Aller à…
RSS Feed

28 février 2021

Saint-Valentin : Ni fleurs, ni diamants de l’occupation !


 


Saint-Valentin : Ni fleurs, ni diamants de l’occupation !

vendredi 6 février 2015

Chaque année à la Saint Valentin, Israël déverse des tonnes de fleurs en Europe, et vend à cette occasion une partie importante des diamants taillés, dont les profits alimentent l’armée d’occupation. Alors, le 14 février prochain, ne lui dites pas « Je t’aime » de cette façon !

Chaque année à la Saint Valentin, Israël déverse des tonnes de fleurs en Europe après un petit tour en Hollande pour les rafraîchir et faire disparaître toute mention de provenance.

Ces fleurs proviennent des terres volées aux Palestiniens, annexées ou occupées. Pas question de les acheter.

Ce que l’on sait moins, c’est qu’à l’occasion de la Saint Valentin, Israël écoule également le 10e de sa production de diamants, .

Alors que l’ensemble des exportations chutent en Israël depuis les deux offensives meurtrières sur Gaza, (et particulièrement le tourisme, en baisse de 77,5 %), selon les indicateurs rapportés par la revue Globes en Novembre 2014, les exportations de diamants israéliens taillés et polis, se portent bien et s’élèvent à plus de 10 milliards de dollars par an, dont 1 milliard va directement alimenter le budget militaire de l’Etat criminel.

La revue économique rapporte même une augmentation de 53 % de l’industrie israélienne du diamants, la première du pays (Israël importe des diamants bruts, et double leur valeur en les taillant et en les polissant). Peu d’acheteurs sont en effet conscients que ces diamants sont liés aux crimes de guerre israéliens.

Comme il est impossible de distinguer les diamants israéliens des autres diamants taillés dans d’autres pays (seuls les diamants bruts bénéficient de réglementations), la campagne « Stop Israel’s blood diamond trade » prend de l’ampleur.

Ainsi ,à Londres, ce samedi 7 février, une manifestation se déroulera dans Bond Street et Picadilly Street devant les principales bijouteries se fournissant en Israël, dont De Beers (qui fournit les diamants bruts), Leviev, Cartier, TIffany, et Graff.

Pour information :
- Lev Leviev, l’une des plus grosses fortunes israéliennes, investit dans les colonies illégales implantées dans les territoires palestiniens et réservées aux juifs
- Cartier se fournit notamment chez Leo Schachter Diamonds, qui verse chaque année un minimum de 60 millions de dollars à l’armée d’occupation
- l’un des plus gros diamantaires israéliens, Steinmetz Diamonds Group (désormais connu sous le nom de Diacore), finance la célèbre Brigade Givati, qui s’est distinguée par ses crimes à Gaza, parmi lesquels le massacre de la famille Samouni. Diacore fournit notamment Tiffany.

En février 2013, plus de 50 organisations de la société palestinienne ont lancé, aux femmes et aux hommes de conscience du monde entier, un appel à ne pas acheter les diamants israéliens.

CAPJPO-EuroPalestine

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,