Aller à…
RSS Feed

5 mars 2021

30 000 euros d’amende pour le « Charlie Coulibaly » de Dieudonné


AU NOM DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION ILS VEULENT CONDAMNER LA LIBERTÉ D’EXPRESSION…NOUS NE NOUS LAISSERONS PAS FAIRE…  SOUTENONS DIEUDONNÉ…

05/02/2015

30 000 euros d’amende pour le « Charlie Coulibaly » de Dieudonné

 

30 000 euros d'amende pour le "Charlie Coulibaly" de Dieudonné

Ce mercredi, Dieudonné comparaissait devant la justice pour apologie du terrorisme suite à son message publié sur Facebook « je me sens Charlie Coulibaly ».

Dieudonné M’Bala M’Bala, déjà condamné à plusieurs reprises pour des propos antisémites, comparaissait ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris pour apologie du terrorisme. La raison : son message publié sur Facebook « je me sens Charlie Coulibaly ».

Comme le rapporte BFM TV, 30 000 euros d’amende ont été requis contre lui. Le message litigieux qui associe le slogan de soutien à Charlie Hebdo au nom du preneur d’otages Amédy Coulibaly avait provoqué un scandale.

Durant le procès, le polémiste a déclaré avoir voulu participer à la marche républicaine de Paris, mais se sentant exclu par les forces de police, il a finalement participé à une marche dans une commune d’Eure-et-Loir où il réside.

L’humoriste controversé a ajouté qu’il condamnait « sans aucune ambiguïté » les attentats mais qu’il se sentait traité comme un terroriste alors que selon lui, son message publié sur Facebook est « une parole de paix ».

Lire aussi – « Je me sens Charlie Coulibaly » : Dieudonné exclu de plusieurs salles

Le jour de la marche républicaine, alors que la plupart des manifestants proclamaient « Je suis Charlie » en hommage aux victimes de l’attentat de Charlie Hebdo, Dieudonné avait écrit sur sa page Facebook « Je me sens Charlie Coulibaly ».

Trois jours après, le message avait été enlevé de sa page Facebook. Il a tout de même été placé en garde à vue suite à une convocation restée sans réponse. Le parquet avait ensuite décidé de le convoquer devant le tribunal correctionnel de Paris. Le délit d’apologie du terrorisme peut-être passible de sept ans de prison et de 100 000 euros d’amende.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,