Aller à…
RSS Feed

27 juillet 2021

ABDERRAHMANE SISSAKO, LE BHL DES DUNES


ABDERRAHMANE SISSAKO, LE BHL DES DUNES

DECRYPTAGES – PAR NICOLAS BEAU – Publié le 18 Déc, 2014
Encensé par la critique pour son film « Timbuktu », un péplum bourré de poncifs et d’un ennui torride, Abderrahmane Sissako, cinéaste amnésique, ne met jamais en avant ses fonctions de « conseiller culturel » du président mauritanien Aziz. Ce dictateur médiocre a fait main basse sur son pays et emprisonnait, le 11 novembre, le leader anti esclavagiste Biram Dah Ould Abeid. Allo, Sissako, on ne t’entend guère?
abderrahmane-sissako-le-bhl-des-dunes

Crédit photo: Tous droits réservés d.r.
Sans même entrer dans les qualités supposées d’un film juste ennuyeux, bourré de clichés et qui donne du drame malien des images léchées et sans contextualisation, il faut rappeler qui est vraiment l’auteur de l’oeuvre, Abderrahmane Sissako. Toujours paré d’une chemise blanche immaculée et largement ouverte, ce BHL des dunes n’est cinéaste qu’à ses heures perdues. Ce qui le nourrit ces dernières années, ce sont ses fonctions de conseiller « culturel » attitré du président Mohamed Ould Abdel Aziz, le chef d’Etat mauritanien qui a imposé à son peuple une médiocre dictature de sous-préfecture, en faisant main basse sur les richesses de son pays.
Lorsqu’on se rendait ces dernières années à Nouakchott comme l’auteur de ces lignes en 2012, on apercevait le « grand », l’immense cinéaste plutôt oisif, qui recevait les rares journalistes étrangers dans les cafés chics de la capitale mauritanienne. Il fallait entendre Sissako défendre le bilan d’un régime répressif et corrompu, mais telleemnt utile justement, rappelait-il, dans la lutte contre les forces du mal. Au point d’ailleurs que la Mauritanie d’Aziz n’a pas  envoyé un seul soldat au Nord-Mali combattre les jihadistes aux cotés de l’allié français. Et ne parlons pas du pacte discret conclu par ce pouvoir avec le salafisme dont les prédicateurs sont omni présents dans les mosquées et avec les groupuscules violents, qui épargnent étrangement ce pays aux frontières pourtant poreuses.
Partager

Plus d’histoires deLibye