Aller à…
RSS Feed

17 septembre 2021

L’HORREUR DAESH. Syrie (Palmyre): L’assassinat macabre de Kaled al-Assaad, 82 ans


L’HORREUR DAESH. Syrie (Palmyre): L’assassinat macabre de Kaled al-Assaad, 82 ans


Le groupe terroriste Etat islamique (EI) a décapité l’ancien directeur des Antiquités de la cité antique de Palmyre, dans le centre de la Syrie. Mais, plus Daesh survole les débats dans l’horreur le plus absolu, la presse occidentale a toujours tendance à faire croire que le pouvoir syrien et lui, c’est bonnet blanc blanc bonnet. Une arnaque parmi tant d’autres…Comme par hasard, dans la foulée, alors que l’EI se met tout seul en spectacle, le journal allemand Bild quant à lui, met en spectacle des Syriens qui disent témoigner mais, sans aucun début de preuve. Et là, le tour est joué, cette presse-là parle de « témoignages précieux ». Sur quelle base ? Revenons à nos moutons. l’EI proscrit formellement la visite de sites archéologiques ou historiques et considère les statues humaines ou animales comme de l’idolâtrie. Mais son idolâtrie à lui c’est celle de la mort…

LIRE AUSSI: ALERTE INFO ! NIGERIA. l’Agence France Presse (AFP) prise en flagrant délit de falsification

D’après le témoignage du directeur général du département des Antiquités et des musées de Syrie Maamoun Abdelkarim, Kaled al-Assaad, un octogénaire, 82 ans, a été exécuté par des jihadistes du groupe extrémiste mardi après-midi à Palmyre, dans la province centrale de Homs, après avoir passé un mois en prison. Il accusé de soutenir le pouvoir syrien. D’ailleurs, avec un nom pareil…suivez mon regard. Ce crime, d’une lâcheté crasse, montre bien que, à part le pouvoir syrien, personne ne combat vraiment Daesh. Où sont les drones de l’Occident ? Ses F-16 ? Nulle part, alors que Washington, toute honte bue, continue de parader ici et là, en déclarant qu’il forme des combattants contre Daesh. Quelle ironie !

>>> Suivez-nous sur Facebook 

al-assad2D’après le récit de l’AFP le colporte:

« Daech (acronyme du groupe Etat islamique) a exécuté un des plus éminents experts du monde antique », a déploré M. Abdelkarim. Des images montrant le corps de M. al-Assaad accroché à un poteau ont circulé sur des sites jihadistes. Une pancarte attachée au corps identifie la victime comme étant M. Assaad, accusé par les jihadistes d’être un partisan du régime pour avoir représenté la Syrie à des conférences à l’étranger.

Paix à son âme !

Partager

Plus d’histoires deLibye