Aller à…
RSS Feed

6 mars 2021

Mourir pour Aden, oui, mais de mort lente!


Mourir pour Aden, oui, mais de mort lente!

D’après le journal sénégalais « le Témoin », le président Macky Sall compte apporter son soutien à l’Arabie Saoudite dans sa lutte contre les rebelles chiites au Yémen. Notre chroniqueur mauritanien, Hanoun Diko, qui n’aime guère les pétromonarchies du Golfe, lui conseille plutôt d’envoyer ses soldats combattre contre les terroristes de Boko Haram

mourir-pour-aden

Crédit photo: Tous droits réservés d.r.

Selon le journal sénégalais « le Témoin », entre 1500 et 2000 soldats sénégalais sont prêts à partir « mourir pour Aden ». Le président sénégalais,Macky Sall, envisage d’envoyer des soldats sénégalais au casse-pipe au Yémen  pour rendre « service » aux pétromonarchies du Golfe. Qu’auront les sénégalais en retour ? Pas grand-chose, à part ces fameux financements de mosquées salafistes qui pousseront comme des champignons.

Des écoles, des hopitaux avant tout

Lors de la colonisation, des tirailleurs sénégalais sous les ordres des colons  ont été mis à la première ligne du front pour embrasser la mort en premier. Cette fois, nous avons à faire avec des colons arabes des pays du Golfe qui agissent comme l’ancien colonisateur. Ces pauvres soldats sénégalais seront-ils reconnus? Leurs soldes seront-elles versées?  Pourquoi le président Macky Sall n’a pas envoyé ces  2000 Diombars combattre la secte Boko Haram qui tue  presque 2000 africains par jour? Lors de l’intervention française dans le Nord du Mali en janvier 2013, le Sénégal n’a pas daigné, pas plus d’ailleurs que mon pays, la Mauritanie, envoyer des soldats pour combattre les terroristes qui tuaient, décapitaient des populations désarmées.

L’apport des pays du Golfe dans le développement du continent  Africain n’est pas spectaculaire, tant s’en faut. Dans ces contrées lointaines, les Africains sont traités moins que des bêtes de somme, des esclaves. Lesquels  ne peuvent se rendre que lors de la période du pèlerinage. L’Arabie saoudite nous apporte Nada,  à l’exception de la construction de mosquées et d’écoles coraniques sous influence salafiste. Des priorités? Pas vraiment. L’Afrique a  besoin avant tout d’hôpitaux, d’écoles modernes, de technologie, de développement industriel. Or les terres fertiles de la vallée du fleuve Sénégal sont vendues actuellement par le pouvoir Mauritanien aux riches saoudiens qui privent les populations autochtones leur unique  moyen de survie.

Laissons les wahhabites et les chiites régler leurs querelles loin de l’Afrique. Ces potentats ne sont jamais là quand nous avons vraiment besoin d’eux.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,