Aller à…
RSS Feed

23 septembre 2021

La santé en tête des problèmes du continent africain Sélection


La santé en tête des problèmes du continent africain Sélection

Les peuples d’Afrique subsaharienne appellent leurs gouvernements à instaurer de véritables systèmes de santé. Cette préoccupation a été révélée par le rapport de Pew Research Center, publié le 16 septembre et discuté lors du sommet des nations unies de ce week-end. Selon ce rapport, les personnes interrogées place la santé en tête des problèmes à résoudre devant la sécurité alimentaire et l’énergie électrique.

Une enquête effectuée par Pew Research Center dans 9 pays d’Afrique Subsaharienne et publié le 16 septembre dernier, place la santé en tête des défis à relever. Les burkinabé, les éthiopiens, les Ghanéens, les kenyans, les nigérians, les sénégalais, les sud africains, les tanzaniens et les ougandais sont tous d’accord sur le fait que la santé doit être la priorité des gouvernements devant la sécurité alimentaire et même l’électricité.

Alors que la santé rentre dans les objectifs du millénaire adoptés en l’an 2 000 et qui devaient être atteints cette année 2015, le renouvellement de ces objectifs pendant le sommet des nations unies de ce week-end devrait permettre aux gouvernants africains de se pencher désormais sur cette priorité.

Des appels à la construction des écoles de qualité

Selon toujours les personnes interrogées dans le cadre de cette étude, l’éducation vient en deuxième position des problèmes qui minent le continent. Les systèmes éducatifs africains sont pour la plupart inadaptés au contexte de mondialisation actuel. Pendant que la priorité aujourd’hui est dans les formations de techniciens spécialisés, l’Afrique subsaharienne continue de former des milliers de littéraires au grand dam de son entreprise qui est la dernière du monde en termes d’innovations. Certains sud-africains ont appelé à la construction des écoles de qualité.

Un important taux de chômage

Au-delà de ces deux préoccupations le continent africain souffre d’un taux de chômage fort, le plus important du monde. 88% des personnes interrogées s’insurgent donc contre le manque d’emplois mais restent fortement confiants quant à la capacité des gouvernements à répondre à ces exigences. C’est le cas du Nigeria où 78% des personnes interrogées sont certains de la capacité du gouvernement à donner une réponse positive sur les questions liées au chômage. AFPmag

Partager

Plus d’histoires deLibye