Aller à…
RSS Feed

16 juin 2021

Les grands maux du capitalisme


Les grands maux du capitalisme

par Hugo.B – mercredi 26 août 2015

Le capitalisme est un bien grand mot, utilisé a tort et à travers, mais pourtant, il occupe une place majeure dans la société. Le capitalisme a en réalité pour principe de base la recherche à tout prix d’un profit, peu importe les conséquences. Certains voient à travers le capitalisme un aspect positif avec l’enrichissement collectif, le progrès, ou encore le développement économique … Le capitalisme, et surtout la société de consommation connaissent une expansion monumentale et connaissent leur apogée pendant les « 30 glorieuses » (1945-1975), mais les deux chocs pétroliers (1973 et 1979) vont participer à la descente aux enfers de ce système. Aujourd’hui, nombreux sont les personnes d’accord pour mettre fin au capitalisme, du moins à le repenser, mais quels sont les véritables maux du capitalisme.. ?

PNG « Le capitalisme n’est qu’une succession de crises et d’innovations » (R.Boyer), depuis les années 70, l’économie mondiale subit des crises, la dernière en date est celle des subprimes en 2008. Malgré un enchainement d’innovations majeures (GPS, Smartphone…) plus ou moins en lien avec le capitalisme, ce dernier est un générateur de crises économiques mondiales aux conséquences désastreuses, il suffit de voir dans quel état est la Grèce depuis 2008.

Le capitalisme est incompatible avec l’écologie, bien que la question environnementale soit au coeur des débats aujourd’hui, notre trop grande dépendance au capitalisme rend les efforts impossibles au niveau écologique. En effet, le capitalisme étant la recherche permanente de profit, il n’est pas possible pour lui d’être compatible avec l’environnement. Allez demander à l’Allemagne d’arrêter l’exploitation du gaz de schiste, aux Américains de ne pas forer le pétrole au pôle Nord et ils vous répondront que leur économie ne peut pas se permettre un tel  » luxe « . De plus, sous le capitalisme, le développement de l’industrie fait que l’on utilise de manière disproportionnée les ressources, de n’importe quelle sorte (marine, animale, terrestre…). Le capitalisme ne peut pas s’accorder avec le respect environnemental et un capitalisme toujours plus poussé rendra la crise écologique inévitable.

Le capitalisme détruit l’économie locale, (même si je vous l’accorde dans ce cas précis le plus grand responsable et la société de consommation), en effet depuis une 20aine d’années le commerce de masse fait son apparition, avec les mystiques centres commerciaux, ou tout est fait pour faire en sorte de pousser la consommation a son paroxysme… Mais ces centres névralgiques de consommation détruisent les « petits commerces », et détruisent les centres villes les plus fragiles, les consommateurs désertent alors les centres villes pour remplir les centres commerciaux.

Le capitalisme ne fait que renforcer les inégalités mondiales, comme le montre l’économiste français Thomas Piketty dans son livre  » le capital au 21eme siècle », les inégalités entre les plus riches et les plus pauvres n’ont jamais été aussi fortes depuis la crise capitaliste de 2008. Les inégalités ne font que renforcer le primat de l’individu dans une société toujours plus individualiste. De plus « les riches n’ont jamais été aussi riche » comme le dit ce même Piketty, et les prévisions de l’ONG Oxfam révèlent :  » La part du patrimoine mondial détenu par les 1% les plus riches est passée de 44% en 2009, a 48% en 2014 et dépassera les 50% en 2016″, ce qui montre que de plus en plus les richesses mondiales sont détenues dans les mains (ou plutôt dans les poches) d’une élite.

Le capitalisme ne fonctionne pas avec la démocratie, pour reprendre Claude Bruclain : « le capitalisme n’est pas prêt à partager le pouvoir ». En effet le pouvoir serait attribué a quelques-uns pour servir leurs intérêts personnels plutôt que l’intérêt collectif. Le philosophe français Alain Badiou pense d’ailleurs que la démocratie à proprement parlé, c’est a dire qui représente le peuple, n’est pas compatible avec le capitalisme. Certain plus radicaux diront même que c’est le capitalisme qui dirige la démocratie et non pas l’inverse…

Le capitalisme « tue » les travailleurs, sous prétexte d’un rendement maximal et d’un besoin de profit. C’est pour ces raisons que l’esclavage existe toujours aujourd’hui, au Bangladesh, en Inde, en Chine… pour servir les multinationales en quête de profit. C’est ainsi que l’ont voit des travailleurs chinois travailler 7j/7 et 12h par jours pour quelques minables Yuan… De plus c’est également et malheureusement cet esclavagisme moderne qui participe a la désindustrialisation et aux délocalisations dans nos pays européens notamment.

Pour finir, après ces quelques exemples du problème que représente le capitalisme (malgré certain de ces côtés positifs j’en conviens), il est tant de se rendre compte où nous mène le capitalisme si l’on continue ainsi… Vers une crise économique, sociale, politique et environnementale. Néanmoins s’il est facile de critiquer le capitalisme, il est plus compliqué d’y trouver des alternatives, alors contentons-nous déjà de l’améliorer.

Partager

Plus d’histoires deLibye