Aller à…
RSS Feed

5 août 2021

AYLAN : LA NAUSEE


Réponse à Libération qui explique pourquoi la rédaction a fait le choix de ne pas publier la photo du petit enfant syrien mort noyé.

AYLAN : LA NAUSEE

Libération a pris le parti, comme le Figaro, le Monde et 98% des médias français et occidentaux de ne jamais mettre de victimes arabes, maghrébines ou africaines de l’Occident.
Libération comme France Télévision par exemple, a toujours nié les victimes irakiennes de Bush, les victimes syriennes des islamistes de l’ASL et autres groupes armés par l’Occident. Libération n’a jamais mis à la Une une victime palestinienne de Sharon, Netanyahu et autres, Libération n’a jamais mis à la Une une victime libyenne de la France ou de l’Otan.
Libération nous joue le remake du « coup d’éventail du Dey d’Alger »… Il faut que l’opinion publique française soit acquise à la guerre contre les « bougnoules » et autres « négros ». Il faut que l’opinion publique soit bernée par les « Kadhafi sanguinaire », et les « bain de sang » qui seraient à prévoir car Kadhafi serait un monstre, et Abdelhakim Belhadj un grand saint !
Quand on voit qu’à ce jour, ni les assassins du jeune palestinien brûlé vif après avoir été obligé de boire de l’essence, ni ceux du bébé palestinien n’ont été retrouvés, on comprend qu’Israël et les colons jouissent d’une grande impunité.
Ce gosse dont Libération ne veut publier le cliché est en correspondance avec l’enfance palestinienne, puisque Libération, comme la majorité des médias français acquis au Sionisme et sympathisant du dîner du Crif, n’a qu’une ambition : asseoir l’hégémonie sioniste et aider à faire détruire tous les pays arabes et maghrébins comme la Libye ou la Syrie qui soutiennent la cause palestinienne, le Hamas et le Hezbollah.
Assad n’est pas détesté car dictateur mais parce que grand soutien du Hezbollah et du Hamas. A regarder de bien près, une ordure comme Al Sissi est plus sanguinaire que 1000 Kadhafi, mais pourtant, il jouit d’une sympathie énorme en Occident. La Presse comme les pouvoirs européens et américain, aiment cet homme qui refusent un corridor humanitaire pour évacuer les blessés de Gaza, y compris des enfants, voire des nourrissons et des personnes malades ?
Alors que Libération arrête avec ses explications sur Aylan ! Quelle différence entre lui et le bébé mort brûlé vif ? Quelle différence entre lui et les enfants irakiens morts de manque de matériel médical et paramédical ? 600 000 enfants irakiens. Là ce qui gêne Libération comme les politiciens hypocrites, c’est que ce cliché a voyagé hors médias mainstream. Mais s’il n’y avait pas d’Internet, personne n’aurait parlé de ce garçonnet. Pas plus que la Presse française par exemple n’a évoqué le cas de Salah Hamouri, franco-palestinien, de mère française et lyonnaise, et de père palestinien et chrétien, retenu illégalement dans les geôles du Boucher Sharon. Illégalement car les tribunaux militaires ne sont pas compétents pour juger des prisonniers politiques et des civils occupés.

C’est dans les Conventions de Genève et le Droit international, mais en France le Droit n’existe pas pour les arabes et les afro-maghrébins, tout le monde le sait. Voilà pourquoi, Hollande a osé dire « il a purgé sa peine c’est normal qu’il sorte »… Non, ce n’est pas normal qu’Israël mette un français en prison sans que la France ne réagisse. Surtout si ce français est jugé par des soldats de l’Apartheid !
Ce gamin, ne fait que suivre une longue série de clichés, que ce soit le petit africain qu’un vautour surveille comme une proie, cliché pris par K. Carter, que ce soit cette petite fille syrienne qui lève les mains quand une journaliste braque une caméra vers elle, s’imaginant que c’est une arme, que ce soit cette fillette brûlée au napalm par la démocratie américaine, que ce soit ces petits palestiniens morts sur la plage à Gaza, que ce soit ces enfants algériens jetés depuis des ponts par l’armée française à Sétif, que ce soit les enfants afghans victimes d’attaques de drones, je le dis sans détour, sans peur, parce que la vue de toute cette injustice m’exaspère et me révolte, oui s’il y a de la barbarie et du terrorisme, c’est bien du côté de l’Occident.
Comme je disais à une amie sénégalaise : est-ce que la France va nourrir les africains quand ils crèvent de faim ? Est-ce que la France va ouvrir des écoles dans les déserts afro-maghrébins ? Est-ce que la France vaccine les enfants africains ? Est-ce que la France a mis sur pied des programmes pour sauver des Etats comme le Royaume du Swaziland qui risquent d’être rayés de la carte à cause du Sida ?
Non ! Alors que la France reste chez elle et fiche paix aux Palestiniens et à tous les autres arabes, y compris syriens qui n’ont pas besoin que la France arment les islamistes ! Que la France reste chez elle et arrête de se mêler de l’Afrique noire, et surtout qu’elle fiche la paix au Maghreb. A quoi bon aller détruire des pays modernes comme la Libye, appauvrir la population, la priver de l’Education et des équipements sanitaires, quand on est incapable de lutter contre la famine en Ethiopie ou en Somalie par exemple ? Quand la France n’a jamais été foutue de demander pardon à une seule de ses anciennes colonies pour les massacres de masse commis durant 200 ans de Colonialisme environ.
La France, en tant qu’Etat, que Nation a toujours été un tyran pour les pays arabes, africains et maghrébins. La France n’a jamais fait que servir ses propres intérêts et considérer ces pays comme des pays de sous hommes qui n’ont que le choix d’imiter l’Occident ou de crever.

Voilà pourquoi depuis 1991, la France soutient Washington dans des guerres coloniales qui ne touchent que des pays panarabes, maghrébins ou africains. Depuis 1991, le génocide des peuples arabes est en marche, et Libération pavoise sur mettre ou non la photo d’une victime de la politique sioniste et impérialiste franco-américaine à la Une ?
J’ai été en Syrie. J’ai vu la Syrie debout. Pas un mendiant dans les rues. Les filles avec des tabliers rose, les garçonnets avec des tabliers bleu, tous allant à l’école en chantant. J’ai vu la Syrie debout, avec ses chauffeurs routiers, obsédés par la beauté de leur camion, et c’était à qui aurait les plus beaux ornements, les plus belles guirlandes. J’ai vu les artisans de Damas : marqueterie, tissage, orfèvrerie, bijoux, … J’ai vu ces gens ouvrant leur boutique très tôt, sirotant un thé à la menthe, et donnant des explication sur telle ou telle matière.
Damas est restée Damas : grande ville moderne, représentant tous les cultes où les habitants s’activent dès le matin. Une ville chante, où l’on peut entendre sonner les cloches et chanter le muezzin. C’était sans doute trop horrible pour Paris et Washington ? Trop horrible devoir un des rares pays au monde où juste après le chant du muezzin, tôt le matin, on peut entendre les cloches tinter… C’était trop dur pour Israël devoir un Président chiite soutien du Hezbollah et du Hamas, trop dur pour les saoudiens, vassaux de Washington, arriérés et s’imaginant pouvoir être un exemple pour les musulmans du monde entier ?
J’ai vu chiites, sunnites, chrétiens, druzes aller prier ensemble à la Mosquée des Omeyyades. Je les ai vu, tous allant rendre hommage au « Baptiste », le fameux Mausolée de « Yahia », au cœur de la Mosquée, Mausolée érigé en l’honneur de Saint-Jean Baptiste. J’ai vu chrétiens et musulmans admirer le « minaret de Jésus », minaret de la Mosquée dédié au retour de Jésus parmi les hommes. J’ai vu les vieux devant les café, assis sur un sofa, tirant sur le narguilé, jouant aux dés et aux échecs… J’ai vu la Syrie, Palmyre debout… J’ai vu les syriens debout. A l’époque, en voyant tous ces enfants bien coiffés, ces fillettes aux cheveux tressés ou en queue de cheval tenus par des rubans rose, blanc, vert sourire, je pensais qu’ils grandiraient tous et vivraient encore mieux. A l’époque, je ne réalisais pas que la peste brune partie des USA pour aller égorger l’Irak et en détruire les vestiges, en piller les Musées était en marche, et allait aussi s’attaquer à la Syrie. Pourtant le Boucher Bush l’avait déclaré « je vais faire ma croisade contre le monde arabe et musulman ».
Oui, pour moi Hitler est revenu, il habite à Washington et ses valets sont comme toujours les européens. Qu’on ne me dise pas que Gaza c’est du travail humain ? Qu’on ne me disent pas que la Libye ce n’est pas du travail de fasciste ?
Quand je vois ces mères syriennes, ces enfants qui meurent par paquets en Libye, en Palestine, en Irak, en Afghanistan, et désormais grâce à Obama, au Yémen, je pense à ma mère regardant parfois dans le vague. C’est le moment où il ne faut pas parler, le moment où elle s’abandonne au souvenir des morts, car une mère n’oublie jamais les enfants que la mort lui a volé. Une mère n’oublie jamais ceux qui sont morts de la guerre ou par la guerre et son lot de malheurs : famine, épidémies, dysenterie, quand ce ne sont pas les bombes.

Je pensais que la France comme l’Occident, était repue du sang des enfants d’Afrique, du Maghreb et du monde arabe, de Palestine, mais c’était ignorer qu’à moins de décapiter totalement la bête immonde, elle reviendrait réclamant plus de victimes et de sang

Que la France et ses médias ne me parlent plus de démocratie : en 2017, si je vais voter, ce sera pour gerber dans l’Urne parce que comme dirait un certains philosophe J’AI LA NAUSEE !

Partager

Plus d’histoires deLibye