Aller à…
RSS Feed

1 août 2021

LA GIFLE ! Poutine à Obama et Hollande: « Vous n’êtes pas des syriens pour penser à leur place »


LA GIFLE ! Poutine à Obama et Hollande: « Vous n’êtes pas des syriens pour penser à leur place »

itter
 

Publié le 29 septembre 2015 à 9 h 15 min

Le grand Vladimir Poutine nous lit ou est simplement cohérent dans ce marigot d’inconsistance ? « Seules les troupes gouvernementales syriennes et les Kurdes combattent réellement Daesh et les autres groupes terroristes » a-t-il martelé à l’ONU. Une vérité dérangeante quand on sait que François Hollande et Barack Obama n’ont pour ambition que la chute du président syrien Bachar al-Assad et non la lutte contre le terrorisme. 

>>> Suivez-nous sur Facebook

>>> Suivez-nous sur Twitter

Lundi à l’ONU, Vladimir Poutine n’a pas exclu des frappes russes, mais a en revanche écarté l’envoi de troupes de combat au sol pour lutter contre le groupe terroriste Daesh, mettant plutôt en avant sa volonté «d’aider davantage l’armée syrienne».

Preuve des tensions persistantes avec les Occidentaux, le chef du Kremlin n’a pas résisté à la tentation de tacler Barack Obama et François Hollande: «J’ai le plus grand respect pour mes homologues américain et français mais ils ne sont pas des ressortissants syriens et ne doivent donc pas être impliqués dans le choix des dirigeants d’un autre pays».

LIRE AUSSI: POUTINE: «Les ennemis d’Assad pourraient être dépeints comme des opposants, mais il combat des terroristes»

Pour Vladimir Poutine, est c’est d’ailleurs vrai et logique, Bachar el-Assad représente un gouvernement légitime avec lequel refuser de coopérer serait une «énorme erreur». Face aux djihadistes du groupe Etat Islamique, Vladimir Poutine a appelé à la tribune de l’ONU à une «large coalition antiterroriste», semblable à «celle contre le nazisme» au cours de la Seconde Guerre mondiale.

LIRE AUSSI: HISTOIRE D’UNE ÉVIDENCE. Syrie: Maintenir Bachar el-Assad serait désormais accepté

La Russie a d’ailleurs proposé lundi au Conseil de sécurité une résolution soutenant une coalition politique et militaire. Celle-ci devrait inclure également l’Iran et le gouvernement syrien, a précisé devant des journalistes l’ambassadeur russe aux Nations unies, Vitali Tchourkine.

Partager

Plus d’histoires deLibye