuters)

RÉCIT

Ils sont plus d’un million d’exilés, partisans de l’ancien régime libyen, à vivoter en dehors de toute existence légale.

«On n’avait qu’un seul choix : s’enfuir ou mourir», souffle Hassan (1). Bonhomie banale et crâne dégarni, la ressemblance n’est pas frappante, pourtant c’est un proche cousin de Muammar al-Kadhafi. Comme des milliers de partisans du Guide, il a fui son pays il y a trois ans.

Sur le même sujet

  • Les islamistes libyens, bêtes noires du président Al-Sissi

    Par Luc Mathieu et Jenna Le Bras

Les damnés de l’ère kadhafiste ont reformé dans le nord de l’Egypte un petit Tripoli. Amassés en périphérie du Caire et à Alexandrie, ils sont plus d’un million à reconstruire une vie en sursis. Si l’on ajoute ceux installés dans les pays voisins, ils seraient près de 4 millions d’exilés, sur une population totale évaluée à 7 millions d’habitants. Il n’y a pas d’organisation humanitaire pour les prendre en charge. Ce sont des fantômes dans la société : la plupart n’ont pas de travail, ni de logement à eux. Une infime partie des enfants vont à l’école et les petits derniers, nés sur le territoire égyptien mais non enregistrés, restent invisibles aux administrations. «Ici, on n’a le droit à rien, on est cachés», affirme Hamid, autre membre de la lignée Kadhafi en fuite. «Ceux dont les passeports ont expiré n’ont plus de papiers. On ne peut pas déclarer nos enfants quand ils naissent car notre ambassade est à la solde du nouveau régime. On ne veut pas qu’ils sachent que nous sommes ici», dit-t-il, blême, évoquant les demandes pressantes faites à l’Egypte par le nouveau régime de lui livrer les kadhafistes exilés, ce qu’elle a toujours refusé.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,