Aller à…
RSS Feed

23 octobre 2021

Guerre contre Monsanto. Des nouvelles du front


Guerre contre Monsanto. Des nouvelles du front

par VICTOR – mercredi 17 juin 2015

Camouflage. Monsanto travaille sur un accord de fusion avec son concurrent suisse Syngenta. Dans ce cadre, l’entreprise la plus détestée au monde tente de tromper le public en changeant le nom de la nouvelle entité provenant de la fusion de ces deux gros fabricants de poisons mondiaux. Monsanto veut ainsi échapper à sa triste histoire en abandonnant son nom synonyme dans l’esprit de beaucoup d’empoisonnement, de manipulation du vivant, de spoliation par les brevets, de ruine des petits paysans par les OGM.

Si cette fusion Monsanto Syngenta arrive à son terme, cela multipliera les préoccupations environnementales et de santé, mais aussi celles concernant le contrôle de l’agriculture et de main mise sur le système alimentaire mondial.

Victoire judiciaire conre Monsanto. Le 20 mai 2014, 66 % des électeurs du comté de Jackson (Etats-Unis) ont voté pour interdire la culture des plantes OGM dans ce comté. Soutenu par 150 exploitations familiales et des centaines d’entreprises locales. C’est une association de lutte contre les OGM, « The Center for Food Safety » qui a porté plainte contre le préjudice subi par les agriculteurs cultivant sans OGM par le voisinage de cultures OGM qui contaminent leurs productions. La victoire en justice a été acquise, malgré un million de dollar dépensés par Monsanto et d’autres sociétés de produits chimiques. Selon l’ordonnance de justice, les agriculteurs qui ont déjà des cultures génétiquement modifiées peuvent récolter cette année, mais doivent retirer les cultures OGM dans les 12 mois. Ils réclament néanmoins d’énormes compensations financières…

* * * *

Le glyphosate interdit au Sri Lanka. Le président nouvellement élu du Sri Lanka (ex Ceylan), Maithripala Sirisena, a annoncé que l’importation du plus utilisé des herbicide, à base de glyphosate, sera interdite avec effet immédiat. Le nouveau président, agriculteur et ancien ministre de la santé, soucieux de protéger la communauté agricole du Sri Lanka, a déclaré que le glyphosate est responsable de l’augmentation du nombre de maladies rénales chroniques parmi les agriculteurs. Dans ce pays, ces seules maladies rénales chroniques affligent 15 % des personnes en âge de travailler dans la partie nord du pays. 400.000 paysans sont atteints et le nombre de mort est estimé à 20.000.

Suite au dernier rapport de l’OMS sur le glyphosate, SRI Lanka est le deuxième pays à interdire totalement la vente d’herbicides à base de glyphosate, après le Salvador qui a pris cette décision dès 2013 pour les mêmes raisons. Les Bermudes ont également institués une interdiction temporaire sur les importations de ce produit.

* * * *

En France. Le glyphosate, l’herbicide le plus utilisé en France, ne sera pas interdit malgré son classement comme « probablement cancérigène », a annoncé Stéphane Le Foll… Le glyphosate, présent notamment dans le Roundup (Monsanto), et les insecticides malathion et diazinon ont été classés en mars cancérogènes « probables chez l’homme », même si les « preuves sont limitées », selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

L’association de consommateurs CLCV a interpellé les agences sanitaires françaises et européennes et le ministre de l’Agriculture concernant le glyphosate, demandant notamment qu’il ne soit plus vendu en libre service aux jardiniers amateurs.

Ségolène Royal, a décidé une mesurette pour se donner bonne conscience : le RoundUp sera interdit à la vente libre dans les magasins grand-public à dater du 1er janvier 2016 ! L’interdiction visera tous les herbicides et pesticides contenant du glyphosate et destinés aux jardiniers amateurs. Mais il restera autorisé pour les professionnels ! Comme d’habitude, le gouvernement tremble devant les agriculteurs… En attendant, le RoundUp est largement présent dans toutes les jardineries et les grandes surfaces… France, Sri Lanka, ce n’est manifestement pas le même combat. Les lobbies seraient-ils passés par là ?!

Partager

Plus d’histoires deLibye