Aller à…
RSS Feed

6 mars 2021

Le châtiment des islamistes en Enfer


 

Le châtiment des islamistes en Enfer

13/07/2015

 

Les Pacifistes de Tunis

Oui, les temps on beaucoup changé même en Tunisie. Dans l’Irak laïc d’avant l’invasion US, il y avait à Bagdad un restaurant qui, pendant le Ramadan, déployait une banderole imposante qui disait sans crainte: « Nous sommes ouverts et vous accueillons pendant toute la durée du Mois Sacré » (Nahnufathintiwalshahramadanalmubarak).

C’était très pratique pour les Chrétiens irakiens, principalement, et pour ceux qui ne voulaient pas jeûner pour diverses raisons (choix personnel, addiction au tabac, maladie, etc.). Avec l’islamisation du pays, il serait étonnant que le gérant de l’établissement ait encore l’audace de proposer encore le même service…

L’islamisme est un poison.

Nous disions récemment à un correspondant que le Coran est un livre très dangereux qu’il ne faut surtout pas mettre entre toutes les mains. Voyez comment ses interprètes officiels, dont pas mal d’ « oulémas » dont aucun fidèle n’a en réalité besoin, vont jusqu’à forcer, par toutes sortes d’insinuations:

– en faisant dire au Coran ce qu’il ne dit pas;

-en redéfinissant ce qu’est un voyage ou une maladie, qui sont des cas représentant des motifs tout à fait acceptables pour ne pas jeûner;

des milliers de personnes très âgées et malades, mai aussi des femmes enceintes et leurs bébés, à jeûner au risque de mourir.

Cela arrive systématiquement chaque année, particulièrement quand la chaleur est forte, comme récemment au Pakistan où entre un et deux millier(s) de personnes sont mortes (voir notre Appel Urgent du 2 juillet dernier envoyé : recopié plus bas). Dans notre propre entourage ici en Tunisie, il y a quelques jours seulement, cela est arrivée à une femme qui, visiblement, est plus morte des effets de la chaleur (35°C) subie toute la journée sans boire (déshydratation) que de son âge. Et nous sommes en colère parce que nous l’aimions beaucoup.

Alors, quand on entend ces curés interpréter le Coran à leur guise, et de manière p-graphique sur leur radio de propagande, qui fait des ravages dans ce pays, nous imaginons parfois avoir le pouvoir de les castrer pour les faire taire.

S’il y avait une justice dans ce bas-monde, ces dangereux islamistes devraient être jugés publiquement pour leurs crimes répétés, chaque année que Dieu fait.

En attendant, qu’ils sachent, comme dit le Coran, qu’un Feu terrible les attend en Enfer où ils seront aussi condamnés à boire une eau bouillante près de l’Arbre du Zaqqum…

Tragiquement, cette hypocrisie criminelle n’a pas de frontières.  Ainsi, les islamistes en costume-cravate français, comme ceux de Saphir ou Umma, ont beau jeu de critiquer le gouvernement chinois qui empêche, par des interdictions claires, que les dérives connues du Ramadan ne paralysent l’activité d’une région ou, pire, ne crée des tensions inutiles entre pratiquants et non-pratiquants. D’ailleurs, une telle paralysie n’empêche aucun musulman de jeûner s’il le souhaite. Les autorités chinoises n’ont jamais poussé les musulmans à manger de force.

Par Les Pacifistes de Tunis

 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,