Aller à…
RSS Feed

1 mars 2021

INTERVIEW CHOC: Si c’est l’ex-président du Yémen qui le dit…


INTERVIEW CHOC: Si c’est l’ex-président du Yémen qui le dit…

Dans une entrevue exclusive aujourd’hui avec la chaîne libanaise Almayadeen, l’ex-président du Yémen ABDALLAH SALEH explique littéralement que la Saudie est là pour mettre en œuvre l’agenda USraélien et que son objectif a été, à chaque fois, de chercher à abattre tous les Etats à vocation nationaliste, citant notamment et de manière appuyée le cas de la Syrie et de la Libye.

Note: SALEH est entré en résistance aux côtés des Houthis quand les Saoudiens ont commencé, il y a deux mois, avec d’autres Etats réactionnaires de la région, et grâce à la supervision et à l’intervention discrète des USA, à bombarder son pays. A la tribune d’honneur lors des défilés militaires de la Place Verte à Tripoli, le président yéménite n’était jamais très loin du Guide de la Jamahiriya.

Par Les Pacifistes de Tunis

Une réponse “INTERVIEW CHOC: Si c’est l’ex-président du Yémen qui le dit…”

  1. 15 juin 2015 à 10 h 33 min

    Merci aux Pacifistes de Tunis d’apporter cette précision et à madame Ginette Hess Skandrani de la publier :
    « A la tribune d’honneur lors des défilés militaires de la Place Verte à Tripoli, le président yéménite n’était jamais très loin du Guide de la Jamahiriya. »
    Il est des faits comme celui-ci qu’il ne nous serait pas permis de connaître sans des observateurs et observatrices qui ont de la mémoire.
    Le roi d’Arabie saoudite et l’émir du Qatar croient leurs pays à l’abri des bombes occidentales. Mais, lorsque les chefs d’Etats français, britannique, états-unien penseront qu’il est mieux – pour leurs affaires et celles de leurs multinationales – de renverser ces vieilles monarchies afin, d’une part, de n’avoir pas à leur rembourser les dettes qu’ils ont contractées envers elles et, d’autre part, de s’emparer des richesses qu’elles détiennent, ils ne se gêneront pas : ils sèmeront des milliers de tonnes de bombes pour obtenir le chaos.
    Des années avant la ruée des trois chefs d’Etats occidentaux criminels – Sarkozy, Cameron, Obama – et, encore, juste avant les bombardements de la Libye, Muammar Gaddhafi n’a cessé de prévenir ces mules du Golfe, mais celles-ci ont préféré le veau d’or à la loyauté envers l’Afrique et le monde arabe.
    Cordialement, Françoise Petitdemange

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,