Aller à…
RSS Feed

27 octobre 2020

Afrique. Economie. Le franc cfa : un système financier français pour le maintien du sous-développement !


Afrique. Economie. Le franc cfa : un système financier français pour le maintien du sous-développement !

MamAfrika TV | Par K.D.W.

Franc cfa ou monnaie coloniale

Franc des communautés françaises d’Afrique, anciennement franc des colonies françaises d’Afrique, le franc cfa est au coeur de l’économie africaine tel un seau percé. Tu as beau le remplir, pas une goutte d’eau n’en restera. En effet, selon le professeur Nicolas Agbohou, cette monnaie sert à la France ce que la monnaie française a servi à l’Allemagne d’Hitler lors de l’occupation de la France. Créé le 25 décembre 1945 par De Gaulle, le franc cfa permet à la France de tirer profit non seulement des richesses naturelles de l’Afrique, mais aussi du travail des Africains. Il est utilisé par 15 Etats à travers trois banques centrales, Beac (Banque des Etats d’Afrique centrale), Bceao (Banque centrale des Etats d’Afrique de l’ouest) et Bcc (Banque centrale des Comores). Ces banques dépendent toutes de la Banque de France. Initiatrice de ce système de pillage légalisé, la France coloniale est seule à y détenir un droit de veto.

image: http://cdn.stickyadstv.com/prime-time/intext-roll-ad-message-fr.png

Comment la combine fonctionne ?

Trois modes de fonctionnement permettent de comprendre, vite et bien, la grosse arnaque qui se cache derrière cette monnaie dont la France a emprunté le principe à l’Allemagne nazie. 1- Quand un des 15 pays de la zone cfa, exporte des matières premières, par exemple, il dépose 50% de ses recettes d’exportation dans un compte ouvert à la Banque de France. Autant dire qu’il abandonne ce taux à la France qui en bénéficie. 2- Puisqu’il est payé en devise (monnaie étrangère) s’il vend ailleurs, il est obligé de passer par la même France pour pouvoir convertir son argent en cfa (car seule la France le produit) et au passage le Trésor français retient ses 50% de frais d’émission. Soit dit en passant, depuis la disparition du franc français et l’arrivée de l’Euro, le cfa dépend de cette nouvelle monnaie européenne mais c’est la France qui continue à le contrôler. L’euro étant fabriqué en Allemagne, lorsqu’un pays cfa en est demandeur, c’est la France qui joue l’intermédiaire. 3- Le cfa ne se consomme nulle part au monde (même pas en France!) que dans sa zone de prédilection. »C’est-à-dire que si le cfa du Congo-Marien-Ngouagi n’achète rien au marché en Guinée-Bissau et vice-versa, le cfa du Sénégal ne se mange pas non plus dans la rue au Mali et vice-versa! Le but du système colonial financier français cfa, c’est de cloisonner les Etats africains de sorte que ceux-ci n’arrivent pas à échanger entre eux, car si c’était le cas, ils prospéreront et ne dépendront plus de la « métropole » et des tyrans du nord »

LIRE AUSSI: Le Tchad appelle l’Afrique à « frapper sa propre monnaie » et à se débarrasser du Franc CFA

Toute rébellion pourrait être réprimée jusqu’au sang !

S’il existe des gens qui luttent pour sortir les 15 pays africains dépendant du système monétaire colonial français, d’autres en revanche cherchent à y faire adhérer d’autres pays africains. Est-ce l’ignorance quant aux principes du franc cfa, ou est-ce l’effet de l’aliénation culturelle qui entraîne ceux qui sont tentés? Ne voient-ils pas clairement que c’est ce type de fonctionnement qui rend les dirigeants africains des zones ci-haut cités si faibles et si corrompus ? Un Etat de la zone cfa qui essaierait de se rebeller, subirait de facto les foudres de Paris qui peut bloquer ses réserves et ses devises, ou alors procéder à la fermeture de la banque centrale de l’Etat en problème. Le système cfa permet à la France de s’emparer, sans aucun frais, des matières premières africaines, de se servir des devises africaines pour combler ses propres déficits budgétaires, de payer ses propres dettes et d’assurer son propre développement pendant qu’il freine sciemment l’industrialisation de l’Afrique !

Des volontés africaines de fer en action

En réalité, le système cfa est encore plus vicié et plus vicieux que l’on ne pense. Il faut, de fait, savoir qu’en dehors de la déclinaison générale de « franc des communautés des Etats d’Afrique », le sigle cfa se décline également des façons suivantes : « coopération financière en Afrique centrale » pour la Cemac (soit zone Beac), et « communauté financière africaine » pour l’Uemoa (soit zone Bceao). Quelle cohérence ?! Cependant, des voix se font, de plus en plus, entendre pour la suppression du franc cfa. Ces voix émanent de personnes d’autorité, parmi lesquelles on compte de façon inattendue un président africain : Idriss Déby (président du Tchad ; qu’attendent les autres présidents africains pour le soutenir en exerçant une pression collégiale sur la François Hollande ?!), Nicolas Agbohou (professeur d’économie et citoyen de la Côte d’Ivoire) Kako Nubugpo (économiste et ancien ministre togolais), Martial Ze Belinga (Camerounais), Demba Moussa Dembélé (Sénégalais) et plusieurs autres encore.

Pourvu que ça dure et que ça porte !

K.D.W.

En savoir plus sur http://www.mamafrika.tv/blog/afrique-economie-le-franc-cfa-un-systeme-financier-francais-pour-le-maintien-du-sous-developpement/#dKfw3LvoKEQFGEZZ.99

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,