Aller à…
RSS Feed

21 juin 2021

Ukraine – Syrie (Irak, Liban, Iran) : déclencheurs d’une guerre globale


 

 07/02/2015

Ukraine – Syrie (Irak, Liban, Iran) : déclencheurs d’une guerre globale07/02/2015

Suivant, autant que possible, l’actualité militaire (et géopolitique) depuis 4 ans (attaque internationale de la Syrie puis guerre dans le Donbass – Ukraine simultanément au massacre estival à Gaza, notamment), je vois approcher à grand pas une guerre qui pourrait être dévastatrice pour l’Europe (au moins).
la France n’y échapperait pas, ayant abandonné sa souveraineté aux USA : depuis Sarkozy, toutes ses opérations militaires sont sous commandement effectif US (ou obtenus avec leur aval). depuis les Chefs d’Etats-majors jusqu’aux officiers en vue, toute l’élite militaire passe désormais par l’OTAN (l’outil répressif de ce « machin » qu’est l’ONU, selon un De Gaulle si regretté) et / ou suit un parcours euro-atlantiste voire purement états-unien (lire leurs biographies est très instructif). Les lobbyistes et conseillers politico-militaires les plus influents sont de la même veine (j’en ai personnellement connu – d’Afghanistant ou du Kosovo -, ils sont à vomir de lâcheté et d’opportunisme).
la défense (aérienne en particulier) du territoire français est démantelée (voir la fermeture de la base de Creil, qui servait à ma protection de la région de Paris, et d’autres), le budget est réduit au profit des opex menées sans discussion parlementaire, hors de tout contrôle démocratique et dans une continuité coloniale totale. depuis Sarkozy, le conseiller militaire du Président n’est autre que Benoît Puga, ex- patron des opérations spéciales (GCOS); c’est dire toute l’orientation de la politique de défense.
Imminence donc d’une guerre globale sinon mondialisée : c’est l’avis confirmé des personnalités de haut niveau non réputées pour être alarmistes ou manipulatrices : Gorbatchev (qui a vendu son pays et le regrette aujourd’hui), le Conseiller (très écouté) Glazyev de V. Poutine, le député G. Chiesa en Italie (qui s’est exprimé sur les attentats parisiens), aux USA, l’ex. Sénateur  P. Craig Roberts, le très influent (et sanguinaire) H. Kissinger (il sait de quoi il parle tant il a été à l’origine de guerres effroyables depuis les années 70), Senat. Ron Paul, etc. Des centaines d’observateurs de premier plan en parlent mais ne passent évidemment pas dans nos médias (payons-nous nos redevances télé pour ne pas savoir?!)
au niveau international, il faut noter le refus de la Russie, avec la Chine – suivis par les BRICS – de céder désormais à l’Empire, sans oublier l’accélération de leur alliance avec les puissants Iran, Corée du Nord, Hezbollah libanais et irakien, Ansarallah du Yémen. et, en face, l’Hubris, le désir terrible de guerre et de domination des cercles les plus influents de la Maison-Blanche.
cette hypothèse de guerre mondiale prend tout son sens avec une austérité obligatoire, la montée des contestations populaires, le discrédit total des élites dirigeantes (UE – USA et locales) et de leurs médias et intellectuels serviles, la mise en place d’une surveillance systématique de tous (à la suite des traumatismes nationaux qui tombent bien à pic…), une militarisation de l’espace public mais aussi du discours politique et du législatif, sans parler de la diabolisation des musulmans (et par-delà des religions).
à cela s’ajoute, la conscience plus ou moins verbalisée – et quotidiennement observable – d’un vide grandissant (non réductible par les appels à mobilisation ministériels): perte de sens existentiel, absence de projet collectif fédérateur, suppression de toute référence (publique d’abord) à l’Immanence et à l’effort spirituel, consumérisme allié à un technologisme débridé, individualisme exacerbé.
pour le moment, la peur de la guerre civile et du déclassement retarde, dans toutes les classes sociales, la mise à feu.
c’est pourtant ce vide qui pourrait achever notre propre déchéance interne et nous faire accepter la propagande de guerre (« Poutine l’autiste », « Bachar ne mérite pas de vivre »…), par le jeu des radicalisations et des réactions haineuses, dans une confusion générale et une instrumentalisation pyromane.
L’accélération des opérations psychologiques et opérationnelles (Golan, Syrie, Territoires occupés, Liban, Irak, Libye, et tant d’autres à travers le monde dont, maintenant l’Europe), mais aussi l’actu financière et économique au bord de l’effondrement général (explosion du dollar prévu cette année par d’éminents financiers, découplement du Franc suisse de l’Euro, etc.), semble indiquer que nous arrivons à un point de grande conflagration.
pris, comme vous tous, par le quotidien (dans un pays bridé par ses peurs et ses contradictions non résolus, écrasé par les tracasseries administratives et les impôts – qui vont dans le budget des frappes – surtout aériennes – en Libye puis au Sahel, alimentent les groupes terroristes – « modérément » décapiteurs – de Syrie et les industries de l’armement), il m’est cependant difficile de me préparer mentalement à cette possibilité tant elle est paralysante.
il nous reste qu’à lire les (seules) conclusions de ces observateurs et à alerter nos entourages, comme nous incrédules …
s bensmail

Gorbatchev avertit que le conflit ukrainien pourrait déclencher une troisième guerre mondiale

AGRESSION RUSSE AGRESSION RUSSEPepe Escobar est en colère | LE SAKER FRANCOPHONE



 

Partager

Plus d’histoires deLibye