Aller à…
RSS Feed

28 février 2021

EUSKAL HERRIA Plus de 3 000 cas de torture signalés


Plus de 3 000 cas de torture signalés

Le département de la Paix et de la Coexistence de la Communauté autonome basque a rendu un premier rapport sur les dénonciations de torture entre 1960 et 2010. Il fait état de 3 587 plaintes, judiciaires comme publiques.

Mediabask|2015/02/11|0 iruzkin
Etxeberria_fernandez

La juriste Laura Pego, le médecin Paco Etxeberria et le responsable du département de la Paix et de la coexistence Jonan Fernández ont présenté le rapport.

A quelques jours de la journée de dénonciation de la torture au Pays Basque, le 13 février, le gouvernement de la Communauté autonome basque (Cab) a rendu public une étude qui recense 3 587 dénonciations de torture. Commandé par le département de la Paix et de la Coexistence du Gouvernement de Gasteiz, le rapport a été dirigé par le médecin légiste reconnu Paco Etxeberria et l’Institut basque de criminologie de l’université publique (UPV).

Les résultats rendus publics le 6 février représentent une première étape d’un travail lancé en mars 2014. Ils prennent en compte les mauvais traitements administrés entre 1960 et 2010 par les différents corps de police, ayant fait l’objet d’une dénonciation en Bizkaia, Gipuzkoa et Araba.

Sur les 3 587 signalements, 2 820 cas ont été étudiés à ce jour : 2 394 sont des hommes, 426 des femmes ; 1 319 dénonciations concernent la police espagnole, 1 174 la Garde civile, 271 la police de la Cab, la Ertzaintza ; 474 se situent dans les années 70, 914 cas dans les années 80, 687 dans les années 90, 540 dans les années 2 000. Pour le moment, 1 183 victimes ont réitéré leur dénonciation pour torture ou mauvais traitement.

L’étude s’appuie sur des dénonciations individuelles. Dans un premier temps, une liste de toutes les dénonciations, qu’elles soient judiciaires ou publiques, a été faite. Un travail qui n’a pas encore abouti. Les scientifiques devront ensuite les vérifier, mais ils ont reconnu que « c’est très difficile » de le faire. Ils ont donc assuré qu’ils prendront le temps qu’il faudra pour faire un rapport sérieux.

L’étude a pour objectif de faire la lumière sur les « effets réels » de la torture ces 50 dernières années dans la Cab. Cela permettrait d’engager un processus « de reconnaissance, de réparation et de prévention ». Ce projet fait partie du travail de mémoire prévu dans le Plan de paix et de coexistence du gouvernement basque. Les résultats de l’étude seront adressés au Parlement de Gasteiz et à la Commission de prévention de la torture du Conseil de l’Europe.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,