Aller à…
RSS Feed

3 août 2021

CAMEROUN – BOKO HARAM| Libérez mon confrère italien Porzio Giovanni !


CAMEROUN – BOKO HARAM| Libérez mon confrère italien Porzio Giovanni !

Posted on mar 17, 2015 @ 10:04

Allain Jules

 

sobothPar Jean-Marc Soboth

____________________________________________________________________________

Porzio Giovanni Francesco

Mon confrère (journaliste) italien Porzio Giovanni Francesco a été interpellé le 12 mars 2015 à Mabas dans le Mayo-Tsanaga par des éléments de l’armée camerounaise en compagnie de trois personnes dont deux accompagnateurs et un chauffeur recruté à Maroua. D’après le journal ‘L’œil du Sahel’, on reprocherait au journaliste italien d’avoir visité le camp de Minawo (Mayo-Tsanaga) en se faisant passer pour un travailleur humanitaire. Il a enfin déclaré aux policiers être journaliste. On affirme alors qu’il ne possède aucune accréditation. Sur son passeport est mentionné la profession de volontaire. Les policiers l’ont conduit, pour enquête, à Maroua parce qu’il «détenait par devers lui une carte parfaitement détaillée de la zone».


Je confirme ici connaître mon brillant confrère italien Porzio Giovanni  qui a travaillé pendant 30 ans pour le plus grand magazine italien ‘Panorama’ (Facebook) dès 1979. En tant que reporter de guerre expérimenté, Porzio Giovanni – qui s’exprime parfaitement en Arabe – a couvert l’opération ‘Tempête du désert’ en Irak. Il y a d’ailleurs rencontré son épouse dans une cellule à Bassora où il avait été fait prisonnier de la «garde révolutionnaire».

En 2003, il est nommé chef de bureau à Baghdad du magazine ‘Panorama’.

M. Porzio Giovanni (64 ans) a couvert des dizaines de conflits et a visité plus de 125 pays à travers le Monde. Il est, entre autres, professeur associé à l’Université Complutense de Madrid en Espagne…

Lui reprocherait-on de n’avoir pas d’accréditation et de «détenir une carte détaillée» du septentrion camerounais ? Combien de journalistes professionnels demandent une accréditation pour faire des reportages alors qu’on peut aisément vérifier qu’ils sont journalistes ? Une carte professionnelle suffit. De plus, un journaliste normal ne voyage-t-il pas en pays inconnu avec une carte détaillée de la région à visiter ? Ne confondons surtout pas d’adversaires.

Libérez Porzio Giovanni !

Jean-Marc Soboth

Partager

Plus d’histoires deLibye