Aller à…
RSS Feed

2 mars 2021

L’AUTONOMIE STRATÉGIQUE DE L’UNION EUROPÉENNE : UNE DEFENSE EUROPEENNE EST-ELLE COMPATIBLE AVEC L’OTAN ?


L’AUTONOMIE STRATÉGIQUE DE L’UNION EUROPÉENNE : UNE DEFENSE EUROPEENNE EST-ELLE COMPATIBLE AVEC L’OTAN ?

 

EODE-BOOKS – lire – s’informer – se former

Un service du Département EDUCATION & RESEARCH

de l’Ong EODE

http://www.eode.org/

http://www.facebook.com/EODE.org

 

# L’AUTONOMIE STRATÉGIQUE DE L’UNION EUROPÉENNE. PERSPECTIVES, RESPONSABILITÉ, AMBITIONS ET LIMITES DE LA DÉFENSE EUROPÉENNE

 

Auteurs: Nicolas Clinchamps, Pierre-Yves Monjal

Editeur: Larcier

 

L’idée européenne, celle qui a tenté de s’incarner dans la CEE, puis l’UE, va-t-elle vers un échec annoncé ? La question de la défense européenne, mort née dans le pratique, est-elle compatible avec l’appartenance à l’OTAN ? Concrètement, un ensemble supranational, celui de Bruxelles, peut-il exister en s’en remettant à un autre ensemble supranational sous la domination de Washington ?

 

Ces questions sont le véritable enjeu de la question européenne. Et elles montrent les limites de la construction européenne. Le problème étant que ces questions se posaient déjà dans les débats du début des 1Années 50 et encore dans ceux des Années 80 et que le fait qu’elles se posent encore et toujours, dans des termes identiques, en 2015 démontre qu’elles n’ont pas reçu de réponse. L’UE soluble dans l’OTAN, c’est çà la seule réponse apportée …

 

FAUTE D’AUTONOMIE, LA DÉFENSE EUROPÉENNE A-T-ELLE UN SENS ?

 

C’est la question que pose ce livre. Quasi-absente des conflits libyen en 2011 et malien en 2012/2013, elle symbolise plus que jamais les errements de la construction de l’Europe politique. À l’origine, le plan Schumann du 9 mai 1950 fit le pari du long terme : « L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait ». Il fallut dans un premier temps préserver la paix en fédérant l’économie de la guerre. Concrétisé par le Traité CECA, du 18 avril 1951, ce début de construction fédérale à l’envers ouvrit la voie aux négociations du Traité CED. Après l’amorce économique, ce passage, sans doute trop hâtif, à l’Europe politique fut rejeté par le Parlement français en 1954. La construction européenne resta longtemps orpheline de sa défense.

 

« Mais, au début des années 1990, la guerre des Balkans constitua une nouvelle menace au coeur même du Vieux continent et imposa la relance du projet de défense européenne. Devenue réalité, la PSDC s’affirme au travers de ses multiples opérations civiles et militaires », disent les auteurs . Qui semblent ne pas voir que des pays de l’UE, comme la France et l’Allemagne agrandie de l’ex DDR, de retour en Mittel-Europa et dans les Balkans, étaient des facteurs constitutifs de cette même menace. Pourtant, disent-ils la PSD « peine encore à s’imposer ».

 

Sujet crucial et paradoxalement méconnu, la défense européenne soulève de multiples questions. Cet ouvrage dresse le bilan et offre autant de pistes de réflexion pour tenter d’y répondre. L’ouvrage intéresse les cadres et les dirigeants d’entreprise, les consultants et les experts en stratégie, ainsi que les fonctionnaires spécialisés dans la défense, l’armement et l’Union européenne. Mais aussi tous ceux qui s’intéressent à l’idée européenne et aussi à la politique africaine (des sujets comme la RDC ou la lutte contre la piraterie étant aussi traités) …

 

« FAUTE DE VOLONTÉ COMMUNE, LA DÉFENSE EUROPÉENNE RESTE À LA MARGE »

 

Les éditeurs résument ainsi la question centrale posée lors d’un Colloque que résume ce livre :

« Faute de volonté commune, la défense européenne reste à la marge. Sa relative absence du conflit libyen en 2011 en atteste, symbolisant plus que jamais les difficultés de la construction de l’Europe politique. La méthode Monnet présentée par le plan Schumann du 9 mai 1950 semblait vouloir privilégier le long terme : « L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait ». Il fallut dans un premier temps préserver la paix en fédérant l’économie de la guerre : « Le gouvernement français propose de placer l’ensemble de la production franco-allemande de charbon et d’acier sous une Haute Autorité commune, dans une organisation ouverte à la participation des autres pays d’Europe ».

Coincée entre les menaces soviétiques et les pressions américaines sur la question du réarmement de l’Allemagne de l’Ouest, l’Europe devait clairement manifester sa volonté d’union et ne pouvait se permettre un refus de ce début de construction fédérale « à l’envers ». Sitôt liés par la signature, le 18 avril 1951, du traité CECA à Paris, les Six lancèrent les négociations sur le traité CED conclu l’année suivante. Après l’amorce économique, il s’agissait du passage à l’Europe politique voulue par les pères fondateurs. Sans doute trop tôt pour le Parlement français qui rejeta cette mutation.

L’Europe politique resta, de longues années, orpheline de sa défense. Mais, au début des années 1990, la guerre des Balkans constitua une nouvelle menace au cœur même du Vieux continent et imposa la relance du projet de défense européenne. Inhérente aux compétences régaliennes de l’Etat, la défense européenne ne semble guère pouvoir progresser hors d’un schéma institutionnel de type fédéral. Or, cette relation entre défense et fédéralisme européens se heurte au mur de la souveraineté. Pourtant, la crise financière qui sévit depuis 2008 sonne le rappel du destin fédéral de la construction européenne. Sujet crucial et paradoxalement méconnu, la défense européenne soulève de multiples questions qui seront l’objet des contributions et débats de ce colloque. «

 

Les axes de réflexion traités concernent les thèmes suivants :

Les jalons :

Les origines

La dynamique de Saint-Malo

Les apports du traité de Lisbonne…

Le cadre institutionnel :

La répartition des compétences

Les organes de la PSDC (COPS…)

La mutualisation et le partage des capacités Le budget de la PSDC…

Les acteurs politiques :

L’identification et la lisibilité des agissements des acteurs politiques de la PSDC Le Haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

Le Président du Conseil européen…

Le bilan opérationnel de la PSDC :

L’articulation des volets civil et militaire de la PSDC Les relations avec l’OTAN, l’ONU…

 

SOMMAIRE :

 

Avant-propos

 

Introduction – La défense : Symbole du paradoxe européen

Nicolas Clinchamps

 

•   Le cadre conceptuel et institutionnel de l’autonomie stratégique de l’Union européenne

– Héritages et stimulants à la courte histoire de la PESD/PSDC

André Dumoulin

– Le concept de sécurité commune : vers une mise en oeuvre effective ?

Anne Froment

– La PSDC et le Parlement européen à la lumière du Traité de Lisbonne

Nicolas Clinchamps

 

•   L’environnement international de l’autonomie stratégique de l’Union européenne

– La sécurité européenne au xxie siècle : vers une fusion entre l’OTAN et la PSDC ?

Jolyon Howorth

– L’Union européenne et la crise humanitaire en République démocratique du Congo (automne 2008)

Simon P. Alain Handy

– Les opérations et missions extérieures de l’Europe : historique et bilan

Patrice Sartre

– Défense maritime européenne et répression internationale de la piraterie

Jacobo Ríos Rodríguez

 

•   Le volet industriel et financier de l’autonomie stratégique de l’Union européenne

– Le marché européen de la défense : entre coopération et harmonisation

Stéphane Rodrigues

– L’industrie française d’armement : de l’exigence nationale à l’ambition européenne

Christophe Sinnassamy

– Le budget de la PSDC : une Europe de la défense ou une Europe des défenses ?

Messaoud Saoudi

– Normes relatives au commerce des armes et marché européen de l’armement

Anne Millet-Devalle

 

•   Aux frontières de la défense européenne : coopération et comparaison

– À quoi sert Lancaster ?

Claire Chick

– La coopération franco-allemande en matière de défense : bilan et perspectives

Anne Jeannot

– Éléments de comparaison des politiques de défense sud-américaines et européennes : le rêve de Simon Bolivar confronté à l’actualité politique

Jean-René Garcia

– L’autonomie stratégique de l’Union européenne : Synthèse

Maurice de Langlois

 

Conclusion

La France et la PSDC : Nécessaire bilan, indispensables perspectives

Pierre-Yves Monjal

 

LES AUTEURS ;

 

Nicolas Clinchamps, maître de conférences de droit public, Directeur du Master 2 « Études stratégiques », Université de Paris 13 – Nord Sorbonne Paris Cité.

 

Pierre-Yves Monjal, professeur de droit public à l’Université de Tours.

 

 

L’ouvrage rassemble les contributions de:

Simon P. Alain Handy, Claire Chick, Nicolas Clinchamps, Maurice De Langlois, Andre Dumoulin, Anne Froment, Jean-Rene Garcia, Jolyon Howorth, Anne Jeannot, Anne Millet-Devalle, Pierre-Yves Monjal, Jacobo Ríos Rodríguez, Stephane Rodrigues, Messaoud Saoudi, Patrice Sartre et Christophe Sinnassamy.

 

Langue: Fr

ISBN-10: 2804476979

ISBN-13: 9782804476977

Nombre de pages: 306

 

EODE / 2015 03 04/

_____________________

 

EODE-BOOKS

[email protected]

http://www.eode.org/category/eode-books/

 

* EODE EDUCATION & RESEARCH :

The Department EDUCATION-FORMATION-RESEARCH of the Ngo EODE and of EODE-THINK TANK.

* EODE / Eurasian Observatory for Democracy & Election (Brussels-Paris-Moscow-Kichinev- Yaounde)

http://www.eode.org/

http://www.facebook.com/EODE.org

 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,