Aller à…
RSS Feed

5 mars 2021

Les grosses orchades, les amples thalamèges..


 

Les grosses orchades, les amples thalamèges..

Littératures vagabondes – états d’âme à La Thalamège

 

11/04/2015

ÉDITION SPÉCIALE HASSAN NASRALLAH

 

Édition spéciale : Hassan Nasrallah

Sayed Hassan Nasrallah est un des personnages-clés de l’histoire contemporaine. Il est impossible d’essayer de se représenter le Moyen-Orient en faisant abstraction du rôle qu’il y joue, et qui dépasse de loin, faut-il le dire, le présent et l’avenir de la région.

Sayed  doit être un titre religieux musulman, comme imam ou ayatollah. Nous en ignorons la signification. « Celui qui enseigne » lui conviendrait à merveille. Mais il ne fait pas qu’enseigner, il « fait » aussi. C’est un homme politique d’envergure et un combattant exemplaire.

En d’autres termes, quiconque veut comprendre ce qui se passe entre nous et l’Asie doit écouter la voix de Sayed Hassan Nasrallah.

 

 

Hassan Nasrallah sur le Yémen et la « rivalité » entre l’Arabie Saoudite et l’Iran au Moyen-Orient (VOSTFR)

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 27 mars 2015

Sayed Hassan Nasrallah a vivement condamné l’agression américano-saoudienne contre le Yémen et a exprimé son soutien au peuple yéménite et au mouvement résistant indépendantiste Ansarallah, dont il prédit une victoire certaine et éclatante.

Dans cet extrait, il évoque longuement la prétendue ‘rivalité’ entre l’Arabie Saoudite et l’Iran au Moyen Orient depuis 1979, date à laquelle le Shah, qui dominait le régime saoudien, a été renversé. L’Arabie Saoudite est alors devenue le plus grand adversaire de la nouvelle République Islamique, dont l’influence n’a cessé de croître. En effet, comme Cuba à son heure, l’Iran révolutionnaire a toujours prêté une main secourable aux peuples opprimés du Moyen Orient sans jamais demander de contrepartie, tandis que l’Arabie Saoudite n’y traite qu’avec des vassaux et s’est toujours tenue aux côtés des oppresseurs, qu’ils soient locaux (Saddam Hussein, Al-Qaïda) ou importés (Américains, Israéliens). Par sa politique arrogante, destructrice et collaborationniste, l’Arabie Saoudite a irrésistiblement poussé tous les peuples martyrs de la région à se rapprocher de l’Iran. 

Transcription :

[…]

Le troisième prétexte [de l’agression saoudienne contre le Yémen] est le plus important bien que ce soit également un faux prétexte, dépourvu de toute réalité ; je vous dirai ensuite quelle est la véritable raison de cette guerre. Le troisième prétexte, qui est actuellement le plus développé et répandu dans les médias saoudiens, du Golfe et arabes, et tous les médias financés par l’Arabie Saoudite et ses alliés, et (qui explique) pourquoi ils se lancent dans une guerre au Yémen… Le prétexte est que le Yémen est maintenant occupé par l’Iran. (Le prétexte est) l’hégémonie iranienne sur le Yémen, l’ingérence iranienne au Yémen.

« Ça y est ! Le Yémen est devenu l’Iran ! Mais le Yémen est arabe ! Il faut que nous le récupérions ! Il fait partie de la péninsule arabique… ».

(C’est ce qu’ils prétendent) bien qu’ils n’aient jamais accepté de l’intégrer au Conseil de Coopération du Golfe, car ils le considèrent comme un sous-pays, de seconde classe, avec un peuple miséreux, un fardeau… Très bien. Il faudrait donc soustraire le Yémen à l’occupation iranienne, à la domination iranienne, au contrôle iranien. Et c’est là un des mensonges les plus énormes qu’on s’efforce aujourd’hui de répandre à travers cette campagne médiatique brutale qui est encore plus violente que l’agression militaire.

Lire la suite…

 

 

 

Source : http://sayed7asan.blogspot.be/2015/04/hassan-nasrallah-su…

 

*

Hassan Nasrallah : la guerre au Yémen annonce la fin de la dynastie saoudienne (VOSTFR)

Interview du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah par la chaîne d’informations syrienne Al-Ikhbariyya – Lundi 6 avril 2015

 

 

Dans cet extrait, Sayed Hassan Nasrallah évoque l’opération américano-saoudienne au Yémen, un véritable désastre militaire jusqu’à présent. Selon lui, l’Arabie Saoudite s’est lancée dans une entreprise insensée, et elle est maintenant menacée dans son intégrité territoriale même. Il prédit avec certitude une victoire éclatante des Houthis, et des répercussions majeures sur la dynastie régnante saoudienne et l’ensemble de la région qui iront dans le sens de l’intérêt des peuples.

 

Transcription :

[…]

Journaliste : Je souhaite à nouveau la bienvenue à notre invité, le Sayed Hassan Nasrallah. Bienvenue à vous, votre Eminence le Sayed. Nous avons évoqué, juste avant la pause et cette dernière partie de notre entretien, des questions d’importance primordiale pour notre région. Vous avez déclaré que si le Pakistan intervient aux côtés de l’Arabie Saoudite, il le fera au prétexte d’une menace intérieure sur la sécurité saoudienne [pour défendre le Royaume et non attaquer le Yémen], et vous avez dit que cela n’est pas une possibilité lointaine, et que cela peut advenir dans un futur proche, les jours à venir nous montreront si un tel développement se produit depuis le Yémen, si les Houthis peuvent entrer en Arabie Saoudite. Que vouliez-vous dire ?

Lire la suite…

Source : http://sayed7asan.blogspot.be/2015/04/hassan-nasrallah-la…

 

*

Pendant que nous y sommes, complétons ces réflexions importantes par quelques autres, trouvées sur le même site, celui, infatigable, de : http://wwwsayed7asan.blogspot.fr

*

Égypte et Arabie Saoudite au Yémen : de l’indépendance de Nasser à la servilité de Sissi (VOSTFR)

Discours de Gamal Abd-al-Nasser le 23 décembre 1962, durant la guerre du Yémen opposant les royalistes, soutenus par l’Arabie Saoudite et la Jordanie, aux Républicains, soutenus par l’Egypte.

L’Egypte d’aujourd’hui, vassale des Saoud et membre de leur coalition contre le Yémen, asphyxiant Gaza, main dans la main avec Israël, a sombré dans des abîmes de servilité insondables, et elle est bien loin de ce glorieux passé… 

« Depuis le premier jour jusqu’à aujourd’hui, nous avons perdu 136 officiers et soldats. Leurs chaussures ont plus de dignité que la couronne du roi Saoud et celle du roi Hussein. »

 

Source : http://sayed7asan.blogspot.be/2015/04/egypte-et-arabie-sa…

 

*

Imagerie et Empire : Comprendre la peur occidentale des terroristes arabes et musulmans

Par Mahdi Darius Nazemroaya –strategic-culture le 5 avril 2015.

 

L’idée que la majorité des attaques terroristes sont commises par des Arabes ou des musulmans manque non seulement de perspective historique, mais c’est un argument subjectif lié à l’orientalisme moderne, qui est bien vivant. L’orientalisme lui-même est fortement lié à la vision états-unienne de l’exceptionnalisme. C’est un domaine de pensée où les conceptions exceptionnalistes et racistes coïncident totalement. En fait, il y a une mince ligne entre les trois.

Selon une manière de penser linéaire désuète et géographiquement ethnocentrée, toutes les sociétés situées à l’Est et au Sud des États-Unis, du Canada et de l’Europe occidentale – en particulier la France, la Grande-Bretagne et les pays germanophones – sont considérées comme déficientes et inférieures. En Europe, cela signifie que quiconque vit à l’est de l’Allemagne est décrit tacitement ou ouvertement comme arriéré culturellement. Cela comprend les Balkans, les peuples slaves, les Albanais, les Grecs, les Turcs, les Roumains, les chrétiens orthodoxes et les anciennes républiques soviétiques.

Dans la conception orientaliste des États-Unis, les non-Européens se trouvent encore plus bas sur l’échelle. Cela comprend les peuples d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine et des Caraïbes.

Lire la suite…

Source : http://lesakerfrancophone.net/imagerie-et-empire-comprend…

Traduit par Diane, relu par jj pour le Saker Francophone

 

*

Corruption : Olivier Jornot, procureur général du canton de Genève

par Frank BRUNNER ([email protected])

Le siège du Ministère public à Genève

Olivier Jornot, le procureur général du canton de Genève, est un magistrat corrompu qui se livre au trafic d’influence au profit d’agents israéliens opérant en Suisse en toute impunité. Il est vrai qu’il n’est pas le seul magistrat corrompu, le trafic d’influence s’étendant jusqu’à la Cour de Justice du canton de Genève. L’affaire qui m’oppose à la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation (CICAD), une officine sioniste dirigée par des agents israéliens opérant depuis Genève, met en évidence cette situation de corruption généralisée.

Lire la suite…

Source : http://www.interet-general.info/spip.php?article21304

 

*

La République des banquiers : conférences d’Henri Guillemin sur l’avant-1914

 
« En réalité, pour dire les choses telles qu’elles sont, et sous une apparence peut-être véhémente mais pourtant exactement fidèle à la vérité, la IIIe République était, sous une apparence de démocratie, pratiquement une oligarchie financière. Et je sais bien qu’il n’y a pas très longtemps encore, un journal sérieux disait : ‘C’est une rengaine de parler de la toute-puissance de l’argent.’ Il est facile d’appeler rengaine la constatation obstinée d’une évidence.»

Henri Guillemin, La République bourgeoise

« En dépit des apparences démocratiques en France, le peuple ne contrôle pas ses gouvernements. Un groupe étroit s’est emparé des conseils d’administration des grandes sociétés financières. Ces quelques hommes tiennent entre leurs mains les banques, les mines, les chemins de fer, les compagnies de navigation, bref, tout l’outillage économique de la France. Sans oublier la sidérurgie et les fabriques d’armes d’où ils tirent de croissants profits. Ils dominent le parlement et ont à leur solde la grande presse. La guerre ne leur fait pas peur, ils la considèrent même avec intérêt. (…) Nos banques ont gardé le souvenir des bénéfices énormes réalisés par elles en 1871. »

 Francis Delaisi, La guerre qui vient, 1911

 

Lire/voir la suite…

(13 vidéos)

Source : http://sayed7asan.blogspot.be/2015/04/la-guerre-qui-vient…

 

*

In cauda…

On se souviendra que nous avons mis en ligne, il y a peu, une vidéo en russe, sous-titrée en anglais, d’Evgeny Fyodorov, député à la Douma, à propos de « l’affaire Nemtsov ». Nous déplorions le manque d’intérêt des francophones pour ces choses et regrettions qu’il ne se fût pas trouvé quelqu’un pour la sous-titrer dans notre langue. Eh bien, nos vœux viennent d’être exaucés : le Saker Francophone l’a fait. Alléluia !

 

La démocratie, incapable de se défendre, est devenue une vieille relique condamnée

 

Par Evgeny Fyodorov – Le 10 avril 2015

(…)

Préambule

A la différence des régimes autocratiques – monarchies, dictatures – les démocraties représentatives à mandat non impératif que nous connaissons aujourd’hui n’ont pas les moyens de se défendre efficacement contre les subversions, d’origine interne ou externe, menées avec des moyens plus ou moins élaborés qui utilisent les propres atouts de la démocratie pour la renverser.

Il est difficile de corrompre un roi ou un dictateur, celui-ci disposant déjà de tout, par définition; il est plus difficile encore de corrompre un peuple entier, cela coûterait beaucoup trop cher et résoudrait d’ailleurs en même temps le problème de la distribution des richesses, et donc de la gouvernance politique idéale ; tous corrompus signifiant tous égaux.

La ruse ultime consiste à regrouper tout le pouvoir entre les mains de quelques-uns. Dans les démocraties formelles, ce sera au niveau d’un parti unique élisant ses délégués dans une assemblée populaire suprême, comme en Corée du Nord, ou au niveau d’une oligarchie ploutocratique élisant également ses représentants dans une chambre des représentants, comme aux États-Unis. Dans les deux cas, la corruption interne fonctionne parfaitement dans un cadre pseudo-démocratique.

Dans ces pseudo-démocraties, le fonctionnement ne diffère pas de celui des dictatures pures et simples, seul le décor change. L’État profond est structuré de la même manière.

Restent les vraies démocraties, belles et pures, telles qu’on les trouve en Europe, style social-démocratie. Bien que n’étant pas exemptes de corruption, elles gardent tout de même encore de véritables préoccupations quant au bien-être de leurs populations, le mot de démocratie n’est donc pas totalement usurpé dans ce cas – pour l’instant.

Lorsqu’un pouvoir hégémonique de nature dictatoriale ou pseudo-démocratique veut s’emparer des ressources d’un autre État qui lui résiste, il a deux solutions : la guerre ou la corruption. Bien que l’idéal soit de préparer la guerre pour enrichir les conglomérats, mais sans la faire, il préfère à priori la seconde solution, encore faut-il que la corruption soit possible. Il faut pour cela que l’État à corrompre soit une véritable démocratie, avec tous ses atours, dans laquelle l’agresseur pourra installer lentement sa cinquième colonne sans susciter la méfiance, afin d’obtenir un changement de régime qui lui convienne, en exploitant justement les atouts de la démocratie : liberté d’expression, liberté de déplacement des personnes et des capitaux, liberté d’installation d’ONG et de fondations diverses, et surtout liberté de manifestation.

La CIA et tous les services de renseignements occidentaux ont depuis longtemps théorisé et mis en œuvre ces procédés dans le cadre des révolutions de couleur ou des  printemps diversement fleuris, avec des succès mitigés dans l’exécution et des échecs certains dans les résultats.

Le Saker Francophone

 

Nous rappellerons seulement, à ce propos, notre conviction : « Le Maidan de Nemtsov », qui s’est planté, se serait planté bien davantage encore si quelqu’un n’avait eu l’idée opportune de charliser Nemtsov juste avant la déroute.

 

 

Source : http://lesakerfrancophone.net/la-democratie-incapable-de-…

 

*

 

 

Mis en ligne le 11 avril 2015

 

17:00 Écrit par Theroigne dans Actualité, Général, Loisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Écrire un commentaire

Votre nom :
Votre email :
Votre URL :

Votre commentaire :
Retenir mes coordonnées :

S’abonner au fil de discussion :

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,