Aller à…
RSS Feed

21 avril 2021

Washington espionnait Bruxelles et Paris grâce à Berlin ?


 

Washington espionnait Bruxelles et Paris grâce à Berlin ?

le 30/04/2015

[Cette actu est la dernière publiée avant la clôture de la collecte de fonds, qui prend fin ce jeudi à minuit… A 17h, seulement quelques centaines d’euros – 1% de l’objectif – nous séparent du succès. Alors, si vous n’avez pas encore contribué et que le coeur vous en dit…]

Le scandale ne cesse de s’amplifier en Allemagne. Au centre de la tempête : le service d’espionnage fédéral, le BND. Depuis quelques jours, les révélations se multiplient sur la très étroite collaboration de celui-ci avec ses homologues américains. La question qui hante désormais la classe politico-médiatique est de savoir jusqu’à quel degré la chancellerie – et la chancelière allemande elle-même – était au courant de ces agissements, et de leur portée. Tout indique que celle-ci pouvait difficilement être tenue dans l’ignorance des basses œuvres des « services ».

Il est établi qu’au début des années 2000, les autorités américaines avaient passé un accord avec le BND : l’exploitation du très puissant et très sophistiqué centre d’écoute situé à Bad Ailing (Bavière) a été transférée de la NSA au BND en 2004 (Washington avait établi ce centre d’espionnage en 1947, dans le contexte de la guerre froide). En échange, les services allemands s’engageaient à fournir toutes les informations – des millions de données issues des écoutes diverses – à leurs collègues d’outre-Atlantique.

Les citoyens et les entreprises de RFA n’ont nullement été épargnés, en infraction totale avec la loi allemande. Parmi les données qui intéressaient particulièrement Washington : les secrets du consortium franco-allemand Airbus, de même que de la société Eurocopter.

Or le quotidien Bild révélait il y a quelques jours que le BND avait bel et bien tenu au courant la chancellerie des ces pratiques illégales. Illégales et paradoxales : car des informations portant sur des intérêts jugés essentiels pour le pays ont bien été demandées et obtenues par Washington.

C’est ce qu’a établi une commission d’enquête parlementaire, créée à la suite du scandale Snowden : l’ex-prestataire de la NSA – aujourd’hui traqué par la justice américaine, et réfugié en Russie pour échapper à la vengeance de Washington – avait multiplié les révélations, y compris celle concernant l’écoute par les services américains du… propre portable d’Angela Merkel.

Celle-ci se retrouve donc dans une situation pour le moins délicate, puisqu’elle est susceptible d’avoir couvert des activités mettant en cause les intérêts de son propre pays, au profit de l’allié atlantique.

Cerise sur le gâteau, l’édition datée de ce jour (30 avril) du quotidien Süddeutsche Zeitung apporte de nouvelles informations : le BND aurait également espionné l’Elysée, le ministère français des Affaires étrangères, de même que la Commission européenne…

On peine à imaginer ce qui serait advenu si l’on avait appris que ce n’était pas Washington, mais Moscou, qui organisait la fuite et la récupération des petits et grands secrets de Bruxelles ou Paris. Ce n’est même plus de « sanctions » qu’il aurait été question, mais de représailles… Qui sait si l’on n’eût pas frôlé une troisième guerre mondiale.

Par chance, toutes ces petites perfidies sont restées entre amis…


Partager

Plus d’histoires deLibye