Aller à…
RSS Feed

28 février 2021

GHARDAÎA : DE LA LUTTE DES CLASSES AU MASSACRE DES CLASSES ?


J’ai souvent rencontré les nomades en Libye, ou les gens du voyage européens. Je ne trouve pas qu’ils puent, en tous les cas beaucoup moins que nos poivrots d’ici.

ginette

—————————————–

09/07/2015

GHARDAÎA : DE LA LUTTE DES CLASSES AU MASSACRE DES CLASSES ?

Nadia Genji

Quand Karl Marx a évoqué la religion comme « opium du peuple », la majorité des états capitalistes -vrai encore ce jour-, ont compris que la Religion agissait comme une drogue sur le peuple, voire qu’elle était « un paradis artificiel ». Pas du tout. Le pauvre qui ne possède rien et passe sa vie à trimer pour un salaire de misère, il ne reste comme ultime soutien que Dieu.
L’Occident, a toujours exclu les pays du Sud de la lutte des classes, notamment les anciennes colonies comme l’Algérie par exemple.
Quand à propos de Ghardaïa, je lis dans Libération qu’il s’agit de « lutte intercommunautaire », je suis étonnée. Certes, les mozabites sont berbères, mais surtout ils sont sédentaires et riches. De même, les « chaambas » sont arabophones mais pas « arabes » du tout. Ils sont maghrébins et arabisant, et surtout très pauvres, touchés de plein fouet par le chômage et la crise, d’autant plus qu’ils sont nomades.
La crise entre les deux entités est montée d’un cran depuis l’assassinat de Kadhafi et « l’afghanisation » de la Libye du fait de l’intervention française catastrophique, et depuis 2013, elle a atteint son paroxysme.
Kadhafi n’étant plus là pour diriger la Libye, la France étant incapable faire face au chaos qu’elle a semé en Libye, ce sont les voisins de la Libye qui trinquent.
Avec Kadhafi, aucun trafic de drogue -cocaïne et haschich- à Ghardaïa. Depuis l’arrivée du CNT à ce jour, les chaambas vont et viennent comme ils veulent et organisent le trafic de drogue et d’armes.
Etant détenteurs d’armes, vu le chaos libyen, tout le monde fait « ses courses » chez les amis « rebelles » de Sarkosy, et le résultat est un bilan « terroriste »…
Quant à se demander pourquoi les CRS ne sont pas intervenus, c’est hors de propos : les CRS ne peuvent faire l’objet de massacres de la part de certains éléments tant au niveau des mozabites que des chaambas, d’actes barbares de la part d’islamistes.
L’armée algérienne devrait intervenir, car elle est l’unique rempart au terrorisme islamiste. S’il y a un réel conflit ouvert entre mozabites et chaambas, il ne faut pas oublier pour autant que Mokhtar Belmokhtar, par exemple, était originaire du M’zab, et plus particulièrement de Ghardaïa. Certains racistes expliquent que la jeunesse chaambas qui est pauvre offre ses bras aux islamistes, mais la réalité est plus complexe. Les chaambas du fait de leur statut de nomade sont un peu, malheureusement, perçus comme les roms. Et quand ils descendent sur Alger pour des besoins de soins par exemple, certains soignants et même médecins disent « j’ai pas envie d’avoir affaire à eux parce qu’ils sentent mauvais »… Je vais être très claire : le médecin est une pédiatre, qui gravite dans mon proche entourage et qui à ma grande surprise m’a déclaré un jour « quand je vois un nomade aux urgences, je m’en vais, je refuse de m’en occuper parce que les
nomades puent ».
C’est pour cette raison que les nomades sont restés fidèles à Kadhafi : avec lui, ils étaient en sécurité et jamais il n’y avait d’attaque de Mokhtar Belmokhtar à In Amenas, et jamais d’émeutes meurtrières entre chaambas et mozabites.
L’Afrique devrait faire juger Sarkosy et tous ceux qui ont assassiné Kadhafi et massacré son beau pays.
Il serait temps d’arrêter les schémas racistes : l’Algérie est une et restera une. Certains par haine, tentent de faire surgir de l’imaginaire coloniale, une lutte fratricide entre berbéristes et arabophones, mais cela est vain. L’Algérie n’est pas le bantoustan que décrivent les médias français. La Kabylie est une région pas une nationalité, sinon le Breton aussi devrait être décrété c

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,