Aller à…
RSS Feed

25 février 2021

LES NAUFRAGES DES GUERRES IMPERIALISTES


LES NAUFRAGES DES GUERRES IMPERIALISTES
Wardia Salem

« Je n’en veux à aucun peuple pour la torture et le massacre des miens. Ces « miens » dont je ne sais rien, que je trimbale dans ma tête, et qui sont « mes garde fous ». Ces « miens » qui sont ma conscience car si je ne sais rien d’eux, je sais que c’est la guerre coloniale qui les a tous massacré. Je n’en veux à aucun peuple d’être née colère et de vivre colère, au contraire, je m’en voudrais d’être « docile ». Mais j’ai le droit et le devoir de dénoncer un système impérialiste violent qui réclame toujours plus de victimes et plus de sang. Ce ne sont pas les peuples manipulés et traités de « France d’en bas » par exemple, qu’on utilise pour être l’arbitre des nouveaux Caligula qui jouent au dés le destin des nations du Sud, et prenant à témoins les peuples occidentaux, qui assommés de propagande deviennent l’instrument inconscient de la nouvelle « vox populi » qui se joue dans les arènes de l’ONU, qui sont coupables des crimes de leurs dirigeants. Etant donné que les Caligula ont un droit de veto à l’ONU, on sait ce qu’il reste aux autres : la mort, la soumission, l’assimilation même, certains dément comme Georges W. Bush allant jusqu’à proposer de dessiner de nouveaux drapeaux et d’écrire une nouvelle Constitution, comme si la Constitution des Etats-Unis, Constitution écrite par des psychopathes étaient un modèle de lumière et de spiritualité ? »

Jules MICHELET
« Il n’y a plus de patries, il n’y a plus de petites ou de grandes « amitiés » de clocher et de corporation ; il y a des classes qui sont en luttes et dont les intérêts sont tels que : l’ennemi, pour le prolétaire, n’est pas le prolétaire étranger, mais le patron compatriote et, vice-versa : l’ennemi, pour le patron, n’est pas le patron étranger, mais le prolétaire compatriote. A l’encontre de toute la blagologie conservatrice, nationaliste et démocratique, il n’y a plus de nations, – ce qu’on appelle la « Société des Nations » n’est que l’assemblée du capitalisme international réunie pour discuter de l’exploitation du prolétariat international -, il y a deux Internationales dressées l’une contre l’autre. Les aventuriers de la politique, les charlatans du patriotisme et de la religion, les rapaces de la finance et des affaires, les proxénètes de l’art et de la littérature, les cabotins du snobisme, les valets de plume de la presse, entretiennent à l’envi la confusion dans le cerveau brumeux du « peuple souverain »… Le Peuple, quelle que soit la nouvelle défroque idéologique qu’on mettra sur son dos, demeurera le troupeau des vaincus, et l’histoire du peuple continuera à être « l’histoire de la misère ».

NOTION DE GENOCIDE.
Amusant « Obama bloque encore sur le mot « génocide »… Et le génocide indien, est-il reconnu ? Et le génocide vietnamien ? Et le génocide irakien ? Ou faut-il juste s’accrocher au génocide arménien pour des raisons géopolitiques ?
Cette question électorale du génocide arménien ne doit pas faire oublier que l’Afghanistan est le théâtre de guerres violentes, toutes à la solde d’agresseurs extérieurs (URSS, puis USA et Europe et ça dure encore car le fameux Obama tue encore des civils à la frontière tribale entre le Pakistan et l’Afghanistan) depuis 1979. Nous sommes en 2015. Les occidentaux sont-ils déments pour ne pas comprendre que CA SUFFIT !? 36 ans de guerre !? Et ces psychopathes qui dirigent l’Occident parlent de « guerres digne du Moyen-âge quand des civils s’affrontent sous fond de religion mais 36 ans de guerre, c’est pas le Moyen-âge au motif que c’est l’Occident qui attaque ? Bientôt 40 ans de guerre ? Où est donc la Civilisation occidentale sinon à son habitude à faire la guerre, à tuer hommes, femmes et enfants au nom du « butin de guerre ». La France en est où de la reconnaissance du génocide rwandais ? Le Portugal en est où de la reconnaissance du génocide au Mozambique et en Angola ? La France n’a jamais reconnu le génocide algérien ? Quand on massacre des villages entiers, quand on pratique la politique de la terre brûlée, ce n’est pas pour éviter un génocide ? Si du temps des Bruno Masure et Dominique, on évoquait un « charnier » datant de la guerre d’Algérie a un endroit, on ne le fait plus aujourd’hui. Cacher les morts de toutes guerres sales que l’Occident a fait dans le passé lointain ou proche, cacher les massacres de civils en Afghanistan et à la frontière tribale afghano-pakistanaise, cacher les morts qui s’empilent dans les fosses communes du Congo, c’est le travail de l’Occident. En dehors des saoudiens, des égyptiens, du Qatar et de la Jordanie, je ne connais aucun pays arabe ou asiatique, latino-américain qui décide un beau matin de constituer une coalition trafiquée à l’ONU par un jeu de diplomatie hypocrite (type résolution 713 contre la Libye). Cette Résolution qui devait empêcher un prétendu « bain de sang », aussi vrai que l’Irak de S. Hussein détenait des armes de destruction massive, est vite devenue une carte blanche pour agresser la Libye, assassiner son dirigeant de la pire façon en manipulant des islamistes, pour mieux piller son pétrole, installer des hommes de choix au pouvoir, hommes de pailles qui en matière de contrats fourniraient ceux qui les ont aidé à commettre un Coup d’Etat en se servant de l’ONU comme d’une vulgaire maison de joie où les brigands et gangsters viennent monter leurs coups, en compagnie de leur « petite poule » du moment. Si bien que ce qui avait pour but d’empêcher un bain de sang, a débouché sur le plus grand bain de sang que la Libye n’aie jamais connu, y compris lorsque les troupes de Mussolini attaquèrent l’Ethiopie mais aussi la Libye (épisode de 39/45 considéré comme « mineur » apparemment). Il a suffit que Kadhafi soit assassiné de façon crapuleuse par la France, avec la réjouissance en mondiovision d’Hillary Clinton « we came, we saw, he’s dead », mais elle allait avoir la joie bien assez courte, voyant les mêmes images, avec un ambassadeur américain dans le rôle de Kadhafi.

PHILOSOPHIE, L’HERITAGE FASCISTE DE L’OCCIDENT…
Cet épisode de la guerre de Sarkosy, envoyé en malfrat pour piller l’or noir libyen et massacrer Kadhafi et les Kadhafistes a quand même une symbolique que l’Occident devrait prendre au sérieux : et si on retournait un jour les rôles ? Oui, si un jour la Libye bombardait Paris ? Si un jour l’Afghanistan, l’Irak et la Syrie bombardaient les Etats-Unis ? Drôle tout de même, que ces médias et politiciens français, qui nous citent Voltaire, comme si Voltaire était né en 1950 et était mort en 2014 ? On ne connait que Voltaire ? C’est Voltaire qui est à la base de la liberté d’expression ? Sûrement que du temps de Voltaire, la police allait chercher des gosses de 8 ans à l’école pour les interroger et les accuser d’avoir commis « l’apologie du terrorisme » ? On peut parler de méthodes soviétiques, de la Stasi mais n’oublions jamais que la Gestapo c’était l’Occident ! N’oublions pas que la police de Vichy c’était l’Occident… Cette police zélée à chaque fois qu’il s’agissait d’arrêter des gamins !
Cet Occident qui a fait de l’ONU, un repère de brigands, pilleurs de musées, pilleurs de sous-sols et voleurs de vies innocentes.
Même quand Libération ou autres, Libération n’est pas le seul média en cause, (même si j’en veux plus à un média de Gauche d’avoir été le plus fervent soutien de Georges W. Bush lors de l’invasion en Irak, invasion qui s’est faite sur la présentation d’un mensonge à l’ONU), nous évoque « le rêve brisé » des migrants, je refuse ce terme de « rêve », fuir la guerre pour ne pas mourir, pour mettre ses enfants à l’abris, c’est l’ultime solution, c’est l’unique sortie du tunnel, s’ils avaient le moyen de rester chez eux, ces gens ne quitteraient pas la Syrie, l’Irak, la Libye et l’Afghanistan. Rappelons-nous qu’au moment où les africains faisaient la queue à la frontière libyenne pour fuir la folie de Sarkosy et de Rasmussen. A l’époque, seuls les médias altermondialistes, et le trio habituel (l’Humanité, Le Monde Diplomatique et Politis), plus la Presse du Net avait évoqué le sort de ces noirs battus par des foules en colère, montée en puissance par des islamistes pour tuer des migrants accusés d’être les « amis de Kadhafi ». Combien de noirs pendus nus par les islamistes ? Combien de noirs jetés dans les cages et battus à mort, affamés par ces « rebelles » que la Presse française a tant affectionné ? Dernièrement, l’Etat islamique avait menacé d’obliger tous les migrants à monter dans des bateaux pour les faire couler par la suite, si l’Etat islamique n’a pas fait chavirer de bateaux (on ne sait pas en fait puisque la Presse mainstream ne dit pas tout, et que les pouvoirs occidentaux ne veulent pas assumer leur échec cuisant en Libye), l’Etat islamique a bien déclaré « virer tous les migrants en stand-by en Libye et ailleurs ».

OCCIDENT PRISONNIER DU COLONIALISME ET DE L’MPERIALISME
L’Occident pensait nous cacher, en faisant pression sur les médias, en nous présentant des « chiens de garde » qui monopolisent l’espace médiatique pour paraphraser et distiller la propagande gouvernementale sur toutes les chaines, afin de nous faire croire que le sang ne coule pas tant que ça, que Kadhafi est ainsi, que Saddam Hussein était comme ci, et que tel autre est comme ça… Tous des assassins potentiels, tous des sanguinaires, seul l’Occident, blanc chevalier, propre, humaniste est bon, lui sauve les peuples, mais il aura fallut voir la Libye post-Kadhafi, celle de Sarkosy, pour bien comprendre que l’Occident n’avait jamais changé, et que toutes les guerres actuelles découlent de celle de Bush, la guerre en Irak qui devait annoncer « le nouvel ordre mondial », dessiner un « nouveau Moyen Orient » comme si le Moyen Orient appartenait à Bush et à Sarkosy ou Hollande ? Ces états sont restés arriérés, dominateurs, violents, capables de tuer tout un peuple durant 40 ans pour redessiner une carte géographique qui leur permettra de jouer à la bataille navale, de se recharger en carburant, de s’approvisionner en telle ou telle matière. Cette guerre que l’Occident fait à l’Orient et aux pays du Sud, prétextant tantôt un Saddam Hussein, tantôt un Kadhafi et dernièrement un Assad, porte un nom : Colonialisme.

RESISTANCE DU BLOC SUD ET DES BRICS
Et il appartient à chacun d’entre nous de résister et de combattre ces fous qui n’ont jamais assez de sang sur les mains, qui n’ont jamais assez de pétrole en réserve, qui n’ont jamais assez de monuments à détruire. Ces occidentaux qui ont dû lâcher leurs anciennes colonies, la boule au ventre et à la gorge, ces occidentaux qui ont pleuré quand leur empire colonial s’est disloqué, qui ont une facilité extrême pour caricaturer le « bloc soviétique » mais qui ont une difficulté extrême quand il s’agit de parler du « bloc colonial ». Ils savent en vouloir à l’ex-URSS d’avoir annexé la Tchécoslovaquie mais ils ne savent pas s’en vouloir d’avoir annexé l’Algérie et l’Inde par exemple. Leur mettre la merde qu’il sème dans le monde sous les yeux, leur rappeler pourquoi ils sont plus riches que les pays du Sud, et les attraper en flagrant délit, quand incapables de s’enrichir plus, ils en reviennent à leur politique archaïque colonialiste !
Cet Occident qui n’a de démocratique que le verbe mais qui dans les actes est le pire dictateur qu’aucune nation du Sud n’aie jamais connu ! Cet Occident qui aujourd’hui découvre les « damnés de la terre » qui fuient les bombardements des armées coloniales occidentales, qui s’imaginent être en droit parce qu’elles ont trafiqué une Résolution 713, comme Al Capone trafiquait l’Alcool !
Que l’Occident regarde ces hommes et ces femmes, ces enfants qui en avaient marre de crever sur ses bombes. Ces corps sans vie ne témoignent que d’une chose : l’atrocité des guerres menées par l’Occident aux peuples arabes, au nom du pétrole. L’Occident a voulu cacher ses crimes, voilà que Dieu, lui crache en plein visage toutes ses victimes. Que ce soit Allah, l’Eternel ou autre nom, peut importe, Dieu est Dieu, et l’Occident n’est pas Dieu !
Ces malheureuses victimes de la guerre, qui ont pensé voyager avec la bénédiction de Mercure et qui sont devenues la proie des océans, et au-dessus des mers la vision d’un Dieu en colère : Poséidon qui nie cet Occident barbare « non vous n’êtes pas ma filiation, vous êtes des barbares, de mon océan vous avez fait un enfer ».
A tous ces gens qui émigrent au gré des guerres occidentales… algériens, vietnamiens, kurdes, irakiens, syriens, libyens…
Et ils veulent aller coloniser Mars !!!! ZEUS ! Empêche ces fous psychopathes de faire des Cieux un enfer comme ils ont fait avec la Terre !

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,