Aller à…
RSS Feed

9 mars 2021

La réponse décevante de l’Europe


EL WATAN

Naufrage hier d’un bateau transportant plus de 300 migrants

La réponse décevante de l’Europe

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 21.04.15 |

 
	Une mère et son enfant pris en charge par la Croix-Rouge

Une mère et son enfant pris en charge par la Croix-Rouge
Imprimer Envoyer à un ami Flux RSS Partager

Selon le Haut-Commissariat aux réfugiés, 35 000 migrants sont arrivés par bateau dans le sud de l’Europe depuis le début de l’année
et 1600 autres sont portés disparus.

Avril restera certainement dans les mémoires des migrants comme un mois maudit. Un autre bateau avec plus de 300 migrants à son bord a fait naufrage, hier en Méditerranée, a annoncé l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), faisant état d’au moins 20 morts. «L’OIM à Rome vient de recevoir un appel demandant de l’aide d’un bateau dans les eaux internationales (…). La personne qui a appelé dit qu’il y a plus de 300 passagers sur son bateau et qu’il est en train de couler», a indiqué l’organisation internationale basée à Genève. Au moins 20 personnes sont mortes, selon la même source.

Trois bateaux de migrants voguaient côte à côte en Méditerranée, a indiqué l’OIM sans préciser exactement dans quelles eaux ils se trouvaient. Les gardes-côtes «n’ont pas les moyens de les secourir maintenant» car ils manquent de ressources en raison du naufrage d’un chalutier ce week-end au large de la Libye, mais ils «vont probablement essayer de rediriger des navires commerciaux» vers le lieu où le bateau est en train de couler, selon l’OIM.

Une opération pas facile car certains navires commerciaux «refusent de collaborer». Le bilan officiel du naufrage survenu dans la nuit de samedi à dimanche au large de la Libye est de 24 morts et 28 rescapés, mais il risque d’être beaucoup plus lourd, des survivants ayant fait état de la présence de quelque 700 personnes à bord du bateau.

Face à l’étendue du drame, l’Union européenne a admis hier qu’elle devait enfin prendre à bras-le-corps la question des migrants en Méditerranée. «Nous n’avons plus d’alibi», a lancé la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, avant une réunion conjointe des ministres des Affaires étrangères et de l’Intérieur de l’UE. «Les tragédies de ces derniers jours, de ces derniers mois, de ces dernières années, c’en est trop», a-t-elle martelé.

La nouvelle du chavirement d’un chalutier, dimanche au large de la Libye, avec potentiellement 750 personnes à bord selon un survivant, a choqué le monde entier. Mais l’urgence est devenue encore plus évidente après l’annonce d’un autre naufrage, hier. La chancelière allemande Angela Merkel s’est dite, quant à elle, «bouleversée», affirmant que l’Europe devait «trouver des réponses».

«On a besoin de mesures immédiates de la part de l’UE et des Etats membres», a assuré Mme Mogherini, citant le renforcement de l’opération européenne de surveillance maritime Triton, mais aussi une meilleure répartition de l’accueil des migrants au sein de l’Union alors que l’Italie, la Grèce, Malte et l’Espagne portent la quasi-totalité du fardeau.

Les Européens sont très réticents à renforcer le secours en mer et à accueillir plus de gens, craignant que cela ne crée un appel d’air.
C’est pourquoi, à court terme, il n’y a que le renforcement de Triton qui se profile. Selon le Haut-Commissariat aux réfugiés, 35 000 migrants sont arrivés par bateau dans le sud de l’Europe depuis le début de l’année et 1600 autres sont portés disparus.
Les nouveaux migrants savent maintenant qu’ils n’ont rien à attendre de l’Europe en cas de danger de mort.

Les dix mesures de la commission européenne

La Commission européenne a présenté, hier, ses dix propositions d’actions pour lutter contre le trafic de migrants, et empêcher les candidats à l’immigration de risquer leur vie en traversant la Méditerranée.

Devant être discutées lors du sommet extraordinaire des dirigeants de l’Union européenne, prévu jeudi prochain à Bruxelles, ce plan d’urgence vise le renforcement des opérations de contrôle et de sauvetage Triton et Poseïdon mises en œuvre par Frontex, l’agence européenne de contrôle des  frontières, en augmentant leurs moyens financiers et matériels.

Il porte également sur la confiscation et destruction des embarcations utilisées pour transporter les migrants, à l’image de l’opération Atalante contre la piraterie au large de côtes somaliennes.

La Commission européenne recommande également la coopération accrue entre les organisations Europol, Frontex, EASO et Eurojust pour réunir des informations sur les modes opératoires des trafiquants et le déploiement d’équipes du Bureau européen de soutien à l’asile (EASO) en Italie et en Grèce pour aider à la gestion des demandes d’asile.

Le plan porte aussi sur la prise systématique des empreintes digitales de tous les migrants à leur arrivée sur le territoire des Etats membres et l’examen des options pour une répartition équitable des réfugiés entre les Etats membres de l’UE.

La Commission préconise également la mise en place d’un programme de réinstallation dans les pays de l’UE de personnes ayant obtenu le statut de réfugié auprès du HCR et d’un programme pour les renvois rapides des candidats à l’immigration non autorisés à rester dans l’UE.

Elle suggère, en outre, une action avec les pays voisins de la Libye pour bloquer les routes utilisées par les migrants et l’envoi d’officiers de liaison pour l’immigration au sein des délégations de l’UE dans un certains nombre de pays tiers. R. N.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,