Aller à…
RSS Feed

21 octobre 2021

Les drapeaux noirs djihadistes au coeur de Tunis


Les drapeaux noirs djihadistes au coeur de Tunis

Sous la Coupole d’El Menzah, en plein cœur de Tunis, quelques centaines de partisans du parti Hibz Ettahrir brandissaient, avec fierté, le drapeau noir des djihadistes, comme le rapporte l’excellent site Business News.

les-drapeaux-noirs-djihadistes-au-coeur-de-tunis

Crédit photo: Tous droits réservés d.r.

Hizb Ettahrir, le parti islamiste tunisien, a tenu ce samedi 13 juin 2015, son quatrième congrès, sous le thème « L’Afrique du Nord, la base d’un grand Etat ». Un événement organisé à la Coupole d’El Menzah, en plein cœur de Tunis, où quelques centaines de partisans brandissaient, avec fierté, le drapeau noir des djihadistes.

‘Le Califat » à l’honneur

Des chants liturgiques et des « Takbir » à répétition, ont ainsi ébranlé les murs de la coupole, alors que les intervenants ont rivalisé de discours « takfiristes » et anti-démocratie, assurant que le seul pouvoir qui doit régner est celui découlant de la Chariâa. Dans ce contexte, les partisans criaient à tue-tête « la Oumma exige l’avènement d’un nouveau califat ! ».

Une ambiance survoltée a accueilli, Ridha Belhaj, porte-parole du parti Ettahrir qui a affirmé que la Tunisie n’est arrivée à un tel stade de la décadence qu’à cause des faibles et des collabos au pouvoir. « Nous ne laisserons pas la Tunisie entre les mains d’une laïcité, meurtrière, pécheresse et menteuse ! Jamais ! », s’est-il exclamé. Ridha Belhaj a rappelé que son parti campera toujours sur ses principes, consistant en l’instauration en Tunisie, d’un Etat islamique.

Des propos dangereux qui dénotent du caractère foncièrement intégriste de ce parti, qui prône les mêmes valeurs que les organisations classées terroristes, notamment en ce qui concerne l’instauration d’un grand Etat qui détruirait tout sur son passage. Ce qui est plus étrange : comment Hizb Ettahrir a pu avoir une autorisation pour tenir son congrès !

 

I.L.

ADS

Publié par La rédaction de

La rédaction de Mondafrique

Partager

Plus d’histoires deLibye