Aller à…
RSS Feed

29 octobre 2020

Quand l’assurance maladie devient une arme contre les Palestiniens


Rapport

Quand l’assurance maladie devient
une arme contre les Palestiniens

CPI


Photo: CPI

Samedi 16 janvier 2016

Al-Quds occupée (Jérusalem) – CPI

Hadj Saïd Attiya Hossein, 66 ans, porte des piles pour réguler le rythme cardiaque et de fortes souffrances. En fait, l’opération à cœur ouvert qu’il avait subi n’a pas connu le succès escompté.

Récemment, il est allé voir la clinique où il fait habituellement ses examens et reçoit ses soins médicaux. Ce centre est dirigé par le bureau sanitaire israélien.

En arrivant au centre, il a eu une très mauvaise surprise. Le médecin l’a informé qu’il n’avait plus l’assurance maladie, qu’il ne pourrait plus être soigné ni dans cette clinique ni dans aucun autre centre israélien, qu’il n’aurait d’autre choix que d’aller se soigner chez les privés, bien que le hadj Hossein soit un habitant de la ville d’Al-Quds et réponde à toutes les exigences des occupants sionistes.

Sa femme en a immédiatement informé l’avocat de la famille. Le bureau israélien de l’assurance maladie leur a notifié que le hadj Hossein et sa femme ne sont plus assurés, sous prétexte qu’ils n’habitent plus dans la ville occupée d’Al-Quds (Jérusalem).

C’est un mensonge, dit la femme. Ils habitent dans le quartier de Kafr Aqeb, au nord de la ville d’Al-Quds, depuis plus de seize ans. Ce quartier se situe à l’intérieur des frontières de la municipalité d’Al-Quds. De plus, la famille paye la taxe foncière régulièrement, ainsi que toutes les factures d’eau et d’électricité. La famille pourra donc présenter tous ces papiers pour contrer leurs fausses allégations.

Le problème est urgent, l’homme est très malade ; même ses reins commencent à mal fonctionner. Il a besoin de purger son corps et réguler les piles de son cœur.

Les occupants sionistes font fi de son état de santé, le privent de ses droits, bien qu’il soit régulier et paye mensuellement les cotisations de l’assurance maladie.

Désormais, il ne peut se procurer le médicament qu’il a besoin de prendre quotidiennement pour son cœur malade. Il ne peut l’acheter de sa poche. Sa poche est pauvre, chers sont les médicaments, environ 500 shekels.

L’objectif réel des occupants !

Hadj Hossein n’est pas le seul à avoir vu son assurance maladie suspendue. Plusieurs Palestiniens ont eu le même traitement. Un petit regard sur leurs noms, on constate qu’il s’agit de ces Palestiniens interdits d’entrer dans la sainte mosquée d’Al-Aqsa, à l’instar de Mme Hanadi Al-Halwani.

Mme Hanadi ne comprend toujours pas pourquoi les occupants sionistes ont suspendu son assurance maladie, sinon pour une raison politique. « Ils veulent nous chasser de la sainte mosquée d’Al-Aqsa pour qu’ils en profitent, ainsi que leurs colons », dit-elle. Ils font cela parce qu’elle habite depuis de longues années dans le quartier de Wadi Al-Joz de la ville d’Al-Quds. Avec l’assurance maladie, les occupants sionistes veulent abattre les défenseurs de la sainte mosquée d’Al-Aqsa, un moyen parmi tant d’autres.

La politique d’expulsion

Ziyad Al-Hamouri est le directeur du centre d’Al-Quds pour les droits économiques et sociaux. Il remarque que couper l’assurance médicale fait partie d’une politique sioniste destinée à expulser les habitants originaires de leur ville.

En fait, les occupants sionistes ne considèrent pas les Palestiniens comme citoyens de la ville, mais des résidents de qui ils peuvent retirer la carte d’identité pour un oui ou un non.

C’est une guerre démocratique. Les occupants sionistes veulent vider la ville sainte des habitants qui y étaient à l’origine. Leur projet serait de baisser le niveau des Arabes dans la ville de 38% à 20% en 2020.

Al-Hamouri appelle les responsables de l’autorité palestinienne et du département de la ville d’Al-Quds à assumer leurs responsabilités et à soutenir leur résistance, à consacrer plus de finance à la ville d’Al-Quds, plus de ce malheureux 1% actuel de leur budget.

Les rapports du CPI
Le dossier Hamas
Le dossier soulèvement octobre 2015
Les dernières mises à jour

Source: CPI
http://french.palinfo.com/…

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,