Aller à…
RSS Feed

3 mars 2021

Les vers du fruit pourri syrien révèlent la nature réactionnaire de l’immigration


sep 14  2015

Les vers du fruit pourri syrien révèlent la nature réactionnaire de l’immigration

Par les Pacifistes de Tunis

Voici encore une analyse unique que vous ne lirez nulle part ailleurs dans le monde. Sinon, nous ne nous donnerions pas la peine de la proposer… Les sociologues professionnels ne font pas leur travail et, pour tout dire, ce  n’est pas notre job à nous car nous avons bien d’autres chats à fouetter. Or, l’affaire est très grave. Elle est la conséquence d’un éblouissement poussé aux limites de l’aveuglement d’individus connus jadis pour leur intelligence et clairvoyance.

Résumé: Au-delà des apparences, souvent brouillées par le débat permanent –par faux-athées et/ou sionistes interposés- sur l’islam, nous montrons ici que les immigrés constituent, notamment dans un monde orphelin de l’Union Soviétique, une (sous) classe particulièrement réactionnaire. L’immigration n’a absolument rien de révolutionnaire, comme le voudrait une sociologie du PIR autant prétentieuse qu’insidieuse depuis le printemps 2011: celle, individuelle, d’une Pasionaria intellectuellement indigente; en tout cas ist-islamiste (NOTE *). Dans un tel contexte, le capitalisme à son apogée impérialiste, plutôt que d’oblitérer une telle sous-classe, se montre en fait capable de l’exploiter d’une manière non remarquée par les observateurs.

 

Note préliminaire: Le mot « vers » dans le titre fait référence à l’épisode des « réfugiés » cubains dans les années 80. FIDEL CASTRO lui-même aurait qualifié les faux-réfugiés de « gusanos » (vers).

 

« Je hais les voyages »…

« Je hais les voyages », devrait s’exclamer tout immigré conscient en pays capitaliste; à l’instar de l’anthropologue CLAUDE LEVI-STRAUSS (Tristes tropiques)… Dans notre commentaire du 8 septembre, nous rappelions ce que la plupart  des « observateurs » oublient: à savoir que l’émigration est une tragédie psychosociale, qu’il n’y a pas d’immigré heureux, que c’est le Capital qui la produit car aucun homme ou femme vivant heureux quelque part dans le monde ne songerait jamais à déraciner sa famille.

Au-delà de son exploitation essentiellement économique, l’immigration reste une aubaine pour le Capital. En effet, même quand elle n’est plus utile (après que les immigrés, soutenus par les Etats providentiels capitalistes, sont devenus: soit invalides ou improductifs; soit encore que le chômage vienne paralyser la machine économique ou que nombre des enfants d’immigrés soient devenus des toxicomanes (en théorie non productifs) à la charge de ces mêmes Etats), l’immigration constitue encore un formidable moyen de pression, géopolitique cette fois-ci, sur les Etats dont sont originaires ses membres.

La raison en est très simple. Les im-migrés de tous pays ont, alors qu’ils n’étaient encore que des é-migrés, théoriquement fui la misère ou le manque débouchés pour les plus « nantis » d’entre eux (cas, semble-t-il, des « cols blancs » syriens échoués dans les gares de l’Europe de l’Est), voire les deux comme dans les situations de guerre. Par la suite, les Etats  dont ils sont ressortissants les courtisent (via les consulats, la télévision par satellite, etc.) car ils constituent une source de devises fortes pour des économies nationales faibles. Cela se fait par des transferts d’argent, des retours réguliers au pays accompagnée de consommation locale, de commerce, etc. Au passage, on notera que les immigrés ont souvent plusieurs nationalités, parfois malgré eux. Certains possèdent ainsi jusqu’à trois ou quatre passeports. Par exemple un Syrien d’origine palestinienne marié à une Française d’origine algérienne est confronté à une identité de papiers souvent « ingérable »…

L’éthique de l’islamisme immigré et l’esprit du capitalisme

« Courtisés » de cette manière, il n’est pas étonnant que leur nature soit devenue politiquement réactionnaire. Leur éthique, comme chez les protestants dans la sociologie classique de MAX  WEBER, est celle qui façonne leur esprit « capitaliste ». Prenons par exemple les fameux épiciers traditionnels en France, dont un grand nombre sont originaires du Maroc. Ce ne sont pas de dangereux communistes mais des individus, ainsi que leurs familles, bien moulés dans cet esprit « capitaliste ». Pour eux, et ce n’est pas un hasard dû à leur métier, chaque sou compte et est compté… Leur pratique de la religion les conforte dans cette tendance. Les études sociologiques montrent d’ailleurs que leurs enfants deviennent (ou aspirent à devenir) des chefs d’entreprise, personnalités médiatiques et autres gens prestigieux. (voir RACHIDA DATI par exemple). Bref, une véritable bourgeoisie « arabe » s’est constituée; un modèle favorisé par les gouvernements successifs et leurs idéologues, comme JACQUES ATTALI, pour des raisons souvent inavouées  (source bib. 1).

Il ne faudrait pas se méprendre sur le soi-disant « antisionisme » affiché par certains immigrés. Il s’agit souvent plus d’une forme primitive de nationalisme que d’une position révolutionnaire conséquente. Le cas d’une partie de l’immigration marocaine illustre assez bien  cette tendance avec des consultants du Royaume revendiquant ouvertement leur sionisme. En Tunisie, des gens comme JACQUES LANG, PIERRE DELANOË jouent un rôle semblable et peu de politiciens locaux oseraient critiquer leur ingérence discrète dans les affaires de l’Etat.

Les immigrés marocains votent pours Sa Majesté le Roi et le Tunisiens pour ANNE NAHDA

La sociologie politique constate que les immigrés d’origine marocaine votent majoritairement pour Sa Majesté le Roi (avec toutes les majuscules liées à Son Rang). Le cas de l’Algérie demanderait ici un peu plus d’espace. La Syrie est en train de connaître le même glissement avec des communautés syriennes à l’étranger dont le cerveau a été littéralement lavé après 4 années de saturation médiatique sur la « révolution » dans leur pays. Nombre de ces Syriens, qui votaient traditionnellement pour le Parti Ba’th (laïc, d’inspiration socialiste et musulmane), n’hésitent pas à avaliser peu à peu les « programmes » de «  »transition » « démocratique » » des groupes d' »opposition » comme ceux du maniériste et maroukiste parisien HAITHAM AL-MANNA. Pour la Tunisie, la majorité des immigrés en France votent pour l’équivalent de ce dernier, soit MONCEF MARZOUKI, ex-président de la république et porte-voix du gros des troupes du parti ist-islamiste d’ANNE NAHDA.

Pour la suite de l’analyse, il faut ici convoquer un autre sociologue (PIERRE BOURDIEU) pour comprendre que ce modèle de « réussite » (bourgeoise, disons-le; voir le livre du chef d’entreprise d’origine immigrée franco-marocaine: « L’ascenseur était en panne; j’ai pris l’escalier ») est intériorisée (habitus) dans l’ensemble de la société (nous parlons ici de celle d’origine). Ainsi, d’un immigré, les populations restées au pays attendent un certains nombre de codes (signes) et  de choses (concrètes): de l’argent visible, une grosse voiture, une grande maison, etc., mais aussi du Racontage d’histoires (en arabe: « Hurrafat et en anglais « Story-Telling »). Il s’agit de bercer ceux qui n’ont pas eu  la « chance » d’émigrer avec des contes de fées sur la vie en Oxydant:

-« Comment ça va là-bas? La baisse ? » (Signifie ici: « est-ce que quelque chose ne va pas? »)

-« Non, tout va bien. La baisse! » (Attention ici, particularité de l’arabe trans-magrébin: « la-baisse » signifie ici: « à la hausse »…) ». « Mes enfants vont bien, ma femme va bien, nous travaillons tous, nous avons tous une maison, ….. ».

Le racontage d’histoire, au service de la domination impérialiste

Voilà pour le racontage d’histoires. Il n’est pas question de parler d’apartheid social, des critiques de la manipulation permanente de la « question immigrée » depuis la Chute de l’Union Soviétique. A tel point que les gens n’admettent même pas des critiques d’un conte de fées comme celui de CHARLIE. France 24 Arabique leur a bien lavé le cerveau avec du Muhl (eau bouillante), comme dans le Coran (sources bib. 2 et 3).

Même un prolétaire émigré, resté prolétaire durant son immigration, se sentirait « différent » s’il dépeignait la réalité postmortderne de la France.

Tout ce que nous avons dit ici à l’occasion des événements récents liés aux faux-réfugiés syriens, est bien sur valable pour d’autres populations, comme les Latino-Américains aux USA ou encore les émigrés cubains. Si les ambassades de ce dernier pays ne prennent pas le soin de traduire et diffuser les communiqués des PdT à la direction du PC, ces émigrés vont faire imploser la société cubaine en étalant leur « réussite » en Floride et ailleurs.  L’analyse est aussi valable pour les Espagnols et Portugais de la première génération en France qui, si leurs Etats respectifs n’étaient pas rentrés dans l’Union Européenne au milieu des années 80, seraient – abstraction faite de la question de la religion- dans une situation semblable à celle de pas mal d’Africains et similaire voir pire que celle de la Grèce aujourd’hui.

Enfin, dans notre commentaire du 8 septembre, nous disions aussi que le spectacle mondialisé des faux-réfugiés syriens visait à créer une onde de choc sociologique parmi leurs compatriotes restés dans leur pays (de la « jalousie » pour parler simplement).

En conclusion, le phénomène de la reproduction sociale (analysé également par PIERRE BOURDIEU) est évidemment patent dans le cas des immigrés. Les enfants, dans leur très grande majorité, aliénés et dépourvus des moyens de résistance à l’exploitation, quand ils ne hurlent pas avec les loups (voir la sociologie du PIR), reproduisent à leur le Système éthique ist-islamiste de leurs parents. Le Système, bien huilé, tourne ainsi à merveille, même en période de crise mondiale.

 

SOURCES CITEES:

(1) Jacques Attali. Pour une bourgeoisie musulmane soutenue par la bourgeoisie juive.

http://echelledejacob.blogspot.com/2014/04/jacques-attali-explique-pourquoi-les.html

http://www.panamza.com/111014-attali-judaisme-islam

(2) « Charlie 2.0 » et son arme redoutable et vicieuse. 19 janvier 2015

http://www.tortillaconsal.com/albared/node/5142

(3) Terrorisme islamiste: le lien structurel enfin explicité. 3 février 2015

http://www.plumenclume.net/articles.php?pg=art1675

http://www.tortillaconsal.com/albared/node/5212

 

(NOTE *) ist-islamiste: signifie en arabe « capitulationniste », comme les islamistes qui ont hurlé avec les loups de l’OTAN contre la Jamahiriya libyenne. Que les intéressés ou leurs fans considèrent cela (250 000 morts et le même nombre en Syrie) comme un « péché véniel » ne nous importe pas ici. Nous ne traitons pas la question d’un point de vue religieux mais exclusivement scientifique. Au passage, peu ou pas d’observateurs ont remarqué que dans le « débat » interminable sur l’immigration, la Jamahiriya est –contrairement au Maroc, Algérie, Tunisie, Egypte, Liban, Syrie, etc. »- le seul pays à ne pas avoir produit, y compris jusqu’à aujourd’hui, son « lot  » d’immigrés en Europe. Même un ténor anti-impérialiste comme IMRAN HOSEIN s’est mépris là-dessus.

Ce détail illustre à quel point la destruction de la Jamahiriya (bombardements par l’OTAN et la majorité des médias du monde et une frange éthiquement inqualifiable de gauchistes et « anti-impérialistes ») ne constitute pas un événement anodin. Il explique absolument tout les développements ultérieurs du printemps « arabe », à commencer par les masses de faux-réfugiés syriens en ce mois de septembre 2015. Si la Jamahiriya n’avait pas été détruite en raison de ces trahisons, les impérialistes n’auraient pas osé engager une guerre d’usure contre la Syrie, croyant avoir « réussi » avec la première. Le célèbre géopoliticien syro-libanais NASER QANDIL partage avec nous (il est venu en Tunisie) ce point de vue.

 

Par Les Pacifistes de Tunis (écrit sur le vif – non relu; sous-titres aléatoires), 14 septembre de l’An IV de la Nakba du Monde Arabe.

Inventeurs du concept géopolitique d’ist-islamisme. Travaillons actuellement à la publication d’un calendrier de la Nakba du Monde Arabe dont les mois ont des durées très irrégulières. Le 1er jour du premier mois (celui dit du jasmin fané) est le 14 janvier 2011. Celui du 2ème mois est 17 février 2011 (celui dit des Rats); etc.

 

 

—– Original Message —–

 

Hypothèse: provoquer une onde de choc sociologique en Syrie

Cette affaire ne nous intéresse pas spécialement tellement « les ficelles sont grosses » (une manipulation de plus) et tellement ces faux réfugiés nous sont antipathiques.

Cependant, comme elle est grave aussi (Maria avait, comme Jean, évoqué, la 3ème guerre mondiale et des « projets machiavéliques USraéliens » visant à « étouffer l’Europe et de la noyer dans des guerres civiles »), nous voudrons ajouter quelques informations qui peuvent intéresser certaines d’entre vous.

1-En raison du régime politique (nationaliste de type Ba’th ami des Soviétiques), l’émigration « classique » des Syriens (comme celle des Irakiens à l’époque)(des gens très éduqués en général; avec une forte proportion mal de médecins), c’était, non pas l’Europe oxydantale mais orientale: Union Soviétique (la majorité des journalistes de Russia Today – canal arabique, sont syriens ou nés de mariages syro-russes) et des pays comme les regrettées Yougoslavie, Tchécoslovaquie, etc… Avec la destruction de ces derniers dans les années 90, nombre d’entre eux ont ré-émigré une nouvelle fois, vers l’Ouest. C’est ainsi qu’on a commencé à entendre parler d’immigrés syriens en France.

2-Il s’agit, devant l’opinion et probablement pour la préparer à davantage de guerres, de se laver les mains. David Cameron (UK) a bien insisté sur l’humanité des Européens qui feraient preuve d’une immense compassion en accueillant des pauvres réfugiés (comme si la Syrie n’était pas attaquée, par bandes armées interposées, par des Etats comme le sien depuis 5 ans)…

3-Nous réagissons parce que nous avons une hypothèse pour répondre à notre question initiale: « Pourquoi ces vagues maintenant ? »

Nous pensons que le spectacle de ces milliers de Syriens ayant finalement obtenu le droit de résider en Europe de l’Ouest (le rêve US-américain de 70% des Syriens avant l’agression oxydantale; une proportion moindre qu’en Tunisie par exemple, en raison de la ténacité des principes et de la force du nationalisme) VISE à créer une onde de choc sociologique parmi leurs compatriotes restés dans leur pays (de la « jalousie » pour parler simplement). Avec la mondialisation des médias, ils ont tous vu les images à la télévision et le téléphone arabe via des trucs comme Skype a fait le reste:

-« Comment avez-vous fait? Est-ce que tu penses que je peux essayer aussi? »

-« Est-ce que tu peux parler de notre cas? », etc., etc.

Une colère populaire, même silencieuse, va donc se lever à l’égard du gouvernement d’Assad qui va être rendu responsable de la situation catastrophique du pays et aussi responsable de ne pas leur laisser la possibilité (« le choix ») de vivre comme les Pachas syriens accueillis à Berlin, Paris et Londres.

La « révolution » qui n’a pas marché au printemps 2011, pourrait être revendiquée à nouveau (à l’heure où les bandes armées au service de l’impérialiste intensifient leurs attaques. Et om un opposant « modéré » comme le parisien maniériste et marzoukiste Haytam Al-Manna’ n’hésite pas à hurler avec les loups en dénonçant « le régime dictatorial ».

Le Système est très rusé et, malgré tout, un mot usé comme « dictateur » « marche » encore très bien.

Par Les Pacifistes de Tunis (écrit sur le vif)

 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,