Aller à…
RSS Feed

21 septembre 2021

Les grosses orchades, les amples thalamèges..


 

Les grosses orchades, les amples thalamèges..

Littératures vagabondes – états d’âme à La Thalamège

 

On ne pourra pas les tondre tous, ils sont trop nombreux !

 

 

 

Le Patriot Act, ça vient…

(Et s’il vient en France, il vient ailleurs aussi !)

 

Ce que cache le discours contre les « conspirationnistes »

L’État contre la République

par Thierry Meyssan

À la demande du président François Hollande, le Parti socialiste français vient de publier une Note sur le mouvement international « conspirationniste ». Son but : préparer une nouvelle législation lui interdisant de s’exprimer.

Aux États-Unis, le coup d’État du 11 septembre 2001 a permis d’établir un « état d’urgence permanent » (Patriot Act) et de lancer une série de guerres impériales. Progressivement, les élites européennes se sont alignées sur leurs homologues d’Outre-Atlantique. Partout, les citoyens s’inquiètent d’être abandonnés par leurs États et remettent en question leurs institutions. Cherchant à se maintenir au pouvoir, les élites sont désormais prêtes à utiliser la force pour bâillonner leurs oppositions.

Réseau Voltaire International | Damas (Syrie) | 9 mars 2015

 

Le 27 janvier 2015, le président François Hollande rendait les « complotistes » d’aujourd’hui responsables des crimes commis hier par les nazis contre les juifs d’Europe. Il appelait à leur interdiction d’expression.

 

Le président de la République française, François Hollande, a assimilé ce qu’il nomme les « théories du complot » au nazisme, puis a appelé à empêcher leur diffusion sur internet et les réseaux sociaux.

Ainsi a-t-il déclaré le 27 janvier 2015 au Mémorial de la Shoah :

« [L’antisémitisme] entretient les théories du complot qui se diffusent sans limite. Théories du complot qui ont, dans le passé, conduit déjà au pire » (…) « [La] réponse, c’est de prendre conscience que les thèses complotistes prennent leur diffusion par Internet et les réseaux sociaux. Or, nous devons nous souvenir que c’est d’abord par le verbe que s’est préparée l’extermination. Nous devons agir au niveau européen, et même international, pour qu’un cadre juridique puisse être défini, et que les plateformes Internet qui gèrent les réseaux sociaux soient mises devant leurs responsabilités, et que des sanctions soient prononcées en cas de manquement » [1].

Plusieurs ministres ont également conspué ce qu’ils appellent les théories du complot comme autant de « ferments de haine et de désintégration de la société ».

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article186986.html

Ce que vos merdias ne vous diront pas :

 

Thomas Cluzel ou l’interdiction d’informer sur France Culture

Thierry Deronne – LGS12 mars 2015

 

 

 

Cet article de Thierry Deronne est une implacable démonstration, étayée, datée, chiffrée des enfumages médiatiques des Français, dès lors que les intérêts des USA sont en cause.

A beau mentir qui vient de loin. Mais, à l’heure d’Internet, l’Amérique latine est éloignée de quelques centièmes de secondes ; chacun peut lire Libération et le Monde des années passées, voir un JT de 2009 avec Pujadas, écouter en replay France Culture et s’attrister de voir cette radio se transformer en soldat d’un monde unipolaire et belliqueux, découvrir pourquoi la presse d’opposition vénézuélienne serait interdite en France… et aux USA.

Cet article magistral mérite d’être mis dans des bibliothèques d’écoles de journalisme, comme l’est le livre « La face cachée de Reporters sans frontières », ouvrage préfacé par Thierry Deronne.

 Le Grand Soir est honoré d’être un des médias choisis par l’auteur pour faire connaître ce décorticage, cette oeuvre de salubrité journalistique.

L.G.S.

 

Tariq Ali, l’écrivain et historien pakistanais/britannique, co-scénariste du documentaire South of the border, le réalisateur Oliver Stone et le président Hugo Chavez arrivant au Festival de la Mostra de Venise, le 7 septembre 2009. Septembre 2009. Le cinéaste Oliver Stone présente à la Mostra de Venise son documentaire South of the border (1). Les premières secondes offrent un bêtisier des JTs étasuniens sur le « dictateur Chavez » : Le réalisateur enchaîne en off : « Nuit et jour, sur toutes les chaînes, voici ce que voient les États-uniens. Le croient-ils ? J’espère que non. Mais même les plus sérieux des médias écrits aux États-Unis ou en Europe suivent la même ligne ». Lors de sa conférence de presse, Stone précise : « Le manque de liberté d’expression que dénoncent les médias et l´opposition de droite vénézuélienne est un mensonge. Celui qui va au Venezuela se rend compte que 80, 90 % des médias sont contre Chavez. Ils disent des choses très dures sur lui et il le tolère. Il ne punit pas ces personnes, elles (…) »

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/thomas-cluzel-ou-l-interdicti…

(Ne ratez pas les commentaires ! Notre titre d’aujourd’hui vient de l’un d’eux.)

 

 

L’Amérique Latine défend le Venezuela face au décret du président Obama. Rapprochement de Caracas avec Athènes.

Thierry Deronne – LGS11 mars 2015

 

Après la décision du président Barack Obama, le 9 mars 2015, de décréter « l’urgence nationale aux États-Unis » face à la « menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et notre politique extérieure qu’est le Venezuela » (sic), le président de Bolivie Evo Morales a demandé une réunion d’urgence de l’UNASUR (organisme regroupant la totalité des nations sud-américaines) et de la CELAC (Communauté élargie des États Latino-américains et des Caraïbes) « pour nous déclarer en état d’urgence et défendre le Venezuela face à l’agression de Barack Obama. Nous allons défendre le Venezuela » Il a souligné l’importance de l’unité des peuples face à l’Empire qui tentent de « nous diviser, pour nous dominer politiquement et nous spolier sur le plan économique ».

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/l-amerique-latine-defend-le-v…

 

Renforcement du pouvoir citoyen et des droits sociaux, sanctions envers les États-Unis : le Venezuela répond à la tentative de coup d’État

Thierry Deronne – LGS – 2 mars 2015

Oui, trois du même et au même endroit. C’est le minimum de contrepoison pour se mettre à jour !

Alors qu’en 1973 il restait des médias occidentaux pour s’émouvoir du coup d’État perpétré au Chili, ceux d’aujourd’hui scandent à l’unisson : “Président du Venezuela, laisse-toi renverser ! C’est pour ton bien ! Renonce à défendre le choix des électeurs ! Renonce à la loi, à la Constitution. Si tu arrêtes un putschiste, nous dénoncerons la répression au Venezuela !”. Le bulldozer des news, déjà bien rodé pour créer le personnage Chavez, a été réactivé pour fabriquer le tyran Maduro qui agite au loin un poing brutal pour mieux écraser des foules fanatisées alors que la voix feutrée de l’opposition de droite ou du porte-parole de la Maison Blanche, de face, en plan proche, s’étonne de tant de violence.

Lire la suite…

Source : http://www.legrandsoir.info/renforcement-du-pouvoir-citoy…

 

 

Venezuela toujours, et toujours LGS :

 

Vous me bombardez cette télé, les Français ne le sauront pas.

Malgré des aveux d’officiers et la découverte de plans, d’armes et de documents, nos médias font silence sur l’échec d’un projet de coup d’État « à la Chilienne » au Venezuela.

Parmi les cibles des avions de chasse : le palais présidentiel, les ministères de la Défense, de l’Intérieur et de la Justice, le Conseil national électoral, la Direction du contre-espionnage militaire (1).

Y ajouter le bombardement, prévu pour le 12 février, du siège de TeleSur, la chaîne de télévision publique latino-américaine basée à Caracas, où travaillent 800 personnes dont la plupart auraient ainsi cessé de vivre.

Inspirés par le badge porté un peu partout dans le monde occidental après l‘affaire Charlie Hebdo, ces trompe-la-mort ont bricolé une pancarte : « Somos Telesur » dont vous entendez parler, bien que vous soyez Européens, parce que vous lisez LGS.

Et pour en savoir plus, ne ratez pas cet article de notre « une » : « Thomas Cluzel ou l’interdiction d’informer sur France Culture »

 

Théophraste R. (Companero Salvador Allende ! Presente !).

_________________________

(1) In la note 8 de l’article ci-contre de Thierry Deronne « La tentative de coup d’Etat contre le Venezuela », par Ignacio Ramonet, 7 mars 2015,

Source : https://venezuelainfos.wordpress.com/2015/03/07/la-tentat…

 

 

Sergueï Choïgou à Caracas

 

Le général Sergeï Choïgu, ministre de la Défense de la Fédération de Russie

 

La Russie répond à l’appel du Venezuela

Blog d’Oscar Fortinvia Réseau International – 12 mars 2015

 

 

Le président Obama doit se mordre les doigts d’avoir ouvert toutes grandes les portes à la présence militaire russe en Amérique latine et dans  les Antilles. Par son décret, véritable déclaration de guerre contre le Venezuela, il aura incité ce dernier à faire appel aux bons offices de la Russie et de sa technologie militaire pour assurer sa défense. S’il s’agit pour le Venezuela d’un appui de grande importance, c’est pour la Russie, à n’en pas douter, une opportunité tout à fait inattendue. Une occasion en or pour Poutine de rendre la pareille à Washington qui se fait si présent politiquement et militairement en Ukraine, dans les Balkans, la Mer noire et la Méditerranée.

Lire la suite…

Sources : http://reseauinternational.net/la-russie-repond-a-lappel-…

Article original : http://humanisme.blogspot.be/2015/03/la-russie-repond-lap…

 

 

Les merdias US cousins des nôtres…

 

 

C’est en anglais, on vous résume après :

The « Snowden is Ready to Come Home ! » Story : a Case Study in Typical Media Deceit

Par Glenn Greenwald – The//Intercept4 mars 2015

 

 

Most sentient people rationally accept that the U.S. media routinely disseminates misleading stories and outright falsehoods in the most authoritative tones. But it’s nonetheless valuable to examine particularly egregious case studies to see how that works. In that spirit, let’s take yesterday’s numerous, breathless reports trumpeting the “BREAKING” news that “Edward Snowden now wants to come home!” and is “now negotiating the terms of his return!”

Ever since Snowden revealed himself to the public 20 months ago, he has repeatedly said the same exact thing when asked about his returning to the U.S.: I would love to come home, and would do so if I could get a fair trial, but right now, I can’t.

Read more…

Source : https://firstlook.org/theintercept/2015/03/04/snowden-wan…

En gros, voici ce que dit Glenn Greenwald :

L’histoire de Snowden « qui veut rentrer aux États-Unis » : Du pipeau inventé de toutes pièces par les médias.

Note préalable des Grosses Orchades :

Sur le site d’Allain Jules, avant-hier, et sous le titre « RUSSIE. Ces lanceurs d’alertes, traîtres ou héros ? L’errance d’Edward Snowden », un article rapporte que Snowden ne trouve pas la Russie vivable, et qu’il préférerait encore tirer 25 ans de prison aux États-Unis, pourvu qu’il puisse y rentrer. Article d’un incertain Raymond Saint-Pierre, correspondant à Moscou de ici.radio-canada.cainconnu à notre bataillon, mais qui doit exister, on a bien nos Pujadas pourquoi les Canadiens n’en auraient-ils pas, et tout le monde internautique de discutailler gravement du cas Snowden, « enfant gâté » pour les uns, noire andouille pour les autres « s’il veut ses 25 ans de prison, qu’il les fasse ! », sans que personne se pose un seul instant la question de la véracité de l’information, ni même se demande qui est au juste cet envoyé spécial canadien si bien renseigné sur les états d’âme de Snowden. Autrement dit, si les merdias sont pourris, ceux qui les gobent avec une si docile avidité les méritent.

Question subsidiaire : pourquoi Allain Jules met-il des trucs pareils en ligne ?

  Venons-en au fait :

Dans l’article ci-dessus, Greenwald grimpe aux rideaux, suite à une véritable avalanche de canulars de cette espèce dans la presse US, trompettant à l’envi (et avec une simultanéité remarquable) qu’Edward Snowden « veut maintenant rentrer à la maison ! » et « est en train de négocier les conditions de son retour ».

Bullshit ! s’écrie Greenwald, dans sa langue :

« Depuis que Snowden s’est révélé au public il y a 20 mois, il a toujours dit et répété la même chose, quand on lui parlait de son retour aux États-Unis : “Oui, j’aimerais beaucoup rentrer chez moi, et je le ferais si j’avais la certitude d’obtenir un procès équitable, mais pour l’instant, il n’en est pas question”. »

Le fait est que, en vertu de l’Espionage Act, il n’aurait même pas la possibilité d’adopter, pour ligne de défense, que ce qu’il a révélé n’aurait jamais dû être caché au public et qu’il n’a fait que son devoir en le révélant. L’Espionage Act lui interdit de soutenir que ce n’est pas lui qui a trahi son pays mais ceux qu’il a dénoncés. Procès faussé d’avance par baîllonnage absolu de la défense. Procès dépendant du bon plaisir de ceux qu’il a dénoncés.

Il y a pire et plus vicieux, on vous l’épargne.

Le fait est que Snowden n’a – et n’a jamais eu depuis 20 mois – aucune intention de rentrer aux États-Unis, où tout ce qu’on veut obtenir de lui est qu’il se livre et qu’il meure ou croupisse des décennies en prison, sans la moindre possibilité de se défendre. C’est si vrai qu’au tout début de son aventure, Daniel Ellsberg, autre célèbre lanceur d’alerte, a écrit dans le Washington Post, qu’il avait fait la chose qui s’imposait en quittant les États-Unis, et qu’il ne fallait pas qu’il y rentre, puisqu’il n’avait aucune chance d’y obtenir un procès honnête.

En mai 2014, dans une interview accordée à Brian Williams, de NBC News, Snowden a répondu « Bien sûr, que j’aimerais rentrer chez moi » (mais…). Ce qui a déchaîné, à l’époque, une bordée de gros titres, comme celui-ci de CBS (Edward Snowden : « Je veux rentrer chez moi ! »)

C’était il y a plus de 9 mois. Au cours de ces 9 mois, la presse US n’a cessé de rapporter (mensongèrement) que des négociations étaient en cours entre le Département de la Justice et les avocats de Snowden, sur les conditions de son retour, dont rien – et pour cause – n’est jamais sorti.

Ben Wizner, un avocat du Syndicat Américain des Libertés Civiles, qui se dit (selon la presse) commissionné par Snowden pour défendre ses intérêts, a déclaré qu’il « était toujours intéressé par un retour de Moscou », ajoutant « Il est et a toujours été du côté de l’Amérique. Il coopérerait de façon extraordinaire si les circonstances le permettaient, mais il ne croit pas que la qualification de “ félon ” soit méritée par quelqu’un qui n’a agi qu’en fonction de sa conscience… », etc. etc.

Hier, à Moscou, l’avocat russe de Snowden, Anatoli Koutcherena a donné une conférence de presse, pour faire la promotion de son dernier livre. Comme on lui demandait ce qu’il en était du cas Snowden, il a répondu ce que tout le monde sait depuis deux ans : « Bien sûr, il aimerait rentrer chez lui, et nous faisons tout notre possible pour que cela arrive un jour ». Koucherena a même ajouté qu’il y avait des avocats occupés, dans plusieurs pays, à travailler pour essayer d’obtenir que Snowden ait un procès équitable. Du coup, une flopée de médias s’est jetée sur cette information anodine pour bombarder derechef le public de gros titres sensationnalistes. Comme si Snowden avait effectivement fait un appel du pied aux USA pour qu’ils le laissent rentrer.

Le premier à ouvrir le feu a été Blake Hounshell, rédacteur en chef du canard digital Politico, anxieux comme toujours de générer un maximum de clics sur son site-poubelle en faisant du battage autour de son ramassis d’inventions sans consistance.

Réaction en chaîne de tous les suivistes du net : « Snowden veut rentrer à la maison » claironne, en première page, le New York Times, dont l’article tend à faire croire que c’est un désir nouveau et urgent chez Snowden, et que ce désir iumpérieux vient de la vie qu’il est forcé de mener à Moscou (« après pas loin de deux ans d’exil en Russie »). Et ce ne sont pas seulement les agences liées à la NSA qui s’y collent, mais aussi ABC, Reuters, etc. Ce qu’ils partagent tous – en plus de la fausse nouvelle – c’est leur analyse. Car, pourquoi Snowden souhaite-til si désespérément rentrer chez lui ? Mais parce que la vie en Russie est insupportable, voyons.

« Le commentaire le plus hilarant d’insanité a été celui de CNN, où Wolf Blitzer (CNN) et ses bons à rien de panellistes, “l’analyste en contre-terrorisme” de CNN, Philip Mudd (ex-fonctionnaire en contre-terrorisme de la CIA), David Ignatius du Washington Post et le néo-con bien connu Newt Gingrich, ont péroré à n’en plus finir sur cette nouvelle-bidon. »

Exemples :

MUDD – ne voit pas pourquoi Snowden a dû fuir à l’étranger et discuter avec le Département de la Justice. “Reviens et affronte tes 30 ans de prison comme un homme, mon gars ! Il est cuit.”

IGNATIUS – “Il doit être très difficile de vivre dans la Moscou de Vladimir Poutine, au moment où l’opposition à Vladimir Poutine est assassinée dans les rues. Je comprends qu’il veuille revenir et que maintenant il le dise, ce qu’il n’avait jamais fait avant.”

Ces ineffables discutent alors des années de prison qu’on pourrait lui infliger pour son « offense ». Gingrich – avant toute espèce de procès, cela va de soi – vote pour dix ans – zou ! – sans s’attarder inutilement sur le cas de membres de l’establishment, tel le général Petraeus, coupables de délits bien pires que ceux reprochés à Snowden, qui s’en tirent avec des broutilles et n’iront jamais en prison car ils sont du côté du manche.

Conclusion : que la nouvelle concernant Snowden soit fausse, archi-fausse, ils le savent tous, mais il leur fallait une excuse pou pouvoir se vautrer une fois de plus dans l’imbécile propagande anti-russe qu’ils ressassent depuis 60 ans. David Ignatius a, bien sûr, tout fabriqué pour en arriver là. Il fallait, pour les besoins de cette cause, que Snowden soit « désespérément malheureux ». Et de revenir avec délices, à son sujet, sur tous les « malheureux » transfuges de l’Ouest, à commencer par l’histoire apocryphe du dissident britannique Kim Philby, « détruit par une vie obscure, misérable et solitaire, achevée dans l’alcoolisme qui a fini par le tuer », sort qui ne peut manquer d’attendre le « félon renégat ». Que Snowden  (qui ne boit pas) se sente bien à Moscou, où sa compagne de toujours l’a rejoint… que des millions et des millions de gens dans le monde l’admirent… qu’il reçoive des prix et de récompenses d’un peu partout et qu’il rencontre des tas de personnalités internationales venues exprès pour le voir, bref qu’il puisse être content et fier de ce qu’il a fait, et heureux de sa vie actuelle » n’atteint pas le cerveau reptilien de ces pompeux et criminels dindons.

Greenwald :

« Cette fable ”tout le monde est malheureux en Russie” a été le gadget n°1 de la propagande occidentale depuis la fin de la IIe Guerre mondiale. Donc, on invente que Snowden n’en peut plus et veut rentrer (faux) et on explique cette fausse nouvelle par de la fiction propagandiste. Je ne me rappelle plus combien de fois j’ai entendu dire que Snowden devait être vraiment malheureux à Moscou ”où il fait si froid l’hiver”.

Oui, il y a des gens qui sont politiquement réprimés en Russie, où vivent 140 millions de personnes, dont beaucoup – vraiment beaucoup – mènent des vies pleines et satisfaisantes. Ne parlons pas, ce serait de mauvais goût, des gens qui sont malheureux et réprimés aux États-Unis…

Quant au climat hivernal en Russie, imagine-t-on les Russes se préoccuper du climat hivernal au Canada, au Nord Dakota, en Suède, à Boston  et plaignant les gens qui sont forcés d’y vivre ? »

Et il conclut :

« Ceci est un bon exemple de ce que les médias US sont non seulement capables mais ardemment désireux de faire : inventer une fausse nouvelle, et ensuite passer des dizaines d’éditoriaux et des jours de télévision à fabriquer de la propagande, à partir de leur invention initiale. Comment une personne normale  pourrait-elle considérer ce qu’ils dégoisent autrement qu’avec une méfiance extrême et un mépris total ? »

Résumé et traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

Incidemment :

 

Gilad Atzmon donnera un concert à Paris prochainement, accompagné de son quartet, The Orient House Ensemble.

Le concert se tiendra au Théâtre de la Main d’Or le samedi 28 mars 2015 à 19h30.

 

 

Et que se passe-t-il dans le reste du monde :

Athènes : Manifestation de soutien aux Espagnols arrêtés pour être allés se battre au Donbass

Les autorités de Madrid ont inculpé les huit brigadistes pour « mise en danger de la neutralité espagnole » !

 

Combattants basques du Donbass

 

11 mars 2015The New Cold War-Ukraine and beyond

Le 7 mars, une manifestation s’est déroulée à Athènes, devant l’ambassade d’Espagne, pour protester contre l’arrestation et l’inculpation de huit volontaires, poursuivis pour leur solidarité antifasciste avec la population du Donbass.

 

 

 

La manifestation était organisée par l’association Campagne Antifasciste pour l’Ukraine. Y ont pris part de nombreuses personnes venues d’horizons politiques grecs très divers.

Les huit hommes ont été arrêtés le 27 février par la police espagnole et sont accusés d’« activités criminelles » pour avoir « violé la loi qui interdit aux citoyens espagnols de participer à des conflits armés à l’étranger ».

Il est à noter qu’aucun des activistes d’extrême-droite partis soutenir la junte de Kiev n’a été inquiété jusqu’ici, non plus que les mercenaires espagnols engagés dans des conflits divers, en Ukraine et ailleurs.

Les huit inculpés ont été remis en liberté provisoire 24 heures après leur arrestation.

Source : http://russia-insider.com/en/2015/03/11/4362

Source originale : http://newcoldwar.org/in-greece-solidarity-with-spanish-a…

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

Le dollar n’arrête pas de perdre du terrain dans la Guerre des monnaies

par Mark O’Byrne – Gold Core (Irl.)10 mars 2015

 

Il est toujours N°1, mais son poids est en déclin.

–         Il constitue encore 61% des réserves mondiales, contre 70% il y a dix ans.

–         Le directeur-adjoint du FMI appelle à une dé-dollarisation des marchés émergents…

–         … ce que de nombreux pays sont, en fait, déjà en train de faire.

Bon parcours tant qu’il a duré

La guerre des monnaies et la tendance qui va vers un déclin de la domination du dollar dans la finance internationale, en particulier dans les marchés émergents, vient d’être soulignée dans un article intéressant de CNBC, intitulé « Le Dollar perd-il de son poids par rapport aux monnaies du monde ? »

Il fait référence à la politique délibérée et déclarée de « dé-dollarisation » dans le monde, au déclin de l’utilisation du dollar dans les transactions internationales et comme monnaie de réserve, ainsi qu’à l’apparition de la nouvelle banque des BRICS.

L’article cite notamment l’initié du Pentagone et auteur à succès Jim Rickards. Rickards dit que le statut du dollar comme monnaie de réserve est toujours solide, en dépit de son déclin au cours de la décennie passée et malgré l’ascension d’autres monnaies dans les transactions internationales.

« Le dollar est en déclin comme monnaie de transactions, mais il est toujours solide comme monnaie de réserve. En ce moment, il représente 61% des réserves mondiales, par rapport aux 70% d’il y a dix ans », dit-il.

Cependant, les chiffres de BIS et de SWIFT montrent que le yuan, fait maintenant partie des dix premières monnaies utilisées dans les transactions mondiales. Ceci est significatif, mais il faut tenir compte du contexte, à savoir que 80% des transactions globales se font encore en dollars.

Quoi qu’il en soit, les ambitions chinoises dans ce domaine sont claires : la Chine négocie ses contrats en yuans avec de plus en plus de ses partenaires en affaires. Zero Hedge a publié, la semaine dernière, un article où il est question d’un grand panneau publicitaire, à Bangkok, où la Banque de Chine déclare que le RMB (yuan) est « la monnaie mondiale ».

« Et c’est vrai, », ont-ils ajouté, « l’importance du renminbi dans le commerce planétaire et en tant que monnaie de réserve augmente de façon exponentielle, avec des centre d’échanges en renminbi qui surgissent partout dans le monde, de Singapour à Londres, et de Luxembourg, à Francfort ou à Toronto ».

Le mois dernier, le directeur-adjoint du FMI, le Japonais Naoyuki Shinohara, a ouvertement déclaré que les marchés émergents d’Asie devraient entamer sans tarder un processus de dé-dollarisation « pour atténuer les chocs en provenance de l’extérieur et les limitations qu’ils imposeraient aux banques centrales, dans leur capacité de prêteur en dernier ressort. »

Ceci est d’autant plus intéressant que le FMI a été, historiquement, un des principaux agents de l’hégémonie du dollar. Que le FMI conseille maintenant une prise de distance à l’égard du dollar, peut-être vers des Droits de Tirage Spéciaux (DTS), nous paraît démontrer le niveau de risque existant désormais.

La Chine et la Russie ont négocié des arrangements monétaires excluant le dollar ces dernières années. Le Kazakhstan a aussi, explicitement, annoncé un processus de dé-dollarisation, dans le but de renforcer sa monnaie nationale, le tenge.

 

La Russie est en train de négocier avec l’Inde et l’Égypte, pour que toutes leurs transactions commerciales s’effectuent dorénavant dans les monnaies locales.

La banque de développement des BRICS est maintenant opérationnelle, ce qui amènera probablement les pays qui en font partie à rembourser les emprunts en yuans, puisque la Chine la finance à plus de 40%. Elle sera ainsi en rivalité avec le FMI, ce qui explique l’approche nouvelle de celui-ci vis-à-vis de la monnaie de réserve.

Et ça les fait rire !

 

La guerre des monnaies va s’intensifier et les dévaluations compétitives entre monnaies vont s’accélérer. Quand cela arrivera, l’or redeviendra un atout monétaire et géopolitique de première importance pour les banques centrales et un havre sûr – vital -pour les investisseurs et les épargnants.

Source : http://russia-insider.com/en/2015/03/10/4308

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

 

 

Après les Allemands et les Haïtiens, des vétérans US écrivent à Vladimir Poutine

 

Demande pressante au président Vladimir Poutine d’autoriser la diffusion de documents vitaux pour la paix mondiale

 

À droite, John McCain avant sa capture par le Vietcong

 

A Monsieur Vladimir Poutine

Président de la Fédération de Russie

23, Rue Ilyinkat,

Moscou, 103132,

Russie

 

Monsieur le président:

Des divisions politiques au sein des États-Unis mêmes sont clairement en train de menacer la paix mondiale. Des factions pro-israéliennes au sein de la nation travaillent non seulement au sabotage d’un accord sur le nucléaire avec l’Iran, mais bien au-delà. De récents manques de jugement et de decorum de la part du général de l’OTAN Breedlove, l’aide secrète des États-Unis à l’EIIL/EI et des actions de certaines factions américaines en soutien aux factions terroristes en Libye et en Afrique ont particulièrement fait monter les enchères.

Nous, à Veterans Today, en consultation avec des membres employés et associés non listés, quelques-uns étant des officiels des services de renseignement soviétiques et russes que vous connaissez, sommes au courant que les services de renseignement de la Fédération de Russie ont des dossiers en leur possession, certains gardés depuis bien des années et qui devraient être rendus publics. De par cette requête initiale, nous vous demandons de bien vouloir faire diffuser les documents suivants que nous savons être en possession des services russes :

Lire la suite…

Source : http://reseauinternational.net/demande-au-president-vladi…

Source originale : http://www.veteranstoday.com/2015/03/10/we-demand-preside…

 

Comme nous l’avons déjà signalé, Veterans Today est l’organe de défense des intérêts des anciens militaires US. L’auteur de l’article est son rédacteur en chef, Gordon Duff, un ancien combattant invalide de la Guerre du Vietnam, qu’il a faite dans les rangs des marines. Il se consacre depuis des décennies au sort des vétérans et des prisonniers de guerre.

 

 

 

Et pour finir, on vient de le recevoir :

Très important discours de Hassan Nasrallah

 

qui ne s’adresse pas seulement aux musulmans de toutes obédiences, mais aussi aux autres : chrétiens, juifs, bouddhistes et mécréants. Ce discours religieux est un grand discours politique. À des années-lumière des torchons fauteurs de guerre et incitateurs au lynchage.

N’étaient la gratuité que permet Internet et le désintéressement d’internautes sans carte de presse, nous n’en entendrions jamais parler.

 

 

Source (avec transcription) : http://sayed7asan.blogspot.be/2015/03/hassan-nasrallah-le…

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 15 mars 2015.

 

 

 

 

 

23:16 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Écrire un commentaire

Votre nom :
Votre email :
Votre URL :

Votre commentaire :
Retenir mes coordonnées :

S’abonner au fil de discussion :

Partager

Plus d’histoires deLibye