Aller à…
RSS Feed

1 mars 2021

L’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, est paraphé à Alger.


Par : Afrique Asie et APS
Publié le : 5/03/15

M. Moncef Mongi, chef de la Minusma, une des organisations internationales, engagées dans le dialogue intermalien inclusif a indiqué que le paraphe dimanche à Alger de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger constituait une base solide pour  une paix durable et la réconciliation nationale.

« L’accord (….) bien qu’il ne réponde pas à toues les demandes et ne satisfasse pas toutes les parties, est basé sur un équilibre et constitue une bonne base pour une paix durable et la réconciliation », a précisé M. Mongi, lors de la cérémonie de paraphe de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

Il a ajouté que la réussite de cet accord dépendrait donc de la capacité des parties à transcender les barrières idéologiques, culturelles et politiques et à servir une cause commune, celle de la paix, facteur de stabilité, de progrès et de développement.

De son côté, le haut représentant de l’Union européenne pour le Sahel et le Mali, Michel Riverend  a qualifié l’accord de réaliste, pragmatique pour le rétablissement de la paix et la stabilité au Mali et dans la région.

« La communauté internationale, notamment l’UE a accompagné le Mali et continuera à l’accompagner jusqu’au retour à la paix et à la stabilité », a-t-il souligné.

Pour sa par le représentant de l’OCI, Mohamed Comparoré, a appelé les parties maliennes pour prendre des mesures nécessaires pour l’application effective de l’accord sur le terrain.

« J’appelle les parties maliennes à faire preuve de bonne foi, de sincérité pour le rétablissement de la paix et la stabilité au Mali », a -t-il dit.

De son côté, le représentant de l’UA pour le Sahel et le Mali, Pierre Buyoya a, salué cette phase cruciale du processus d’Alger en dépit des négociations difficiles et délicates.

« L’UA mettra toute son expertise pour accompagner les maliens pour faciliter la mise en œuvre de cet accord en vue du rétablissement de la paix et de la stabilité au Mali », a-t-il souligné.

Pour sa part, le représentant de la CEDEAO, Chiaka Abdoutouli, a salué l’engagement du gouvernement et du peuple algérien pour leur engagement en vue du rétablissement de la paix au Mali, soulignant la gratitude de cette organisation continental en faveur du président dans tous ses efforts pour la paix en Afrique.

« C’est accord qui est venu suite à un accouchement douloureux mais il permettra de rétablir la paix, la stabilité et le développement au Mali », a-t-il dit.

De son côté, Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangère a chaleureusement salué cet accord pour la paix et la réconciliation au Mali finalisé ce matin à Alger en le qualifiant d’ « excellente nouvelle. »

Dans un communique publié quelques minutes après le paraphe de l’accord, Fabius a déclaré : « Je salue la décision du président et du gouvernement malien de le parapher et appelle tous les groupes du Nord, qui ont salué très positivement cette avancée, à le faire sans délai. Je rends hommage à l’Algérie pour sa médiation efficace qui a su rallier les parties autour d’un texte équilibré et bénéfique pour le pays et la région. Il s’agit maintenant d’assurer la réussite de l’accord avec l’appui de la communauté internationale. La France, amie de la médiation, sera bien entendu aux côtés des parties pour apporter son plein appui. »

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,