Aller à…
RSS Feed

31 octobre 2020

Discours de la Présidente argentine à l’ONU : “Il y a aussi des terroristes économiques”


Après avoir lu la piètre tambouille des dirigeants occidentaux à l’ONU, je vous propose aujourd’hui celle de la présidente Argentine, dans ses 2 discours, le premier au Conseil de Sécurité (dont elle vient de prendre la présidence mensuelle) à propos de la résolution 2178 (début de Patriot Act mondial), le second dans le discours annuel à l’Assemblée Générale.

C’est un peu long, mais il est bon de voir ce qu’il y a dans la tête des grands pays non occidentaux…

Résolution 2178 de l’ONU – Discours de la Présidente Fernández De Kirchner

Le discours de la Présidente Fernández De Kirchner :

Conseil de sécurité – Mercredi 24 septembre 2014, à 15 heures

Je suis venue assister à cette séance du Conseil avec certaines certitudes et certaines questions, et bien entendu pour voter pour la résolution 2178 (2014) que nous venons d’adopter et aussi pour condamner le terrorisme, résolument et explicitement. Mon pays, la République argentine, et les États-Unis, sont les seuls pays des Amériques qui ont fait l’objet d’attaques terroristes sauvages. L’on a fait sauter l’ambassade d’Israël à Buenos Aires en 1992 et le siège de l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA) en 1994.

Depuis lors, je me pose beaucoup de questions parce que tout ce qui se passe actuellement – ce phénomène qui vient d’apparaître, l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL), qui était inconnu l’année dernière–, c’est comme ce qui s’est passé en Argentine depuis 1994. À l’époque, aussi bien dans mon pays que dans le reste du monde, l’on disait que le Hezbollah était responsable de l’attentat contre le siège de l’AMIA. Aujourd’hui, le Hezbollah est un parti politique au Liban. Par la suite, en 2006, la justice de mon pays, suite à la création d’une entité spéciale au sein du ministère public sur l’initiative du Président Kirchner, a mené une enquête exhaustive sur l’attentat qui s’était produit en 1994–cette année, cela fait 20 ans que s’est produit cet attentat et les coupables n’ont toujours pas été jugés.

À la suite des enquêtes menées par le Procureur, le juge de première instance a décidé d’inculper huit citoyens iraniens vivant à Téhéran. Après cela, l’ancien Président Kirchner, et moi-même par la suite, de 2007 jusqu’en 2012, à chacune des sessions de l’Assemblée générale qui se sont tenues ici à l’ONU, avons demandé à la République islamique d’Iran de coopérer pour que nous puissions interroger ces accusés.

Nous avons même proposé des solutions de rechange, comme dans l’affaire de Lockerbie, par exemple que ces personnes soient jugées dans un pays tiers. Finalement, en 2012, le Ministre iranien des affaires étrangères nous a proposé une réunion bilatérale et c’est ainsi qu’en 2013 a été élaboré un mémorandum d’accord en vue de la coopération judiciaire entre les deux pays, dans le seul but de faire en sorte que ces citoyens iraniens puissent faire une déposition devant un juge. En effet, le système judiciaire argentin n’autorise pas les condamnations par contumace. Les accusés doivent être interrogés et jugés, ce qui contribue au respect de la Constitution et des droits fondamentaux. Suite à la signature de cet accord, aussi bien dans mon pays qu’au sein des organisations communautaires qui avaient toujours appuyé nos demandes de coopération à l’Iran, l’on nous a accusé de nous être mis d’accord avec les Iraniens. Cela m’a amené à me demander si au moment où l’on nous priait de demander à l’Iran de coopérer, c’était réellement dans le but d’obtenir cette coopération ou de provoquer un casus belli.

Dans ce pays également, les États-Unis, on a fait pression sur le Congrès américain, principalement les fonds dits vautours –on peut voir cela sur les sites Web du groupe de travail sur les fonds vautours, où on a affiché des photos où on peut me voir en compagnie d’Ahmadinejad. Jusqu’à l’année dernière, on qualifiait ce pays d’État islamique terroriste et on nous condamnait pour avoir conclu avec lui un mémorandum d’accord sur la coopération judiciaire.

Avec surprise, mais pas avec dégoût, parce que le dialogue ne peut jamais être une mauvaise chose, nous avons appris que le week-end dernier, le Chef du Département d’État américain a rencontré son homologue iranien dans un hôtel bien connu de cette ville pour discuter du problème de l’EIIL –l’on sait que ce groupe est sunnite et que l’Iran est gouverné par des chiites- pour voir quel degré de coopération ou de progrès ils pouvaient espérer en ce qui concerne le programme nucléaire. Par la suite, nous avons constaté qu’il y avait un discours beaucoup plus convivial, plus amical, de la part de ceux qui l’année dernière étaient accusés, tout comme nous, qui avions discuté avec eux, d’être des terroristes.

Je ne dis pas que c’est mal de dialoguer, je ne peux que m’en réjouir. Je crois que le dialogue entre les nations est toujours une bonne chose. La question que je me pose, c’est qu’après cet attentat en 1994, il y a eu l’attentat contre les tours jumelles, commis par Al-Qaida, conçu et planifié par Oussama ben Laden, qui lui non plus, n’est pas apparu subitement comme un champignon après la pluie. Oussama ben Laden a été entraîné, aux côtés des Talibans, pour combattre la Russie durant la guerre froide. Comme j’ai coutume de le dire, l’Afghanistan est un pays à part dont seul Alexandre le Grand est sorti vivant. Ensuite il y a eu le fameux «Printemps arabe», pendant lequel tout le monde était, semble-t-il, des combattants de la liberté, et dont de nouvelles démocraties allaient surgir, alors qu’il s’avère en fait que nombre de ces combattants de la liberté étaient des fondamentalistes qui recevaient alors un entraînement militaire et qui combattent aujourd’hui dans les rangs de l’EIIL ou embrigadent de jeunes recrues.

Sur une note personnelle, je voudrais dire au passage que, moi aussi, j’ai été menacée par l’EIIL. La justice de mon pays enquête actuellement contre les menaces qui ont été proférées contre ma personne par l’EIIL. Franchement, je ne crois pas que l’EIIL se préoccupe beaucoup de la Présidente de la République argentine. Je suis sincère quand je dis cela. Mais le fait est que l’EIIL m’a menacée et a déclaré qu’elle allait intenter à ma vie en raison de mon amitié avec le pape François et parce que je reconnais et défends l’existence de deux États, l’État de Palestine et l’État d’Israël, et l’idée qu’ils puissent vivre côte à côte pacifiquement.

J’ai noté quelques questions qui ne me sont venues à l’esprit parce qu’également, au milieu de tout cela, il y a eu le problème de Saddam Hussein et des armes chimiques en Iraq. On a fini par se débarrasser de Saddam Hussein, mais depuis, la situation en Irak n’a fait que se compliquer toujours davantage. En fait, c’est le monde qui devient de plus en plus complexe. Les choses sont plus compliquées aujourd’hui qu’elles ne l’étaient l’an passé, où il semblait que le problème le plus important était celui de la menace nucléaire posée par l’Iran. Aujourd’hui, on n’en parle plus et on est passé à l’EIIL, ce nouveau groupe terroriste dont on ne sait qui lui fournit du pétrole, qui lui vend des armes, qui l’entraîne mais qui, à l’évidence, a des ressources économiques, détient des armes et dispose d’outils de communication et de diffusion dignes de studios de cinéma. Cela m’amène à me demander ce qui est réellement en train de se passer et comment, en définitive, nous pouvons combattre efficacement le terrorisme. Évidemment, face à l’agression, il faut se défendre –personne ne le conteste- d’où la pertinence d’une riposte militaire. Mais il est clair que la façon dont, jusqu’ici, nous avons lutté contre le terrorisme n’est pas la bonne. En effet, à chaque fois, la situation se fait plus complexe; à chaque fois, les groupes sont plus nombreux; à chaque fois, ils sont plus violents; à chaque fois, ils sont plus puissants.

La logique veut que lorsqu’on suit une méthode donnée pour combattre un problème et que ce problème, au lieu de disparaître ou de reculer, s’accentue et gagne du terrain, il faut au moins revoir la méthode et les moyens utilisés, puisque quelque chose ne fonctionne pas. Je ne prétends pas détenir la vérité ou avoir la science infuse. Je ne prétends pas savoir avec une certitude absolue ce qu’il faut faire, mais ce que je sais c’est que, dans mon pays, un vieux proverbe dit que la seule chose qu’on ne peut pas faire face à des cannibales, c’est les manger.

Il me semble que le plus important est de bien comprendre que la logique du terrorisme consiste à déclencher une réaction parfaitement symétrique, du point de vue tant de la violence que des attaques, afin de pouvoir justifier le sang versé à l’infini, car les terroristes vont tuer deux personnes si on tue un des leurs, trois si on en tue deux, quatre si on en tue trois. C’est l’escalade sanguinaire, la loi du talion, et ce, d’autant plus, dans un contexte –celui du Moyen-Orient– où on continue à ne pas reconnaître l’État de Palestine, où il y a eu un usage disproportionné de la force contre la population civile palestinienne sans qu’aucune tête ne tombe du côté de ceux qui lançaient des roquettes. Au contraire, ce sont des enfants, des femmes, des personnes âgées, des innocents que nous avons vu mourir. Cela ne fait à chaque fois qu’un peu plus le lit de ces groupes.

C’est pourquoi, pour parler franchement, nonobstant la résolution 2178 (2014), à laquelle nous souscrivons, que nous approuvons, et que nous allons appliquer, il serait cynique et mensonger de ma part de dire au Conseil que ça y est, nous tenons la bonne méthode. Je crois que la situation au Moyen-Orient ne peut manquer de se compliquer.

L’année passée à Saint-Pétersbourg –en novembre, ce qui n’est pas si vieux, puisque cela fait moins d’an– nous, les membres du Groupe des Vingt, considérions que l’ennemi juré était le Gouvernement syrien et que ceux qui le combattaient étaient des combattants de la liberté. Or maintenant, on découvre que nombre de ces combattants de la liberté ont rejoint les rangs de l’EIIL. Mais qui soutenait les opposants? Qui leur fournissait des armes, des ressources, à ces combattants de la liberté? Je crois donc que nous devons nous poser toute une série de questions, à commencer par ceux qui sont beaucoup mieux informés que la Présidente de la République argentine que je suis.

Comme les membres le savent, mon pays ne fabrique pas d’armes, ne vend pas d’armes. Au contraire, nous avons besoin d’acheter du pétrole parce que nous n’avons pas assez de ressources énergétiques, même si nous avons découvert un important gisement de pétrole qui va faire de nous un grand producteur –et je ne sais pas si je dois me réjouir quand je dis cela, étant donné que tous les pays qui ont du gaz ou du pétrole ont également de grands problèmes. Quoi qu’il en soit, nous ne fabriquons pas d’armes, nous importons l’énergie et nous n’avons pas toutes les informations dont disposent les grandes puissances. Mais je pense que très souvent disposer des informations ne suffit pas, il faut également comprendre ce qui se passe au sein de chaque société, de chaque peuple et essayer de déterminer quels sont les moyens les plus appropriés pour contrecarrer véritablement le terrorisme. Il ne serait pas surprenant en effet de constater l’année prochaine, en 2015, que l’EIIL a disparu de la scène au profit d’un autre groupuscule au nom étrange et aux méthodes encore plus violentes et virulentes, et que, finalement, nous n’avons fait qu’aggraver le problème.

Pour terminer, je crois également qu’une autre question fondamentale dans cette lutte est le respect des droits de l’homme. Et j’en parle parce que l’Argentine a connu une dictature génocidaire sans égale et qu’elle a rendu la justice de façon inédite. Nous n’avons pas eu besoin d’un tribunal de Nuremberg ni de faire juger les dictateurs à La Haye. C’est l’Argentine elle-même, et son système judiciaire, qui a jugé et condamné les responsables, y compris ceux qui avaient fait tuer des ressortissants français, je pense notamment aux religieuses françaises, ou étaient à l’origine de la disparition de ressortissantes suédoises. Je pense donc que nos antécédents nous permettent de dire que la lutte contre le terrorisme doit se faire dans le respect des droits de l’homme, afin précisément de ne pas continuer à alimenter le monstre.

Le Président Obama (parle en anglais)

Je voudrais juste rappeler que cette séance doit être levée à 17 heures et que nous avons une longue liste d’orateurs, y compris les membres du Conseil. Il faudrait donc que nous fassions en sorte de respecter les limites de temps.

Source : ONU

P.S. La présidente Kirchner fait référence aux attentats qui ont eu lieu en Argentine, sous la présidence de Carlos Mennem :

– le 17 mars 1992 : un attentat à la bombe fait 29 victimes et plus de 280 blessés à l’ambassade d’Israël à Buenos Aires.
– le 18 juillet 1994 : attentat à la voiture piégée, devant un bâtiment rassemblant plusieurs associations juives, dont l’Association Mutuelle Israëlite Argentine (AMIA) à Buenos Aires. L’attentat a fait plus de 80 morts et de 200 blessés.


Assemblée générale 2014 – Discours de la Présidente Fernández De Kirchner

24 septembre 2014

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,