Aller à…
RSS Feed

16 juin 2021

« Les juifs américains soutiennent Israël, pas Benjamin Netanyahu »


« Les juifs américains soutiennent Israël, pas Benjamin Netanyahu »

MONDE | Mis à jour le mardi 3 mars 2015 à 13h30


  • La visite du Premier ministre israélien aux Etats-Unis crispe un peu plus les relations entre Benjamin Netanyahu et la Maison-Blanche. Le président républicain de la Chambre l’a invité directement à s’exprimer devant le parlement américain. Le chef du gouvernement israélien, en campagne électorale, veut empêcher un accord entre les Etats-Unis et l’Iran sur le nucléaire. Benjamin Netanyahu peut-il emporter l’adhésion des Américains, et en particulier de l’électorat juif ? L’avis de Jacques Berlinerblau, professeur à l’université de Georgetown, spécialiste de la civilisation juive.

    Comment cette intervention du Premier ministre israélien dans le débat politique américain est-elle perçue par la communauté juive américaine?

    Jacques Berlinerblau : « Les juifs américains sont très divisés. Ils ne savent pas comment réagir face à cette situation, qui est sans précédent dans l’histoire des États-Unis : un chef de gouvernement israélien qui vient sans la permission, si l’on peut dire, du président américain. Il faut savoir aussi que les juifs progressistes sont proches du parti démocrate. Je pense que l’idée de Netanyahu c’était de brouiller cette alliance traditionnelle entre les juifs progressistes américains et le parti démocrate ».

    Les juifs américains sont majoritairement démocrates ?

    Jacques Berlinerblau : « Depuis 60 ans, entre 70 et 80% des juifs votent pour le parti démocrate. Il y a une tentative ancienne de changer cette dynamique pour attirer une partie des juifs américains vers le parti républicain. Du point de vue de Netanyahu, le parti républicain est beaucoup plus favorable à Israël que le parti démocrate ».

    Mais ne joue-t-il pas là un jeu dangereux, en mettant en danger la relation privilégiée entre Israël et les États-Unis?

    Jacques Berlinerblau : « Oui, c’est un jeu très dangereux, très risqué. Le problème pour Netanyahu est que les juifs américains sont trop progressistes. Ils défendent Israël, mais ils ne soutiennent pas le gouvernement israélien. Ils ne vont pas dire publiquement qu’ils sont contre Netanyahu, parce qu’ils n’aiment pas critiquer le gouvernement d’Israël. Mais cette visite risque de créer une rupture entre les juifs progressistes américains et l’État d’Israël, et ça c’est très dangereux ».

    Pour le président républicain de la Chambre des représentants, il y a une motivation politicienne dans l’invitation qu’il a faite à Benjamin Netanyahu?

    Jacques Berlinerblau : « John Boehner, le président de la Chambre, pense qu’il y a moyen de changer la dynamique entre les juifs et le parti républicain. Il espère récupérer 10 ou 20% de l’électorat juif. Il a trouvé cette stratégie pour bâtir un mur entre les juifs progressistes et le président Obama ».

    Mais l’invitation lancée en court-circuitant la Maison-Blanche, ne montre-t-elle pas un manque de respect pour le fonctionnement normal des institutions américaines?

    Jacques Berlinerblau : « Il y a un manque de respect énorme. Je ne sais pas si dans toute l’histoire des États-Unis on a vu une situation pareille. Donc, ça pourrait se retourner contre Boehner. Mais comme les juifs américains ne sont pas intéressés par le parti républicain, il n’a rien à perdre. S’il parvient à augmenter la part de l’électorat juif de 20 à 30 ou 35%, ça peut être une victoire énorme pour les républicains ».

    Cette visite peut-elle influencer la campagne électorale en Israël?

    Jacques Berlinerblau : « Oui, mais cela aura-t-il vraiment un effet en Israël ? Je ne crois pas que les Israéliens sont tellement intéressés par la politique intérieure aux États-Unis. Je crois que le Premier ministre Netanyahu visait plus à influencer les juifs américains que les électeurs israéliens ».

    Benjamin Netanyahu s’est d’abord adressé à l’Aipac, le lobby pro-israélien conservateur aux États-Unis. Quel est son poids dans la politique américaine?

    Jacques Berlinerblau : « C’est un petit groupe avec un pouvoir énorme aux États-Unis. C’est ce qu’on appelle un ‘groupe d’un seul sujet’. L’Aipac est complètement focalisé sur la défense d’Israël par les États-Unis. Donc, c’était logique que Netanyahu parle devant eux ».

    Il y a un autre lobby pro-israélien, plus progressiste, J-Street. Peut-il contrebalancer l’influence de l’Aipac?

    Jacques Berlinerblau : « Aujourd’hui, non. Mais, comme professeur dans une faculté américaine, je remarque que la jeunesse juive est attirée par les idées de J-Street. En ce moment de l’histoire des États-Unis, ce n’est pas J-Street qui parle pour les Juifs. Mais dans 10 ou 20 ans, ça va peut-être devenir un pouvoir. Il faut donc suivre de près l’évolution de ce groupe ».

    Propos recueillis par Daniel Fontaine

     

Partager

Plus d’histoires deLibye