Aller à…
RSS Feed

21 avril 2021

Monsieur Valls, c’est vous l’imposteur !


Monsieur Valls, c’est vous l’imposteur !

par Caleb Irri – mercredi 13 mai 2015

Tribune en réponse à celle de monsieur Valls le 07/05/2015 sur « Lemonde.fr », intitulée « Non, la France du 11 janvier n’est pas une imposture ».

Monsieur Valls, je viens de lire votre tribune sur « lemonde.fr ». Je vais leur envoyer la mienne, mais j’ai bien peur qu’elle n’arrive pas jusqu’à vous. Tout d’abord je voudrais établir directement que je n’ai pas lu le livre de monsieur Todd (et oui c’est comme pour « Le monde », je n’ai pas le privilège de lire les livres avant leur sortie…), que je n’apprécie pas tout chez monsieur Todd -loin de là- et que sa manière de s’exprimer a le don de m’irriter.

En fait je n’écris pas pour le défendre, mais plutôt pour vous attaquer. Puisque vous dites que les citoyens peuvent s’emparer du débat… Allons donc au fait, et prenons votre tribune par le début :

« un gigantesque élan de fraternité » : quand on sait que le nombre d’inscrits sur les listes électorales dépasse les quarante millions, je me dis que moins d’un citoyen sur dix s’est déplacé : cela ne me paraît pas si énorme, même si je concède que c’est déjà un record… et c’est peut-être cela le plus inquiétant !

Ensuite, au niveau du « mouvement spontané », « populaire », « venu des citoyens eux-mêmes », je crois que vous n’avez pas dû voir les mêmes images que moi : les déplacements de toutes les personnalités présentes n’a sans doute pas été improvisé, et encore moins été « spontané ». Populaire non plus, comme vous l’avouez vous-même un peu plus loin : « De nombreux Français, notamment dans les quartiers populaires, délibérément, n’y ont pas pris part ». Et pour ce qui est de la volonté des citoyens, les médias ont suffisamment insisté pour que nous soyons tous « Charlie » que cela est devenu comme une sorte « d’injonction inconsciente ».

Maintenant, et si je vous accorde le droit de vous interroger sur le fait que « des citoyens aient volontairement fait le choix de se tenir à l’écart », rien ne vous impose non plus le devoir « d’agir ». Est-ce le fait que des citoyens choisissent librement (volontairement) de se soumettre ou non à cette « injonction inconsciente » qui vous ennuie ?

Enfin, pour ce qui est du « déclin, de la « dépression », vous et vos pairs (de droite comme de gauche), en sont pleinement responsables. Comment s’en étonner ?

Le refus des amalgames maintenant

Première imposture :

La manifestation du 11 janvier était une manifestation contre le terrorisme. Pas contre la religion ni pour la tolérance. Et encore moins pour la laïcité (qui n’est pas une condition de la tolérance mais plutôt une conséquence). C’est vous qui faites des amalgames en estimant que cette manifestation était aussi « un cri lancé contre le djihadisme qui, au nom de la foi, [il y a ici une virgule étonnante] d’un islam dévoyé, s’en prend à l’Etat de droit, aux valeurs démocratiques, tue des juifs, des musulmans, des chrétiens », car vous soulignez ainsi le caractère religieux de l’attaque. Mais cela est faux : des terroristes ne peuvent pas avoir de religion, quand bien même ils s’en revendiqueraient. « Islam dévoyé »… Non, pas Islam dévoyé. Pas Islam du tout ! Je ne connais pas le Coran mais j’imagine mal comment il pourrait indiquer à ses adeptes de tuer des innocents, et de tuer tout court. Dieu n’est-il pas Amour et Pardon, quelle que soit la manière d’y croire ?

Et puis la Marseillaise, franchement, ce chant guerrier qui désire « qu’un sang impur abreuve nos sillons »… Ça ne transpire pas la fraternité.

Deuxième imposture :

la liberté d’expression ! vous n’avez pas honte. Alors que les dernières lois sur le renseignement, ou l’apologie du terrorisme, que vous avez portées, instaurent une censure potentielle de toute contestation politique, et cela au nom de la liberté et de la lutte contre le terrorisme, c’est comme insulter la mémoire des malheureuses victimes de ces misérables meurtriers. Et comme vous tentez de retourner le problème des « faibles » et des « discriminés » : dois-je vous rappeler d’où viennent les terroristes, et de quelle origine sociale ils sont issus ? la plupart sont des convertis, abandonnés dans des cités misérables jusqu’à ce que des fondamentalistes profitent de leur faiblesse en instrumentalisant les caricatures et le climat de méfiance à l’égard des musulmans. Ce ne sont pas les caricatures qui les libèrent mais leur utilisation par des extrémistes qui les enferme. En réalité ces jeunes qui se radicalisent sont à la fois des bourreaux, et des victimes.
Troisième imposture :

Ici, je dois vous avouer que le concept de « néo-République » m’échappe. Mais ce qui est certain, c’est que la République est entre les mains de ceux qui la dirigent : ceux qui font les lois, et ceux qui les font appliquer. Et il est clair que leurs intérêts ne sont pas les mêmes que ceux du peuple qu’ils dirigent : il n’y a pour s’en convaincre qu’à regarder la composition « sociale » de notre Parlement.
En réalité c’est bien cette divergence d’intérêts le problème. Trop soucieux de vos carrières et des avantages qui vont avec, vous finissez par renoncer à tous vos idéaux pour ne pas partir, et vous vous enfermez dans vos certitudes pour échapper à votre conscience. A droite comme à gauche. Et on arrive à la suite…
Quatrième imposture :

La définition de la gauche. Mais vous n’êtes pas de gauche ! Emmanuel Todd n’est pas de gauche ! La gauche lutte contre le capitalisme. Pas contre l’Europe ou l’UMP, mais contre un système injuste qui permet que certains agissent au détriment des autres. Et à force de vouloir cacher au peuple cet état de fait, au lieu d’avouer que les politiques ont permis aux riches de s’enrichir contre le plus grand nombre, vous préférez aujourd’hui établir avec vos lois les conditions d’une dictature pour le jour où, quand l’économie s’effondrera, le peuple ne soit pas en mesure de venir vous réclamer des comptes.

Il y a donc toutes les raisons d’être inquiets et pessimistes : vous et vos semblables n’avez pas d’autre idée que celle qui conduit au pire. La lucidité aujourd’hui, c’est de constater que vous êtes un homme dangereux. Intelligent, habile, et certainement très sympathique. Mais dangereux. Ce que vous portez sur vos épaules est dangereux. Mais vous n’êtes pas le seul. C’est toute la classe politique qui représente désormais un danger pour le peuple. Avide de pouvoir et d’argent, elle finit toujours par se laisser corrompre jusqu’à y perdre son âme. L’avez-vous perdue, ou est-elle simplement égarée ?

Je n’attends évidemment pas que vous vous abaissiez à répondre à un citoyen en colère, et elle ne montera sans doute pas non plus jusqu’à vous. Mais sachez quand même que vos impostures seront des poids que vous porterez toute votre existence…

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Partager

Plus d’histoires deLibye