Aller à…
RSS Feed

23 juillet 2021

L’humanisme et la démographie !


PALESTINE SOLIDARITÉ

Editorial

L’humanisme et la démographie !

CPI


Photo: D.R.

Samedi 12 septembre 2015

Paris – CPI

En file indienne, les immigrés quittant leurs pays en masse s’étend jusqu’à l’horizon. Ils marchent, l’air fatigué, sans rien pour bagage, sinon un petit enfant dans les bras de ses parents. Mais dès qu’on peut avancer un pied devant un autre, l’enfant doit marcher, on ne peut pas le porter durant tous ces longs trajets. Ils ont beaucoup de trajets à faire, entre leur pays d’origine et le premier pays voisin. Et puis entre ce dernier et celui de la destination, en l’occurrence l’Allemagne, ils doivent traverser plusieurs autres contrées. La route est longue et tortueuse.

Plusieurs pays d’Europe accueillent très mal ces réfugiés. Ils n’ont pas besoin de nouvelles bouches à nourrir ; ils en ont déjà trop. Ils n’ont pas besoin de nouvelles mains-d’œuvre, ils en ont déjà trop. Ils n’ont pas besoin de s’occuper d’autres personnes ; ils veulent que les autres s’occupent d’eux. Mais ce n’est pas le cas de l’Allemagne.

En effet, pour le seul week-end dernier, l’Allemagne a reçu quelque vingt mille nouveaux refugiés, la plupart syriens. Soudain, ce pays européen, connu pour sa forte rationalité, est devenu humanitaire et voudrait aider tous les malheureux du monde. Cela laisse beaucoup de questions en suspens. L’Allemagne est le même pays qui vient à peine de se laver les mains d’une guerre financière contre un « frère », un autre membre de l’Union Européenne : la Grèce. Ce n’est qu’au dernier moment que la chancelière allemande Angela Merkel, que tous les médias mondiaux représentent comme la salvatrice de l’humanité, a accepté d’aider la Grèce, au bord d’une faillite évidente, en imposant à son peuple des conditions, le moins qu’on puisse dire inhumaines, des conditions drastiques dont la couche faible de la société grecque souffrira la première.

Merkel a formidablement réussi à donner une excellente image de son pays au monde entier. Elle a pu bien cacher la raison, la vraie, de tout cet humanisme qui vient de tomber sur elle. Tout le monde dit « chapeau » aux Allemands pour leur humanisme. Tout le monde a oublié combien la société allemande est vieillissante, combien le pays a besoin de mains-d’œuvre, d’un million et demi d’ouvriers afin de garder son niveau économique.

On a oublié que l’Allemagne est un des très rares pays dont le nombre d’habitants baisse et pourra baisser encore et encore. En 2013, son nombre d’habitants était d’un peu plus de 80 millions de personnes. En 2020, ce nombre pourrait descendre à moins de 68 millions, estiment des experts.

Remarquons que depuis une dizaine d’années, il existe une différence négative entre le nombre de nouveau-nés et le nombre de travailleurs qui quittent la vie active. Depuis quelques années, les statistiques parlent de 800 mille nouveaux enfants qui gagnent les écoles, annuellement, contre 850 mille personnes qui partent à la retraite. La société allemande a primordialement besoin de sang neuf, jeune, et les jeunes viennent par leurs propres moyens, à pied s’il le faut.

Finalement, un grand merci à l’Allemagne et tous ces pays qui reçoivent les réfugiés, un grand merci pour leur humanisme ; mais un merci encore plus grand s’ils nous disent les vraies raisons de cette nouvelle générosité débordante.

                    Département français du Centre Palestinien d’Information (CPI)
11 septembre 2015

Partager

Plus d’histoires deLibye