Aller à…
RSS Feed

30 novembre 2020

Chronique de clôture. 2015: année ordinaire ou année de tous les dangers ?


Chronique de clôture. 2015: année ordinaire ou année de tous les dangers ?

image: http://www.mamafrika.tv/wp-content/uploads/2015/11/banner-monde-681×307.jpg

MamAfrika TV | Par K.D.W.

Il semble qu’un grand ouf de soulagement s’esquisse ou s’entend en cette fin d’année 2015. On dirait que les échos éparpillent partout à travers le monde que l’année finissant, fut l’année de tous les dangers, depuis que le monde est monde. C’est tout de même une analyse osée qui ne doit passer inaperçue, d’autant plus que la même année 2015 est passée aux yeux d’une autre partie de l’humanité comme une année tout à fait ordinaire, pour ne pas dire routinière. Mais l’observateur ne peut s’empêcher, une fois de plus, de s’interroger sur ce qui rend 2015 si particulière, ou alors si banale, au point de laisser croire que les parties en contradiction ne vivent pas sur la même planète.

LIRE AUSSI: NOTRE DERNIÈRE INTERVIEW VIDÉO

>>> Suivez-nous sur Facebook

Lorsque l’on fait une étude rétrospective de l’année finissant, on se rend compte de plusieurs choses. D-abord, les attentats jihadistes, les crises migratoires, qui sont pour la plupart leurs conséquences et les crises politiques et économiques. Ensuite, on s’aperçoit que les événements cités ne sont guère exceptionnellement liés au caractère particulier de l’année qui finit de s’écouler. Car en se penchant sur l’année en question, on découvre ou on se rafraîchit la mémoire, en passant ou en repassant les images concernant les exactions meurtrières de Boko Haram au Nigeria, les coups d’éclat criminels des Shebab en Somalie et au Kenya, les turpitudes assassines d’Aqmi et confrères au Mali, les conflits fratricides au Soudan, en Centrafrique, au Burundi, en Tunisie, en Libye, en Egypte, la terreur mortelle de la coalition arabe pro-saoudienne au Yémen, la pagaille funeste en Syrie, en Irak, en Afghanistan, au Pakistan. Quant au sort des migrants venus de tous les continents, nombreux furent sacrifiés dans le bleu rougi du cimetière océan… N’est-ce pas là monnaie tombale courante? Bien sûr, mais la crise migratoire et la violence meurtrière jihadiste ont, à jamais, changé la donne

L’Amérique et l’Europe ayant été les théâtres permanent des attaques jihadistes impliquant leurs propres ressortissants, le phénomène qui portait jusqu’ici l’appellation de « terrorisme », porte d’ores et déjà le nom de « guerre ». C’est ainsi que le monde a-t-il découvert que la France aussi peut être amenée à prendre et à appliquer des mesures exceptionnelles, telles que l’état d’urgence, avec leurs cortèges de restrictions de liberté, de plan vigipirate renforcé, de couvre-feu spontané, de perquisitions improvisées avec ou sans mandats, d’interdiction de rassemblement, d’interdiction de manifestation, d’interdits inédits, de proposition de déchéance des bis-nationaux, etc. Il faut, néanmoins, reconnaître que la situation fut dure pour la France qui fut attaquée dès le début de l’année par l’action jihadiste.

En janvier, Charlie hebdo est touché le 7 et l’Hypercacher, le 9. Le 24 mars, l’Airbus A320 de la compagnie Germanwings s’écrase dans le sud de la France. Ici, on n’a pas parlé de terrorisme mais plutôt d’un acte posé par un névrotique, bien que les analyses aient démontré que l’appareil fut délibérément précipité au sol par le copilote allemand (fort heureusement, on n’a pas eu affaire à un névrotique arabe ou autre!). Le 13 novembre, 130 personnes ont péri et 350 ont été blessées en Ile-de-France, lors d’une série d’attaques jihadistes, avec pour la première fois, dit-on, des actions kamikazes. Au cours de l’année 2015, cependant, les jihadistes ont eu pour cible l’ensemble du monde occidental dont les ressortissants ont été frappés intramuros et extramuros. De fait, le 18 mars, 21 touristes étrangers ont été tués sur les 22 victimes de l’attentat du musée du Bardo à Tunis, puis le 26 juin, 38 personnes sont mortes dans l’attaque d’un hôtel à Sousse. Parmi elles, 30 Britanniques. Le 31 octobre, les 224 passagers d’un Airbus russe, ont perdu la vie dans un crash dans le Sinaï, crash revendiqué par les jihadistes de l’Etat Islamique. Le 2 décembre, un couple américain radicalisé a tué, en Californie, 14 convives.

Vous avez compris pourquoi 2015 fut l’année de tous les dangers aux yeux de l’hémisphère nord. Et pourtant, tant d’autres événements ont marqué l’histoire récente des terriens: l’arrivée au pouvoir du fasciste Nétanyahu, la poursuite effrénée de l’occupation et la décision des Palestiniens de ne plus compter sur la diplomatie; au Yémen, la coalition arabe menée par les Saoudiens a commis un génocide sur les Houthis accusés d’être soutenus par l’Iran chiite; au Népal, près de 9000 tués lors d’un tremblement de terre; dans la région de Tianjin, en Chine, une série de déflagrations causée par des entrepôts de produits chimiques, a emporté près de 170 personnes; lors du pèlerinage à la Mecque, une bousculade a entraîné la mort de plus de 2300 pèlerins; l’hôpital de Médecins sans frontière bombardé à Kunduz en Afghanistan par les Américains (par erreur !) a compté 42 morts, tandis qu’une attaque talibane sur l’aéroport de Kandahar a causé une cinquantaine de victimes;  aux Etats unis, un jeune raciste a tiré et tué neuf Noirs dans une église, sans compter  les régulières tueries policières racistes commises sur la personne des Noirs et sans que justice n’ait été rendue

En somme, on peut librement penser que l’année 2015 fut l’année de tous les dangers. Mais faudrait-il essayer de faire une sérieuse rétrospective sur les douze mois que l’humanité vient de vivre, puis de brosser un bilan sans complaisance, si l’on veut réellement aider à comprendre l’actualité internationale

Que l’année 2016 inspire plus le coeur dans l’oeuvre des humains.

Heureuse et généreuse année à toutes et à tous!

K.D.W.

En savoir plus sur http://www.mamafrika.tv/blog/chronique-de-cloture-2015-annee-ordinaire-ou-annee-de-tous-les-dangers/#CSKE57XadFFk8V1q.99

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,