Aller à…
RSS Feed

6 décembre 2020

Le petit journal de Karim


DANS LA CONTINUITÉ-1

 

Mes Ami(e)s.

« Vous lirez plus bas des infos et opinions contradictoires que nous ne retrouvons pas dans « nos » médias

et dont nous ne partageons pas forcément toujoursle point de vue.

L’hygiène mentale et la voie de la raison consistent à analyser les faits et opinions sous tous leurs angles,

en prenant en compte tous les points de vue, ce qui permet ensuite de décider sa propre opinion, en âme et conscience.

Ce qui manque aujourd’hui dans les pays qui subissent un processus

d’Occidentalisation ….ou d’Oxydation(?)

C’est donc ce que j’essaie ici de vous offrir en profitant à l’occasion de l’apport de militants des associations participant au

Collectif « PasEnNotreNom »

———- Message transféré ———-
From: Blogger <[email protected]>
Date: Mon, 08 Dec 2014
Subject: [« POUR UNE SOCIÉTÉ AU SERVICE DE L’HUMAIN »] LA RÉSOLUTION 758 : VÉRITABLE DÉCLARATION DE GUERRE CONTRE LA RUSSIE

En réponse aux diverses interventions du président Poutine, mettant au clair la position de la Russie sur les grandes questions qui secouent actuellement le monde, la Chambre des représentants des États-Unis répond par une résolution, la résolution 758, véritable ramassis de tout ce qui a pu se dire contre la Russie.
Cette déclaration de guerre froide ne peut qu’ouvrir toute grande la porte à une véritable guerre. L’arrogance exprimée et la dureté des mots employés contrastent d’avec l’attitude et les propos du président Poutine. Autant ce dernier s’exprime dans un langage respectueux et dans le cadre d’une vision d’un monde en mutation profonde, autant les premiers se cantonnent à leur impérialisme et se déchaînent dans tous les sens pour discréditer le président Poutine et, à travers lui, la Russie, plus souvent que moins, confondue par ses adversaires avec l’ex-URSS.
Cette résolution a fait bondir l’ex-candidat à la présidence des États-Unis, Ron Paul qui en commente la propagande et le non-sens.
« Aujourd’hui [le 4 décembre 2014], la Chambre des représentants des É.-U. a adopté ce que je considère comme l’un des pires textes de loi jamais votés : la résolution 758, condamnant avec vigueur les actes de la Fédération de Russie, sous le président Vladimir Poutine, qui mène une politique d’agression contre ses pays voisins en vue de leur domination politique et économique. En fait, le projet de loi contient 16 pages de propagande de guerre qui feraient même rougir les néoconservateurs, s’ils étaient capables d’une telle chose. »
Déjà en 1998, Ron Paul s’était opposé à la Loi sur la libération de l’Irak parce qu’il savait que cela mènerait inévitablement à la guerre. Ce fut effectivement le cas comme ce le sera si cette résolution se transforme en Loi.
« Voilà pourquoi j’arrive à peine à croire qu’ils s’y remettent, cette fois avec un enjeu encore plus grand : provoquer une guerre avec la Russie qui pourrait causer une destruction totale ! »
Je vous invite à lire l’ensemble des commentaires de Ron Paul. Je m’en tiendrai à cette dernière référence :  
«Ce texte législatif contient de nombreuses autres affirmations aussi ridicules et horribles les unes que les autres qu’il est inutile d’aborder. Cependant, la partie la plus troublante de cette résolution est l’affirmation selon laquelle l’intervention militaire de la Fédération de Russie en Ukraine constitue une menace pour la paix et la sécurité internationales. Pareille terminologie n’est pas utilisée par accident. Cette phrase est une pilule empoisonnée insérée dans la législation qui servira de prétexte aux résolutions encore plus belliqueuses qui suivront. Après tout, si nous convenons que la Russie constitue une menace pour la paix internationale, comment pourrait-on ignorer pareille chose? C’est s’engager sur un terrain glissant qui mène à la guerre. »
Il s’agit d’une véritable résolution, remplie de mensonges et de demies-vérité, sujette à devenir la loi conduisant à la troisième Grande Guerre mondiale. Tous les ingrédients y sont et leurs auteurs brandissent déjà leurs armes. Le plus gros mensonge dans tout cela c’est que les véritables envahisseurs de l’Ukraine sont ces mêmes auteurs de la résolution. Ce sont eux qui ont planifié le coup d’État, obligeant le président constitutionnel à s’exiler. Ce sont eux qui ont choisi les personnages clés qui allaient prendre la relève du gouvernement légitime.
Pour qui veut en savoir plus sur ce coup d’État, voici une analyse fort documentée sur ce coup d’État.
Il faut dire que les États-Unis voient venir la fin de leur empire sur le monde. Des pans importants de ce monde leur échappent de plus en plus et les fondements sur lesquels reposait leur force, s’écroulent de plus en plus. Le dollar est sous respiration artificielle, ne répondant plus à aucune valeur or et leurs guerres de conquête sont de plus en plus dénoncées. Leur crédibilité se confond le plus souvent avec le mensonge et leur démocratie échappe au pouvoir du peuple et ne répond qu’aux grandes oligarchies financières et des armements. Les acteurs politiques sont devenus des marionnettes qui répondent à leurs ordres.
Ce n’est ni la Russie, ni la Chine qui sont isolées, mais les États-Unis et leurs alliés. Le vote à l’Assemblée générale pour condamner le blocus des États-Unis contre Cuba, seuls trois pays votèrent contre et tous les autres votèrent pour. Tout récemment, la Russie a présenté une résolution à l’Assemblée générale des Nations Unies pour qu’on s’abstienne de glorifier le nazisme. Trois pays ont voté contre, les États-Unis, le Canada et l’Ukraine et 115 pays ont voté en faveur de la résolution. Qui sont les plus isolés dans toute cette histoire?
Je termine cet article en vous référant à un autre excellent article, cette fois sur la capacité de manipulation de nos journalistes au service des intérêts de l’empire. L’auteur est John Pilger, journaliste américain de recherche et d’analyse.
Le temps où nous prenions les médias pour sources de toutes nos certitudes est passé. Quand ma grand-mère trouvait son dernier argument en disant qu’elle l’avait entendu à la radio ou lu dans le journal elle nous convainquait. Aujourd’hui, tout est devenu suspect. En cela, les médias comme les politiciens ont perdu beaucoup en crédibilité. Ils sont devenus des marionnettes qui servent davantage les intérêts des puissants que ceux des peuples et de la vérité.
Oscar Fortin
Le 8 décembre 2014

http://humanisme.blogspot.ca

Publié par Blogger à l’adresse « POUR UNE SOCIÉTÉ AU SERVICE DE L’HUMAIN » le 12/08/2014

EUROPE

Date : 9 décembre 2014
Objet : Communiqué sur mon retour au Parlement européen et en Turquie (FR/EN)

Chères ami(e)s,
Voici quelques liens vidéo et presse écrite relatifs à ma conférence au Parlement européen sur la répression en Europe et en Turquie.
Vous trouverez ci-dessous mon communiqué de presse en français et en anglais.
J’y aborde notamment mes 14 ans de bannissement du Parlement européen, mon projet de retour en Turquie, la symbiose entre un État policier, en l’occurrence le régime d’Erdogan, et une organisation policière internationale telle qu’Interpol.
Bonne lecture.
Cordialement.
Bahar
image
Bahar Kimyongür au Parlement Européen du 8 décembre …

Bahar Kimyongür au Parlement Européen
Aperçu par Yahoo
image
Le militant Bahar Kimyongür n’assistera pas à son procès…

L’activiste belge d’origine turque Bahar Kimyongür a annoncé lundi qu’il ne se rendrait pas en Turquie pour participer au procès qui devait lui permettre d’être acq…
Aperçu par Yahoo
image
La répression politique «exportée» en Europe via Interpo…

Les régimes dictatoriaux utilisent de plus en plus Interpol pour « exporter » la répression contre les opposants, a mis en garde lundi l’organisation Fair Trials. […
Aperçu par Yahoo
image
Bahar Kimyongür n’assistera pas à son procès en Turquie

L’activiste belge d’origine turque Bahar Kimyongür a annoncé lundi qu’il ne se rendrait pas en Turquie pour participer au procès qui devait lui …
Aperçu par Yahoo
 
Communiqué sur mon retour au Parlement européen et en Turquie
Je remercie de tout cœur Mme Judith Sargentini et Fair Trials International de m’avoir invité à parler à cette tribune.
Ma présence ici met officiellement fin à 14 ans d’interdiction d’accès au Parlement décrété pour le même motif que mon signalement Interpol : une action de protestation pacifique menée ici-même le 28 novembre 2000 contre la présence du ministre turc des affaires étrangères de l’époque M. Ismail Cem.
Après ce simple chahut destiné à attirer l’attention internationale sur les prisonniers politiques turcs agonisant dans la plus longue grève de la faim de l’histoire, j’ai été refoulé de multiples fois aux portes de ce Parlement alors que j’accompagnais en tant que traducteur/interprète des délégations d’avocats et de représentants d’ONG turques.
Non, Interpol n’est pas seule à blâmer dans la criminalisation que j’ai eu à subir.
Mais je me réjouis de pouvoir revenir ici et remercie M. Pascal Heymans, chef d’unité de la sécurité qui m’a radié de la liste noire du Parlement européen.
L’action de protestation menée ici même m’a valu d’être accusé en Turquie de chef d’organisation terroriste et d’être à la merci d’une notice rouge d’Interpol lancée par un tribunal à Ankara.
Suite à l’émission de ce mandat d’arrêt international, j’ai été arrêté dans 3 pays différents.
Le 28 avril 2006, la police néerlandaise m’arrêta au bord d’une autoroute alors que je me rendais à Amsterdam pour la préparation d’un concert. Mon signalement Interpol m’a valu d’être incarcéré pendant 68 jours.
Le 17 juin 2013, la police espagnole m’arrêta en compagnie de ma famille à la cathédrale-mosquée de Cordoue alors que nous passions quelques jours de vacances. Cette fois, à cause d’Interpol, je fus privé de liberté pendant 5 jours.
Le 21 novembre 2013, la police italienne m’arrêta à l’aéroport Orio al Serio à Bergamo alors que je me rendais à une conférence sur la Syrie. A cause d’Interpol, je fus privé de liberté pendant 111 jours dont 12 jours en prison et 99 jours en assignation à résidence.
Interpol m’a ainsi en tout volé 184 jours de liberté. Cela fait au total plus de 6 mois de captivité.
Finalement, grâce à Fair Trials International et à la mobilisation internationale, Interpol m’a définitivement radié de ses fichiers le 22 août dernier.
Fort de ces victoires successives, le 9 septembre dernier, j’ai décidé de passer à l’offensive en demandant à mes juges turcs de pouvoir comparaître librement en Turquie afin de me défendre et d’obtenir un acquittement.
Le 24 octobre dernier, la 10e Cour d’assises d’Ankara a accepté ma requête. Elle m’a octroyé un sauf-conduit d’une durée de 3 mois qui prendra fin le 24 janvier prochain.
Ce vendredi 12 décembre, je suis donc attendu à mon procès à Ankara.
Comme annoncé dans mon dernier communiqué de presse, c’est aujourd’hui, depuis cette tribune, que je compte annoncer mon choix d’assister ou non à mon procès en Turquie.
Après mûre réflexion et consultation de mes amis, camarades et soutiens, je renonce provisoirement à mon projet de retour.
Il est en effet plus sage pour moi de ne pas offrir à mes tortionnaires ce qu’ils interprèteraient comme une capitulation.
D’autant que récemment encore, mes tortionnaires se sont servis de moi pour exercer une torture physique et mentale sur des activistes arrêtés à Istanbul.
Les policiers ont été jusqu’à exhiber des photos privées en disant aux jeunes militants qu’ils torturaient : « Pendant que vous en bavez, votre leader Kimyongür boit du vin dans des bars en Europe. »
On peut s’attendre à tout de la part d’une police qui en arrive à un tel degré de bassesse.
Qui se souvient encore du sort réservé le 16 novembre 1987 aux deux dirigeants communistes turcs Nabi Yagci et Nihat Sargin dès leur arrivée à l’aéroport d’Ankara après 7 années d’exil en Europe.
MM. Yagci et Sargin ont été arrêtés sur le tarmac malgré le fait qu’ils étaient accompagnés d’une impressionnante délégation de leaders politiques, de journalistes occidentaux et d’eurodéputés.
Les deux militants communistes seront ensuite torturés pendant 19 jours dans le « Derin Arastirmalar Laboratuvari » (DAL), le Laboratoire des recherches approfondies de la Sûreté turque à Ankara.
MM. Yagci et Sargin ne seront libérés que le 4 mai 1990, soit 900 jours après leur arrestation à l’aéroport d’Ankara.
Il y a également le cas emblématique et plus actuel de la sociologue turque Pinar Selek exilée en France.
La semaine dernière, la justice turque a lancé un mauvais signal dans l’affaire de cette sociologue turque, une affaire qui dure depuis 16 ans.
Ce vendredi 4 décembre, un procureur a en effet requis la perpétuité à l’encontre de Mme Selek poursuivie pour participation à un attentat à l’explosif en 1998. Le souci est que cet attentat n’a jamais existé.
D’après les rapports d’expertise, il ne s’agissait non pas d’un attentat mais d’un accident survenu suite à une fuite de gaz.
Dans les tribunaux turcs, on n’est jamais à l’abri de « preuves » fabriquées et de « témoins anonymes ».
Troisièmement, ce mardi 2 décembre, le Parlement turc a adopté un projet de loi du gouvernement qui renforce l’emprise de l’exécutif sur l’appareil judiciaire.
Cette nouvelle loi permettra au gouvernement d’évincer tous les magistrats non-alignés à la politique d’Erdogan.
En outre, des débats en commission parlementaire vont avoir lieu cette semaine à propos d’un projet de loi élargissant les pouvoirs de la police. Ce projet de loi permettra aux forces de sécurité de recourir à des armes à feux dans les manifestations.
Le climat politique en Turquie ne me permet ainsi ni de parvenir sain et sauf au tribunal d’Ankara ni de me défendre face à un tribunal impartial.
Aujourd’hui, la Turquie d’Erdogan est un État policier, un État toujours plus policier où la justice est toujours plus politisée, un Etat qui ne donne aucune chance à la liberté.
Merci de votre attention.
Bahar Kimyongür

FRANCE

De : Méridien Zéro <[email protected]>
Date : 12 décembre 2014
Objet : les thèmes abordés sont variés . De quoi contenter les plus exigeant(e)s d’entre vous !

 

Emission n°212 : « Panorama Actu : de tout un peu ! »

Ce soir, Méridien Zéro renoue avec un Panorama Actu trimestriel riche en réflexions sur le monde tel qu’il ne va pas puisque nous recevons Maurice Gendre, Monsieur K., Xavier Eman et Sébastien Magnificat. L’actualité étant variée, les thèmes abordés le sont tout autant. De quoi contenter les plus exigeant(e)s d’entre vous ! A la barre et à la technique, Jean-Louis Roumegace.

Présentation du groupe de réflexion « Les Éconoclastes »

Publié le : jeudi 11 décembre
http://www.egaliteetreconciliation.fr/Presentation-du-groupe-de-reflexion-Les-Econoclastes-29645.html

———- Message transféré ———-
De : Raphael Berland <[email protected]>
Date : 12 décembre 2014
Objet : Bassam Tahhan appelle le président français à classer Les Frères Musulmans parmi les organisations terroristes

L’Académie de Géopolitique de Paris organisait à l’Assemblée Nationale ce jeudi 11 décembre un colloque intitulé « Géopolitique du Terrorisme ». Se sont succédés plusieurs intervenants de qualité. Nous avons choisi de vous retransmettre l’intervention de Bassam Tahhan, Professeur de géostratégie à l’École Nationale Supérieure de Techniques Avancées (Ensta)Voici un extrait :« Je dirais au président de la république française : comme j’ai montré par les textes [des Frères Musulmans nda], l’organisation des Frères Musulmans est une organisation terroriste. Il faut absolument la classer comme telle, et officiellement, au niveau juridique. Je dirais que le Hezbollah ne l’est pas. Le Hezbollah défend une cause juste, qui est une Résistance […]. On vous dit ’l’Iran est terroriste’. Mais dites-moi, depuis des années, qu’a commis l’Iran ? »

http://www.cercledesvolontaires.fr/2014/12/12/bassam-tahhan-appelle-le-president-francais-classer-les-freres-musulmans-parmi-les-organisations-terroristes/

 


Raphaël Berland
Coordinateur Général
 


Cercle des Volontaires
Tél : 06.79.89.07.44
E-mail : [email protected]
Site internet : www.cercledesvolontaires.fr

« Ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise »

———- Message transféré ———-

De : IHEDN <[email protected]>

Date : 11 décembre 2014
Objet : Débats de l’Actu – 18 décembre 2014

Date : 10 décembre 2014
Objet :  [Soutien Mumia] Infos MUMIA

DIFFUSION NATIONALE AUX SOUTIENS A MUMIA ABU-JAMAL
Mumia
 
IL Y A 33 ANS, MUMIA ABU-JAMAL ÉTAIT ARRÊTE PAR LA POLICE
Aux premières heures du 9 décembre 1981, Mumia Abu-Jamal, alors chauffeur de taxi, est grièvement blessé lors d’une fusillade dans le quartier sud de Philadelphie où il venait de déposer un client et arrêté pour le meurtre de l’officier Daniel Faulkner. Malgré ses dénégations et une enquête inéquitable (expertises balistiques inexistantes, balles non identifiables, absence de relevé d’empreintes, zone non sécurisée), malgré les témoins subornés, menacés, écartés ou intimidés, malgré les rapports de police contradictoires, malgré les procédures d’appel et les violations de ses droits, Mumia Abu-Jamal est condamné sous la pression d’un juge recordman des condamnations à mort. Mumia est condamné à mort le 3 juillet 1982. Trente ans de mobilisation internationale seront nécessaires pour empêcher son exécution et le sortir enfin de l’enfer du couloir de la mort. Depuis 2011 sa condamnation a été commuée en prison à vie. Le combat pour sa libération continue …
 
ÉTATS-UNIS : POLICE ET JUSTICE RACISTES !
Les assassinats racistes à répétition de jeunes noirs par la police soulèvent la colère grandissante de la population et la mobilisation sur tout le territoire des États-Unis. A ce propos, nous vous invitons à lire la prise de position du MRAP (pièce jointe) et l’article paru dans le journal l’Humanité sous la plume de Michel Muller : http://www.humanite.fr/etats-unis-les-enfants-de-mumia-559274
 
INITIATIVES & INFORMATIONS DIVERSES
   Le journal Midi Libre dresse chaque lundi un portrait de celles et de ceux qui n’ont cessé depuis des années de se mobiliser pour une cause. Elles et ils sont devenus des personnalités locales tant leur engagement dans la lutte est inépuisable. Cette semaine, c’est le portrait de la militante Gisèle Coutaud, présidente de l’association « Femmes solidaires » de Bagnols sur Cèze (Gard), qui est à la une du journal sous ce titre évocateur  » l’amie à perpétuité d’Abu-Jamal  » … Lire l’article en pièce jointe.
   Café-Littéraire à Sète (Hérault) le lundi 15 décembre animé par Tino Di Martino autour du rapport annuel d’Amnesty International sur la peine de mort dans le monde et du livre de Damien Echols  » la vie après la mort « , jeune blanc américain témoignant de ses 18 ans passés dans le couloir de la mort. Florence Bellivier, présidente de la Coalition Mondiale contre la peine de mort et Jacky Hortaut, co-animateur du Collectif français «  Libérons Mumia « , participeront à cette rencontre … Pour en savoir plus, lire l’affiche en pièce jointe.
   Le Collectif Tourangeau (Indre et Loire) de soutien à Mumia a choisi son nouveau et jeune animateur. Jonathan Lère, créateur du site internet national  » Libérons Mumia « , succède à Dominique Maugars. L’histoire du combat pour Mumia retiendra que c’est à Tours en 1993 que le premier collectif français de soutien au journaliste noir américain fut créé.
 
FORUM MONDIAL DES DROITS DE L’HOMME
Après le Brésil qui avait accueilli la première édition en 2013, c’est au Maroc (Marrakech) que s’est déroulée la seconde fin novembre. Claude Guillaumaud-Pujol et Jacky Hortaut, représentant le collectif français  » Libérons Mumia  » ont participé à ce Forum. Les débats consacrés à l’abolition de la peine de mort lors du Forum ont mis en avant la situation du pays hôte sur le front du combat abolitionniste international. Le roi du Maroc, Mohammed VI, a lancé la discussion dès la soirée d’ouverture en déclarant « se féliciter du débat autour de la peine de mort mené à l’initiative de la société civile et de nombreux parlementaires et juristes permettant la maturation et l’approfondissement de cette problématique » dans un message lu par son ministre de la Justice et des Libertés. Les abolitionnistes participant au Forum l’ont pris au mot, alors que le pays continue à prononcer des condamnations à mort et refuse pour l’instant de soutenir une résolution pour un moratoire mondial en préparation à l’Assemblée générale de l’ONU alors que personne n’a été exécuté au Maroc depuis 1993. « C’est la première fois depuis 1999 que le roi parle de peine de mort », a souligné l’avocat Abderrahim Jamai, coordinateur de la Coalition marocaine contre la peine de mort. Kadhija Rouissi, députée et membre du Réseau parlementaire marocain contre la peine de mort, s’est dite partagée entre « le désespoir face à la cinquième abstention du Maroc sur le moratoire et l’espoir à l’écoute du message royal qui manifeste clairement et pour la première fois de l’intérêt pour le débat des militants, des juristes et des parlementaires sur l’abolition de la peine de mort ». Alors que le Réseau parlementaire marocain, qui ressemble 240 élus de différentes sensibilités politiques, a déposé une proposition de loi pour l’abolition, la députée Rouissi a déclaré :  » L’État de droit ne peut exister sans abolition pure et simple « . Florence Bellivier, présidente de la Coalition mondiale, soutient cette position : « Il nous faut faire vite et ne pas nous contenter de discuter des mérites et des défauts de la peine de mort. Il ne faut pas nous contenter des moratoires comme celui qui prévaut par exemple au Maroc, car les moratoires sauvent certes des vies, mais ils sont fragiles comme la vie elle-même », a-t-elle déclaré. « C’est pourquoi les abolitionnistes et moi-même appelons à l’abolition totale, irréversible et universelle de ce châtiment capital », a-t-elle conclu son intervention lors de la cérémonie d’ouverture.
LE COLLECTIF FRANÇAIS « LIBÉRONS MUMIA »
rassemblant une centaine d’organisations et de collectivités publiques


Liste de diffusion du Collectif français « LIBERONS MUMIA »
Gérer vos inscriptions et désinscriptions à la liste : http://secure.mrap.fr/Liste-de-diffusion-du-Collectif.html

Sarkozy comme il n’est pas présenté à la télé française

C’est intéressant de savoir comment les médias étrangers présentent Nicolas Sarkozy

Nicholas le taillandier

« Sarkozy, au lieu d’être derrière les barreaux, prépare sa candidature à la présidentielle… «

France: le Sénat reconnaît l’État palestinien (médias)  11/12/2014

France: le Sénat reconnaît l'Etat palestinien (médias)
Le Sénat français a voté jeudi une résolution demandant la reconnaissance de l’État de Palestine par la France, annoncent les médias locaux.La résolution a été votée de justesse, par 153 voix contre 146.

Pour son auteur, Gilbert Roger (PS), la reconnaissance de l’État palestinien est « le premier pas d’une relation d’égal à égal entre Israël et les Palestiniens » et « la condition sine qua non de l’ouverture de véritables négociations ».
« Notre pays doit rappeler que le conflit israélo-palestinien n’est pas une guerre de religion, mais un conflit territorial », a-t-il souligné.

Mardi 2 décembre, l’Assemblée nationale a adopté par 339 voix contre 151 le projet de résolution socialiste invitant le gouvernement français à reconnaître l’État de Palestine.

Fin novembre, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a déclaré que la France devait reconnaître l’État palestinien si la dernière tentative de réconciliation entre Palestiniens et Israéliens, entreprise par Paris, échouait. http://french.ruvr.ru/2014_12_11/Le-Senat-adopte-une-resolution-demandant-la-reconnaissance-de-lEtat-de-Palestine-8826/

——— Message transféré ———-
De : <[email protected]>
Date : 8 décembre 2014
Objet : Différencier racisme et antisémitisme, c’est du racisme !
Dis papa, c’est quoi le racisme ?

En France, quand un Arabe se fait casser la gueule, c’est normal, alors on n’en parle même pas. Mais quand c’est un Juif, c’est un scandale national et même le président en parle !
Le pouvoir a dit qu’il allait se battre contre le racisme et l’antisémitisme ; mais, différencier ainsi l’antisémitisme du racisme, c’est considérer que l’antisémitisme mérite plus d’attention que les autres racismes, c’est donc en soi du racisme !

Différencier racisme et antisémitisme,
c’est du racisme !
Soldats israéliens prenant la pose pour un beau tableau de chasse
———- Message transféré ———-
De : Bruno DRWESKI <[email protected]>
Date : 8 décembre 2014
Objet :  Communiqué de l’Union des juifs pour la paix sur l’antiracisme indivisible
Je trouve le communiqué de l’UJFP  absolument exemplaire et courageux.

Créteil, une agression raciste qui nous indigne mais ne nous étonne pas
samedi 6 décembre 2014 par le Bureau National de l’UJFP

  • Les médias nous rapportent une agression crapuleuse particulièrement violente à Créteil (Val de Marne), dont la gravité ne doit en aucun cas être minimisée. Un des agresseurs serait coupable de viol. Le ressort antisémite de cette violence est étayé par les propos rapportés par les victimes (juif = qui a de l’argent).
    A ce stade de l’information, l’UJFP condamne fermement cette sordide agression raciste, comprend le traumatisme des victimes auxquelles elle tient à témoigner son émotion, et attend de la justice que l’enquête aille jusqu’à son terme et que les coupables soient condamnés.

    Si l’UJFP s’indigne de ces actes, elle ne s’en étonne guère. En effet le racisme propagé dans notre société depuis le sommet de l’État envers des groupes de personnes ciblées, parce qu’arabes, noirs, et ou musulmans, Rroms, sans papiers, demandeurs d’asiles… repris sans état d’âme par des médias avides de scoops et de buzzs , des « intellectuels » et éditorialistes venimeux, a pour conséquence d’augmenter les passages à l’acte racistes. Et des passages à l’acte il y en a tous les jours dans ce pays, contre des concitoyens arabes noirs et ou musulmans, des femmes agressées violentées parce que voilées, des Rroms attaqués à l’acide, dont les camps sont brûlés, et cela dans un silence médiatique et politique assourdissant.
    Encore une fois nous devons donc nous interroger sur le traitement politique et médiatique très particulier de cet événement.
    Dans ce cas précis, c’est le ministre de l’Intérieur et le premier ministre qui prennent la parole s’appuient sur le caractère antisémite de l’agression pour nous assurer que la montée de l’antisémitisme en France doit faire l’objet d’une réaction spécifique forte et urgente. L’ont-ils jamais fait lors des innombrables attaques racistes qui visaient d’autres groupes en France ?
    Quant au Conseil soi-disant Représentatif des Institutions Juives de France : lui qui avait réagi au projet de résolution parlementaire portant sur la reconnaissance de l’État de Palestine par la France en annonçant que cela favoriserait le développement de l’antisémitisme, il ne voit dans cette agression que la réalisation de sa prophétie … et un outil précieux dans sa lutte pour défendre Israël et sa politique.

    Oui, il y a une montée de l’expression antisémite dans notre pays. Nous le savons. Nous la constatons et nous la combattons. Et nous sommes très inquiets. Parce que si juif égale sioniste comme le veulent le CRIF et notre gouvernement, si l’impunité est garantie à Israël, et si tout acte antisémite doit être traité « en particulier » alors que tous les autres actes racistes sont méprisés ou ignorés, voire impulsés ou tolérés, alors l’antisémitisme ne peut que se développer dans notre pays.
    Les déclarations de nos responsables gouvernementaux et nos médias, l’attention qu’ils affichent devant les actes ou déclarations antisémites, seraient audibles s’ils agissaient de même face à une montée générale des actes racistes et des autres discriminations. C’est leur silence qui entretient l’idée d’un « deux poids deux mesures », au même titre que l’impunité toute particulière qu’ils accordent aux seuls crimes d’Israël. Toutes les victimes du racisme doivent être protégées et défendues, les juifs et tous les autres. Or c’est loin d’être le cas.
    Le gouvernement et ses relais médiatiques prennent ainsi simultanément la responsabilité d’exacerber l’islamophobie et d’encourager l’antisémitisme.

    Le racisme est un, la lutte contre le racisme est indivisible.

    Bureau national de l’UJFP le 05-12-2014

Ajoutée le 5 déc. 2014
J’SUIS PAS CONTENT ! #10 – Soutien à MEYER HABIB !  Le nouveau podcast satirique de GREG TABIBIAN. Retrouve moi sur facebook pour suivre toutes mes prochaines vidéos
https://www.youtube.com/watch?v=if9vooXlA6k#t=29 Vidéo de soutien au courageux député MEYER HABIB. Arrêtons le Habib Bashing !

———- Message transféré ———-
De : Gilles Munier <[email protected]>
Date : 11 décembre 2014
Objet : Pour info :
Le 17 janvier au Sénat, un colloque sur l’économie de la Palestine et la campagne BDS
 Pour info : Le 17 janvier au Sénat, un colloque sur l’économie de la Palestine et la campagne BDSLe « Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient » (CVPR PO) organise un colloque le 17 janvier prochain, de 9 h à 17 h, au Palais du Luxembourg, 15 ter rue de Vaugirard 75006 Paris, sur le thème :  » L’économie de la Palestine : asphyxiée… Lire la suite    http://www.france-irak-actualite.com/

 

LIBYE

Toutes les compagnies libyennes interdites de vol dans l’UE  11/12/2014

Toutes les compagnies libyennes interdites de vol dans l’UE

L’Union européenne a décidé mercredi d’interdire de vol dans son espace aérien toutes les compagnies libyennes pour des raisons de sécurité, portant à 310 le nombre des transporteurs inscrits sur sa liste noire.

Sept compagnies libyennes sont concernées par cette mesure: Afriqiyah Airways, Air Libya, Buraq Air, Ghadames Air Transport, Global Aviation and Services, Libyan airlines et Petro Air, a précisé la Commission.«A la suite des événements survenus récemment en Libye, l’autorité de l’aviation civile n’est plus en mesure de remplir ses obligations internationales en ce qui concerne la sécurité du secteur libyen de l’aviation», a expliqué la commissaire aux Transports, Violeta Bulc.

« Ma priorité est de garantir la sécurité des passagers, qui n’est pas négociable», a-t-elle assuré. La Commission est disposée à «aider le secteur libyen de l’aviation dès que la situation sur le terrain le permettra», a-t-elle ajouté.

La nouvelle édition de la liste noire publiée sur le site internet de la Commission interdit 308 transporteurs de 21 pays: Afghanistan, Angola, Bénin, Congo, République démocratique du Congo (RDC), Djibouti, Guinée équatoriale, Érythrée, Gabon (à l’exception de trois transporteurs qui sont soumis à des conditions et à des restrictions d’exploitation), Indonésie (à l’exception de cinq transporteurs), Kazakhstan (à l’exception d’un transporteur qui est soumis à des conditions et à des restrictions d’exploitation), Kirghizstan, Liberia, Libye, Mozambique, Népal, Philippines (à l’exception de deux transporteurs), Sierra Leone, Sao Tomé-et-Principe, Soudan et Zambie.

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/libye-toutes-les-compagnies-aeriennes-interdites-de-vol-dans-lue/id-menu-957.html

PROCHE ET MOYEN-ORIENT

Date: 2014-
Subject: Qassem Souleimany le nouveau Giap du Moyen orient

Inconnu des bonimenteurs médiatiques, méconnu d’une large fraction des crypto-spécialistes de la communauté du renseignement, connu et reconnu des connaisseurs, respecté ou redouté selon le positionnement de ses interlocuteurs, il est le cauchemar des Israéliens, le croquemitaine de l’Occident, l’enfant chéri des laissés pour compte de la société consumériste et de la civilisation des loisirs, le porte étendard des contestataires de l’ordre israélo-américain.
Voila: http://www.madaniya.info/2014/12/08/qassem-souleimany-et-hassan-nasrallah-les-nouveaux-giap-et-cienfuegos/

René Naba René Naba

PALESTINE

 

 

 

Un ministre palestinien tué, après avoir été frappé par des soldats israéliens
10-12-2014
https://www.youtube.com/watch?v=RpwrANdhm20Un ministre palestinien a été tué mercredi après avoir été frappé par des soldats israéliens lors d’une manifestation en Cisjordanie occupée, a-t-on appris de sources médicales et sécuritaires.

Ziad Abou Eïn, en charge du dossier de la colonisation au sein de l’Autorité palestinienne, est décédé après avoir été frappé au torse par des soldats lors d’une marche de protestation contre la colonisation dans le village de Turmus Ayya, près de Ramallah, a précisé une source de sécurité palestinienne.

Les soldats israéliens l’ont battu avec la crosse de leurs fusils et des casques.

Selon un photographe de l’AFP, le responsable palestinien faisait partie de quelque 300 manifestants qui voulaient planter des oliviers. Ils ont été interceptés par les soldats israéliens et des échauffourées ont éclaté.

Interrogée, l’armée d’occupation israélienne a prétendu recueillir des informations sur les faits.

En réaction, le chef de l’Autorité palestinienne a interrompu la coopération sécuritaire avec « Israël » et décrété trois jours de deuil.

M. Abbas a condamné « l’attaque brutale qui a provoqué la mort » de Ziad Abou Eïn, « tombé en martyr ». C’est un « acte barbare qui ne peut être ni accepté ni toléré », a-t-il affirmé, selon l’agence officielle WAFA.

« Israël va payer le meurtre de Ziad », a pour sa part déclaré le ministre palestinien des Affaires étrangères, Ryad al-Maliki. http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=207568&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=20&s1=1

 

SYRIE

De : simone lafleuriel-zakri <[email protected]>
Date : 8 décembre 2014
Objet : Patrimoine syrien

Gouvernorats/Le correspondant de l’Agence Sana à Alep a indiqué que les organisations terroristes takfiristes ont fait exploser la mosquée archéologique al-Sultanieh dans la vieille ville d’Alep.
Le ministère des Waqfs a condamné, dans un communiqué dont une copie est parvenue à SANA, cet acte terroriste.

N.B: No comment ! Mais Il s’agit de la très belle et élégante  mosquée (1223 époque ayyoubide) et  qui se trouvait juste  à gauche et en  face de  l’entrée de la citadelle

Date : 7 décembre 2014
Objet : Kobane,Syrie,Irak, La Guerre contre satan!!!!!!!!

SYRIE : la bataille de Kobané

Publié le : 5/12/14

Restée longtemps relativement préservée malgré la guerre civile qui règne en Syrie depuis 2011, la ville kurde de Kobané (Ayn al-Arab) a été attaquée par l’État islamique (Daesh) à partir du 2 juillet 2014 (cf. Annexe 1). Des bombardements ont eu lieu sur des villages de la périphérie. Des photos de victimes prises à la morgue de Kobané suggèrent que des munitions au phosphore – ou peut-être même à l’ypérite (gaz moutarde)- auraient été employées, particulièrement dans le lieu dit d’Avdiko. Une trentaine de hameaux est alors tombée aux mains de Daesh, rétrécissant d’autant la zone d’influence kurde. Par : Alain Rodier

 

IRAN

IRAK

Date : 7 décembre 2014
Objet : Le vent tourne contre le « califat » terroristes
Le vent semble en train de tourner pour les miliciens du groupe État islamique (EI ou Daesh), qui perdent du terrain en Irak et n’en gagnent plus en Syrie, selon des experts.Pilonnés par les frappes aériennes de la coalition internationale et confrontés à des adversaires de mieux en mieux coordonnés, les « jihadistes » ont notamment subi une série de défaites en Irak, où ils ont dû se retirer de plusieurs zones conquises en juin.

Avions et drones étrangers pilonnent leurs positions en Syrie et en Irak, détruisant équipements et positions, ce qui perturbe la chaîne de commandement de l’organisation.

En novembre, l’EI a été délogé de la région stratégique de Jurf al-Sakhr au sud de Bagdad, et de la ville de Baïji au nord, où il a dû lever le siège de la raffinerie du même nom.

Dans l’est, les jihadistes ont été contraints d’abandonner l’un des plus grands barrages du pays, à Udhaim, et deux villes proches de la frontière avec l’Iran.
Sur le terrain syrien, ils ne parviennent pas à progresser dans Kobané, ville syrienne kurde frontalière de la Turquie où ils ont perdu beaucoup d’hommes depuis qu’ils y sont entrés le 6 octobre.

Bonne tactique

« Les frappes de la coalition anti-EI commencent à porter leurs fruits sur plusieurs fronts », analyse Ayham Kamel, de l’Eurasia group.

Si le groupe nie tout affaiblissement, cette série de défaites ou d’assaut ratés suggère que l’aura militaire de l’EI est en train de faner.

D’autant que les jihadistes ne peuvent plus profiter des tensions entre Bagdad et la région autonome du Kurdistan qui leur ont permis de s’emparer en juin de zones disputées de longues dates entre le gouvernement fédéral et Erbil. Les deux parties ont fini par mettre de côté leurs différends et mieux coordonner leurs efforts militaires.

Ainsi Saadiyah et Jalawla, situées en territoires disputés, ont été reprises la semaine passée, confirmant que les frontières orientales du « califat » autoproclamé de l’EI commençaient à s’effriter.

Dans de telles zones, « avoir les (forces kurdes) peshmergas d’un côté qui poussent par le nord, et l’armée irakienne qui remonte du sud, c’est une bonne tactique », remarque un diplomate occidental.

« Je pense qu’il a été décidé de libérer d’abord l’est du pays, puis d’avancer vers l’ouest », ajoute-t-il.

Mais pour John Drake, analyste au sein de l’AKE Groupe, les récentes victoires sur l’EI ont été gagnées sur des terrains faciles.

Combattre les jihadistes après qu’ils se soient retirés de ces zones et regroupés dans leur fief de Mossoul, la deuxième ville irakienne, et de la province d’Anbar ne sera pas aussi simple.

La coalition a jusqu’à présent évité de viser les centres urbains contrôlés par l’EI, comme Mossoul, Tikrit et Fallouja, de peur de faire des victimes civiles.

Sur le terrain syrien, la bataille de Kobané, de faible importance stratégique mais dont l’extrême médiatisation rend l’issue déterminante, a obligé l’EI à y consacrer d’importants moyens, notamment humains, en raison de la perte de centaines de combattants. « De bien des points de vue, l’EI s’est lui-même empalé sur Kobané », a récemment jugé le coordinateur américain de la coalition, l’Américain John Allen.
Les jihadistes se trouvent parallèlement sous le feu, notamment aérien, des forces du régime à Raqa, leur « capitale », et dans la province de Homs.

Violence du désespoir

Pour certains observateurs, l’escalade dans l’horreur des récentes vidéos de l’EI – dont l’une diffusée en novembre montrait une décapitation de masse au ralenti – est un signe du désarroi des jihadistes.

Dans un rare enregistrement audio, le chef de l’EI et « calife » auto-déclaré Abou Bakr Al-Baghdadi, semblait avoir lui-même du mal à convaincre ses troupes que le groupe allait vaincre.

Certains analystes avancent même que l’EI pourrait bientôt être à la peine dans son fief d’Al-Anbar, province à l’ouest de Bagdad qu’il occupe en grande partie.
« Le gouvernement fédéral, avec les tribus (sunnites), les milices chiites et la puissance aérienne internationale, va bientôt faire d’Al-Anbar sa priorité », souligne Mickael Knight, du Washington Institute.

Si l’immense étendue désertique de cette région bordée par l’Arabie saoudite, la Jordanie et la Syrie sera difficile à contrôler, les jihadistes pourraient bien être chassés des villes bordant l’Euphrate.

Mais cette reconquête prendra du temps, celui, au moins, d’éradiquer la corruption et l’incompétence qui gangrènent l’armée irakienne. Quant à la reprise de villes majoritairement habitées par les sunnites, minorité qui s’estime marginalisée, c’est un immense défi pour le gouvernement, dominé par les chiites.

« Je ne pense pas qu’il existe une solution rapide pour rétablir la sécurité à Al-Anbar », reconnaît Ayham Kamel. Car « les résultats concrets des alliances avec les tribus et de l’armement des sunnites ne se verront pas tout de suite ».

ASIE

HONG KONG

———- Message transféré ———-
De : MELUSINE <[email protected]>
Date : 10 décembre 2014
Objet :  De la province de Hong Kong jusqu’au lointain Xinjiang…, Beijing commence à comprendre

le petit jeu sournois de Washington baptisé « Changeons le régime »

Même si elle a un nom sympa, la récente révolution à Hong Kong suit assez bien le schéma standard de changement de régime et de déstabilisations politiques formatées par les USA. Et les Chinois n’ont pas besoin de sous-titres !

Les USA et la          Chine aux couleurs de leurs drapeaux respectifs Les USA et la Chine aux couleurs de leurs drapeaux respectifs

Désormais, nous savons que la Russie connaît bien les méthodes des changements de régime, dont l’empire du Chaos use et abuse afin de maintenir sa suprématie. C’était apparu très clairement dans l’allocution de Poutine au Club Valdaï :
« De fait, depuis un bout de temps, nos collègues (les USA) ont tenté de gérer les dynamiques politiques, en utilisant les conflits régionaux et en concevant des “révolutions de couleur” correspondant à leurs intérêts, mais… le génie aux trois vœux s’est échappé de la bouteille. Il semble que les pères de la théorie du “chaos sous contrôle” ne savent plus eux-mêmes qu’en faire ; c’est une complète débandade dans leurs rangs. »
La Chine a aussi été l’objet de tentatives de changement de régime dans sa province du Xinjiang, dans l’ouest de la Chine, et plus récemment à Hong Kong. La question est : dans quelle mesure la Chine est-elle consciente du rôle des USA dans ces mouvements de protestation ? Une récente vidéo sur Youtube fait clairement apparaître que la Chine a une très nette compréhension de l’échiquier géopolitique et de ses enjeux, même s’il n’est pas sûr que les opinions présentées sont celles du peuple chinois en général.
La vidéo relève douze étapes utilisées par les USA pour changer un régime politique, et poursuit en expliquant comment ces dynamiques de changement de régime, partout dans le monde, ainsi que l’antagonisme envers la Russie et la Chine, s’inscrivent dans un schéma qui pourrait mener à la troisième guerre mondiale.
Occupy Central : les 12 étapes des USA pour pousser la Chine à une troisième guerre mondiale (25:37)
(chinois sous-titré en anglais)
Les douze étapes employées par les USA pour changer un régime
(telles qu’explicitées dans la vidéo)
  1. Envoyer des agents de la CIA, du M16 et d’autres officines vers le pays cible, comme touristes, étudiants, volontaires, hommes d’affaires ou encore journalistes.
  2. Lancer des ONG estampillées h», luttant pour la démocratie et les droits de l’homme, afin d’attirer les promoteurs de la liberté et des idéaux supérieurs.
  3. Attirer les traîtres, en particulier des universitaires, des politiciens, des journalistes, des soldats, etc., par l’argent, ou le chantage, pour ceux qui ont commis quelque chose de répréhensible.
  4. Si le pays a des syndicats, les contrôler par la corruption.
  5. Choisir une appellation sympa ou une couleur pour la révolution, par exemple le printemps de Prague (1968), la révolution de velours dans l’Est-européen (1969), la révolution des roses en Géorgie (2003), la révolution du cèdre au Liban (2005), la révolution orange en Ukraine, la révolution verte en Iran, la révolution de jasmin, le printemps arabe ou encore la révolution des parapluies à Hong Kong.
  6. Commencer des manifestations sur n’importe quel motif, juste pour lancer la révolution. Ça peut être les droits de l’homme, la démocratie, la corruption du gouvernement, une fraude électorale. Pas de preuves nécessaires, une justification suffit.
  7. Écrire les calicots et autres banderoles en anglais, afin qu’ils puissent être lus aux USA, et ainsi impliquer les politiciens et citoyens américains.
  8. Laisser les politiciens, les intellectuels et syndicalistes corrompus rejoindre les manifestations, et en appeler au peuple pour qu’il se joigne à eux, toute doléance étant la bienvenue.
  9. Faire en sorte que les médias officiels, tant US qu’européens, soulignent que la révolution est causée par l’injustice, de façon à gagner l’opinion de la majorité silencieuse.
  10. Quand le monde entier regarde, monter une opération sous fausse bannière. Le gouvernement ciblé sera très vite déstabilisé, et perdra du crédit auprès de son propre peuple.
  11. Faire intervenir des agents provocateurs, pour forcer la police à utiliser la violence. Le gouvernement ciblé perd alors soutien des autres pays et devient délégitimé aux yeux de la communauté internationale.
  12. Envoyer des politiciens locaux aux USA, en Europe et aux Nations-Unies demander des sanctions économiques à l’encontre du gouvernement ciblé, des zones d’exclusion aérienne, voire des frappes aériennes, et soutenir un soulèvement de rebelles armés.
Quiconque a fait un peu attention aux événements récents de ce monde peut reconnaître le schéma décrit. Les psychopathes ne sont pas à ce point imaginatifs. Ils utilisent jusqu’à la corde les mêmes méthodes, encore et encore. Et la plupart du temps, cela bénéficie à ces psychopathes qui gouvernent, pour qui ça ne pose pas de problèmes si, une fois leur marionnette installée au pouvoir, on révèle leur rôle dans la combine. Les médias de masse, serviles et obéissants, sont toujours disponibles pour poursuivre le travail de propagande et annihiler toute contestation qui dévoilerait la main du marionnettiste derrière le décor, ou salir des réputations, quand les arguments manquent. Un exemple édifiant de ce genre de situation est à trouver à Hong Kong, dans les événements récents, est à voir dans un article intitulé Le New York Times part en vrille à propos de la liberté d’association en Chine [1].
Et, ça tombe bien, la mémoire du grand public est assez courte, avec les distractions à la sauce d’Hollywood, les médias sociaux sur internet, et carrément la Loi constitutionnelle [2] au sens strict pour faire bonne mesure.
La vidéo se poursuit :
« Si les douze étapes n’aboutissent pas à renverser le régime, les USA trouvent une excuse pour intervenir militairement et finalement faire tomber le gouvernement ciblé par la force. En fait, cette démarche a montré son efficacité.
[…]
Ainsi ce n’est pas par des mouvements civils spontanés que des pays sont renversés. Bien au contraire, les révoltes sont préparées avec soin, et orchestrées jusqu’au moindre détail. En fait, renverser un pays par civils interposés est de loin meilleur marché qu’envoyer des troupes pour attaquer et détruire ledit pays. C’est pourquoi les USA continuent à appliquer ces douze étapes contre les pays qu’ils considèrent comme des ennemis. »
La vidéo blâme les francs-maçons, mais il serait plus pertinent d’accuser l’élite psychopathe. Un de ses traits majeurs est le fait qu’elle n’a aucune conscience spirituelle, et donc se moque absolument des souffrances humaines, et même du nombre de morts occasionné. On pourrait même avancer qu’elle goûte la souffrance…
Comme toujours, il ne tient qu’à nous de prendre conscience de ce cauchemar et de nous réveiller, de comprendre qu’il y a, parmi nous, des prédateurs dénués de valeurs éthiques ou d’humanité. C’est devenu plus facile, à mesure que l’empire du Chaos, dans sa lutte désespérée pour maintenir son hégémonie, montre sa vraie nature, à qui veut voir. Et ainsi donc, l», une réalité que les pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), et même d’autres, commencent à pleinement saisir. Il est certain qu’une plus grande coopération parmi ces pays a permis de diffuser la prise de conscience du modus operandi de ces psychopathes. La vidéo référencée ci-dessus en est une de ses illustrations.
Aeneas Georg
Traduit par Geoffrey, corrigé par Sylvain
Notes

INDE

Washington à New Delhi: « pas le moment de faire des affaires » avec Moscou 06/12/2014

Washington à New Delhi: "pas le moment de faire des affaires" avec Moscou

Les États-Unis ont prévenu vendredi l’Inde que le climat de tensions internationales avec la Russie n’était pas propice à faire des affaires avec Moscou, avant une prochaine visite du président Vladimir Poutine à New Delhi.

« Nous l’avons déjà dit: ce n’est pas le moment, maintenant, de faire des affaires avec la Russie », a mis en garde la porte-parole du département d’Etat Marie Harf, interrogée lors de son point de presse sur le voyage programmé la semaine prochaine du chef du Kremlin en Inde. « Nous avons bien entendu fait passer (le message) à nos alliés et à nos partenaires dans le monde », a insisté la responsable américaine, dont le gouvernement est en froid avec Moscou, principalement en raison de la crise ukrainienne.

D’après des responsables indiens, le premier voyage du président Poutine depuis l’accession au pouvoir en mai du Premier ministre indien Narendra Modi est destiné à doper les échanges russo-indiens qui plafonnent à 10 milliards de dollars par an. Une quinzaine d’accords commerciaux pourraient être signés. « Il y a souvent beaucoup de rumeurs sur des contrats commerciaux ou économiques, mais voyons ce qu’il en sortira concrètement », a minimisé Mme Harf.

Héritage de la Guerre froide, l’Inde et la Russie ont longtemps été de très proches alliées. Washington et New Delhi se sont toutefois rapprochés de manière spectaculaire ces dix dernières années, notamment sous la présidence de George W. Bush (2001-2009).

Son successeur à la Maison Blanche, Barack Obama, se rendra en Inde fin janvier à l’invitation du Premier ministre Modi, lequel avait été reçu le 30 septembre dans le Bureau ovale lors d’une rencontre sans précédent. http://www.lorientlejour.com/article/899585/washington-a-new-delhi-pas-le-moment-de-faire-des-affaires-avec-moscou.htm

AMÉRIQUES

CUBA

Date : 9 décembre 2014
Objet : Portugal, Sivens, Béziers, Lugansk, Cuba, nazisme, laicité, Ziouganov…
Voir cette Infolettre dans votre navigateur.

Sommet des Amériques : Cuba plébiscitée, les États-Unis isolés

Publié le : 6 décembre 2014

Pour la première fois de son histoire, le prochain Sommet des Amériques qui aura lieu en mai 2015 au Panama pourra compter sur la présence de Cuba, ostracisée depuis le triomphe de la Révolution de 1959 par les États-Unis avec son expulsion de l’Organisation des États américains (OEA) en 1962. La Havane n’avait pas pu participer aux précédentes éditions de 1994, 1998, 2001, 2005, 2009 et 2012. Cette septième rencontre, qui réunit les 34 pays membres de l’OEA tous les trois ou quatre ans, fait suite au (…)

USA

Date : 9 décembre 2014
Objet : Envolé l’or dont les États-Unis étaient dépositaires depuis la seconde guerre ?

Envolé l’or dont les États-Unis étaient dépositaires depuis la seconde guerre ?
par Vicky Peláez

lundi 8 décembre 2014, par Comité Valmy

Envolé l’or dont les États-Unis étaient dépositaires depuis la seconde guerre ?

« Qui contrôle l’argent contrôle le monde » Henry Kissinger

L’année 2014 entrera dans l’histoire comme l’année de l’effondrement du système international et de l’affrontement multidimensionnel entre les États-Unis, l’Union Européenne et son bras armé, l’OTAN, face à la Russie et aux pays des BRICS [Acronyme pour les 5 principaux pays émergents : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du sud. Ndlt] qui se sont risqués à briser l’uni polarité d’un monde dominé par les États-Unis.

En réponse à cette bravade, le Grand Patron a fixé toute une série de mesures répressives contre la Russie et entamé une guerre financière soigneusement planifiée en jouant avec les prix du pétrole et des métaux précieux, notamment l’or.

Les États-Unis espèrent ainsi surseoir à leur inévitable déclin économique et enrayer la diminution de leur contribution au Produit Intérieur Brut Mondial. Actuellement, l’apport des États-Unis d’Amérique au PIB Mondial se monte à 22 pour cent alors que les prévisions montrent que celui de la Chine atteindra 18 pour cent en 2016. Pour maintenir sa domination sur le monde, Washington cherche donc à renforcer les deux traditionnels piliers de son hégémonie : le pouvoir militaire et le rôle du dollar comme monnaie de réserve mondiale.

Mais le dollar accuse une fragilité qui n’a pu être dissimulée aux yeux du monde. Selon le journaliste financier, Bill Holler, « l’or est au dollar ce que la kryptonite [Petite pierre/matériau imaginaire de l’univers des « comics », en référence directe à Superman (elle affecte ses supers pouvoirs et constitue son talon d’Achille). Ndlt] est à Superman. C’est pourquoi, à certaines étapes de la politique monétaire, il faut maintenir les cours de l’or au plus bas afin d’assurer la valeur du dollar. »

Tous les matins, par téléconférence entre le bureau principal du LIBOR [Taux Inter Bancaire pratiqué à Londres. Ndlt] (London InterBank Offered Rate) et cinq banques internationales, le prix de l’or est établi, tout comme le taux d’intérêt de 10 autres monnaies de réserve, qui, lui, est soumis à l’approbation de 18 des plus grandes banques mondiales.

Il est de notoriété publique que les grandes banques nord-américaines ont pris le contrôle du secteur financier mondial depuis et durant la Seconde Guerre Mondiale. C’est précisément en ces temps troublés que plus de 122 pays se virent dans l’obligation de déplacer leurs réserves d’or à la Réserve Fédérale des États-Unis, plus précisément à la Federal Reserve Bank of New York [L’une des douze banques de la Réserve Fédérale des États-Unis. Ndlt] et au dépôt de Fort Knox [Abrite la réserve d’or US depuis 1937. Ndlt] (Kentucky).

Immédiatement après le montant des réserves d’or nord-américaines passa de 9 mille millions en 1935 à 20 mille millions. N’oublions pas le rôle clé qu’a joué l’or, aux côtés du New Deal du président Franklin D. Roosevelt [1882-1945 ; 32ème président des Etats-Unis ; On lui doit notamment le New Deal, plan de relance économique et de lutte contre le chômage, entre autres. Acteur majeur de la Seconde Guerre Mondiale. Ndlt], dans la conclusion de la Grande Dépression de 1929 aux États-Unis d’Amérique.

En effet, le 5 avril 1933 le président Roosevelt émet l’ordre 6102 qui interdit la possession d’or pour les citoyens américains ou étrangers résidant sur le territoire, que ce soit en pièces, en lingots ou en certificats, les forçant à les vendre à la Réserve Fédérale pour 20,67 dollars l’once troy d’or [Unité de mesure de masse pour les métaux et pierres précieux. Ndlt ] (31,1 grammes). Les contrevenants encourent une peine de prison de dix ans et une amende de 10,000 dollars. Grâce à cette seule mesure, on estime à trois mille millions de dollars l’augmentation du Trésor US.

C’est ainsi qu’en 1944, leurs coffres remplis d’or, du leur et de celui des autres, alors que la défaite imminente du nazisme est déjà pressentie, Washington décide qu’il est temps de prendre la tête du Nouvel Ordre Économique Mondial. L’annonce en est rendue publique en juillet 1944, lors de la conférence internationale tenue à Bretton Woods (USA). On y adopte un étalon de change-or où les États-Unis sont chargés de maintenir le cours de l’or à 35,00 dollars l’once et on leur accorde le droit de convertir des dollars en or à ce prix, sans restrictions ni limitations. Le boom économique américain de l’après-guerre doit aussi beaucoup à l’or accumulé par le pays.

De plus si les États-Unis se devaient d’être généreux envers leurs alliés, en particulier le Japon et l’Allemagne de l’Ouest, leur principale motivation était surtout leur souci de démontrer la supériorité du système capitaliste sur le modèle socialiste. Presque tout était financé par les réserves d’or mais ces largesses avaient un prix. Et, postérieurement, quand le coût de la guerre du Vietnam les ponctionna plus encore, elles avaient atteint un seuil critique en 1968.

Tout ceci obligea le président Richard Nixon à mettre un terme aux accords de Bretton Woods et à désolidariser l’or du dollar, déclarant ce dernier nouvelle monnaie de réserve mondiale. Depuis lors, le dollar dépend exclusivement de la capacité d’impression de la Réserve Fédérale à mettre la monnaie en circulation. On évalue qu’aujourd’hui elle imprime un billion de dollars par an.

La domination du dollar est telle que les réserves des Banques Centrales de 193 pays sont à 67% en dollars, environ 15% en euros et les18% restants en devises nationales. Les Etats-Unis sont parvenus à mettre en place un système financier international qui protège leur économie de l’effondrement, malgré leur déficit commercial de 500 000 millions et leur dette tant intérieure qu’extérieure de 70 millions de millions de dollars.

Les autres pays du monde sont si étroitement engagés vis à vis de la Réserve Fédérale qu’ils ne peuvent cesser de l’alimenter sur leurs deniers pour éviter l’effondrement de l’actuel Système Financier Mondial. On calcule qu’environ 2,5 mille millions de dollars rentrent chaque jour dans les caisses américaines en provenance de sources étrangères.

Países de la UE repatrian sus reservas de oro
© RIA Novosti.

Les pays de l’UE rapatrient leurs réserves d’or

Mais qu’est-il arrivé à l’or que les 122 pays avaient stocké aux États-Unis d’Amérique ?

Personne ne le sait vraiment. Selon la Réserve Fédérale, en 1945 Fort Knox en était venu à stocker 20 000 tonnes d’or qui en 2013 se réduisaient à 4175 tonnes. Dans le même temps, selon le web officiel de la Maison de la Monnaie, il y aurait environ 5 000 tonnes métriques d’or dans les coffres de la Federal Reserve Bank of New York (Réserve Fédérale de New York). Mais ces chiffres restent sujets à caution, car personne n’a pu les accréditer.

Déjà dans les années Reagan, lors de l’affaire de l’Irangate [Scandale politique des années 80 aux USA . Certains membres du gouvernement auraient vendu des armes à l’Iran pour financer les « Contras », mouvement contre-révolutionnaire nicaraguayen de lutte armée regroupant les opposants au régime Sandiniste de Daniel Ortega. Il s’agissait donc bien de renverser un régime politique dit « communiste ». Ndlt], les États-Unis, par manque de liquidités, avaient du recourir au narcotrafiquant bolivien Roberto Suárez Gómez pour commercialiser 500 tonnes de cocaïne sur le sol américain afin de financer les Contras et en finir avec le sandinisme au Nicaragua.

Ce qui est arrivé à l’or déposé dans les caves souterraines des 5 et 7 WTC après la tragédie du 11 septembre 2001, demeure également un mystère. En effet, il devait s’y trouver, selon les informations officielles pour environ 1000 millions de dollars en or. Et seuls 230 millions ont été retrouvés. Par ailleurs, l’hebdomadaire US American Free Press a publié le 27 août 2011 une interview de l’ex parrain de la mafia Tony Gambino qui déclare « je sais que le gouvernement de George W. Bush non seulement avait connaissance, mais a aussi contribué à organiser le 11 septembre aux fins de, premièrement provoquer une guerre en Irak, deuxièmement s’emparer de l’or caché sous le World Trade Center ».

En février 2014, le républicain membre du Congrès Paul Ron tira la sonnette d’alarme quand il déclara que depuis 40 ans il n’y avait eu ni audit à Fort Knox ni accès autorisé à aucun des membres du Congrès qui aurait pu permettre de s’assurer de l’existence de l’or. Durant la séance, il parvint même à mettre en doute la réalité des richesses supposées à Fort Knox ou à la Banque de Réserve de New York. Une tentative avortée de l’Allemagne pour rapatrier 300 des 1 560 tonnes conservées à New York décupla les doutes quant aux stocks d’or aux États-Unis. En définitive, l’Allemagne n’a recouvré que 34 tonnes et la promesse de livrer les 266 tonnes restantes dans les sept ans à venir.

L’ex sous-secrétaire du Trésor, Paul Craig Roberts, ajoute « les États-Unis d’Amérique ne détiennent pas d’or et ne peuvent donc le restituer, c’est pourquoi l’Allemagne a été sommée d’entériner cette situation et de cesser de réclamer ce qui lui appartient. Les États-Unis ont fait pression sur leur État allemand pantin pour qu’il taise la vérité et fasse paraître un communiqué modifié. »

De par la crise économique que traversent les États-Unis, on pourrait en conclure que le Grand Patron a dilapidé son or et celui des autres, mais à ce jour, personne n’est réellement en mesure de savoir ce qu’il se passe dans les profondeurs de Fort Knox et dans celles de la Banque de Réserve Fédérale. Entre temps de nombreux pays font tout leur possible pour rapatrier leur or en pensant à l’avenir compliqué qui se profile.

Il y a quelques années, l’ex président Hugo Chávez réussit à recouvrer 39 des 300 tonnes du trésor vénézuélien dont les États-Unis étaient dépositaires.

Mais, qu’en sera-t-il pour les autres pays ?

Vicky Peláez

Source :
Ria Novosti.
Moscou, 4 décembre 2014.

Traduit de l’espagnol pour El Correo par : Florence Olier-Robine

 

Photo de John Pilger[Vidéo + Transcription] La guerre est en cours, elle se fait par les médias et la propagande triomphe

Pourquoi tant de journalistes ont-ils succombé à la propagande ? Pourquoi la censure et les distorsions sont-elles des pratiques courantes ? Pourquoi la BBC se fait-elle la voix d’un pouvoir rapace ? Pourquoi le New York Times et le Washington Post trompent-ils leurs lecteurs ? Pourquoi n’enseigne-t-on pas aux jeunes journalistes à analyser l’agenda médiatique et à contester les hautes prétentions et les basses intentions de cette fausse objectivité ? Et pourquoi ne leur enseigne-t-on pas que l’essence de ce qu’on appelle les médias de masse (dominants) n’est pas l’information, mais le pouvoir ?

La popagande de la TV insuffle des cellules dormantes parmi nousLa propagande de la télé insuffle des cellules dormantes parmi nous

Lire la suite →

VENEZUELA

De : <[email protected]>
Date : 8 décembre 2014
Objet : de JeMi… Le FMI ne commande pas au Venezuela, semble t-il!!

Quelle différence entre le président Vénézuélien et notre vesse-de-loup de l’Élysée, Flasque 1er.
*************
VENEZUELA, Président Maduro : Nous sommes libres du FMI !
lundi 8 décembre 2014 –

VENEZUELA, Président Maduro : « Nous sommes libres du FMI ! »  (NDLTr. : Voilà un Président DEBOUT avec son Peuple face au refus de vivre à genoux ! Bénéfices clairs : Bien sûr dès l’instant qu’ils ne vont pas aux multinationales entr’autres, pour le FMI ce sont des bénéfices obscurs : A lire plus loin ! )

Le Président de la République Bolivarienne du Venezuela, Nicolas Maduro, a répondu ce samedi à la Présidente du FMI,Christine Lagarde, pour lui exprimer que « le Venezuela est libre de tout lien avec cet organisme économique, et des spaghettis qu’a dans sa tête la dite dame. »

Le Dignitaire National a eu cette entrevue ce samedi devant TELESUR (émetteur télévisé d’Amérique du Sud) et a considéré comme un manque de respect ce qu’a déclaré Mme. Lagarde a Santiago du Chili . La qualifiant comme une Française de mentalité Nord-américaine (« gringa »)

Parce que ce vendredi pendant l’installation d’un forum économique à Santiago du Chili, la chef du FMI a considéré que les coalitions comme le MERCOSUR, ALBA, UNASUR notamment ,ont créé un plat de spaghettis sans laisser de bénéfices clairs !

« Nous sommes libres du FMI, de la Banque Mondiale, et du spaghetti qu’a dans sa tête la Présidente du FMI (…) Le Venezuela ne va pas avoir ce type de recettes qui a déjà fait ses preuves en Amérique-Latine et dont l’étape supérieure de ces recettes économiques sont aujourd’hui appliquées pour détruire l’ Europe ! » a déclaré Nicolas Maduro en réponse à ces déclarations ! Le Chef de l’État Vénézuélien rappela que actuellement l’Espagne se détruit par les politiques affamantes et pour plus de souffrance avec déjà 27% de chômeurs dont 57% de jeunes

« Le FMI est responsable du saccage financier qui a privé du Droit à l’alimentation, la santé et l’éducation, aux Peuples latinos-Américains durant des décennies et est responsable aussi des massacres des années 90 quand il prétendait imposer par des tyrannies les économies néo-libérales dans la région « , a insisté le Président Nicolas Maduro pour réitérer que : Nous autres, c’est fait, nous avons dépassé cette étape, parce que nous sommes libres de l’amarrage avec le FMI, et des spaghettis qu’a dans sa tête la Présidente du FMI !

(source TELESUR)

 

 

 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,