Aller à…
RSS Feed

23 octobre 2020

CHRONIQUES AFRICAINES


CHRONIQUES AFRICAINES

19/01/2016

MamAfrika TV | Par K.D.W.

Congo. Dans le Nord-Kivu, 14 personnes appartenant à la communauté nande, ont été tuées dans le village de Miriki (localité de Lubero). Armés de machettes, les assaillants ont sévi nuitamment et ont fait près d’une vingtaine de morts et d’une dizaine de blessés. L’attaque est attribuée à la milice hutu rwandaise des Fdlr, bien que la zone soit sécurisée par les Fardc et la Monusco ! Il semble que la raison de cette tuerie vient du refus des chefs nande, opposés au retour des déplacés hutu congolais qu’ils accusent de connivence avec les troupes du Fdlr. Le nom qui revient souvent et de toute évidence, n’est-il pas celui de Paul Kagame ? Ici, n’est-il pas, constamment, question des Banyamulenge et des ressources du Kongo convoitées par le Rwanda, entre autres pays prédateurs ? Pourquoi cette interminable agression sur le Congo-Lumumba ?!

image: http://cdn.stickyadstv.com/prime-time/intext-roll-ad-message-fr.png

>>> Suivez-nous sur Facebook

>>> Suivez-nous sur Twitter 

Burkina Faso. Le vendredi 15 janvier, au soir, une attaque est perpétrée par Aqmi/Almurabitun de Mokhtar Belmokhtar sur le Splendid Hotel de Ouagadougou, le café-restaurant Le Cappuccino et l’hôtel Yibi. Ces complexes sont situés au centre de la capitale à proximité de l’aéroport. Le Splendid est très fréquenté par les Occidentaux et les personnels onusiens. 19h30 gmt, un groupe de 4 personnes arrive en 4×4 et lance les assauts. Vers 1h30 gmt, assaut des forces spéciales burkinabè, françaises et américaines. Vers 9h, fin de l’intervention des forces spéciales. Bilan : 176 libérés, 18 nationalités, une trentaine de blessés, 29 morts, 4 assaillants tués (Côté Splendid) et une dizaine de corps sans vie trouvée sur la terrasse de Le Capuccino (à déduire des 29 victimes). Auparavant, une attaque contre un convoi de gendarmerie a eu lieu, dans l’après-midi du même jour, au nord à la frontière avec le Mali. Elle a fait 2 morts. Pourquoi le Burkina et pourquoi maintenant ? Cette agression a-t-elle un lien avec la destructuration du Rsp, la capture de Diendéré et le mandat contre Compaoré ? Est-elle simplement une tentative d’affirmation de la part d’Aqmi/Murabitun par rapport à Daesh, profitant des faiblesses du « nouvel » Etat burkinabè, essayant de créer un axe régional de la terreur suite à ses précédentes attaques, dont celle du Mali ? Pourquoi ce groupe continue de progresser en Afrique ?

Cameroun. Un nouvel attentat-suicide, dans l’Extrême-nord du pays, a fait 6 victimes (parmi lesquelles 2 blessés) dans une mosquée. Une attaque précédente et similaire (cinq jours avant), avait fait 12 morts. Le village de Nguetchewe touché, est situé à la frontière du Nigeria, dans une région régulièrement ciblée par Boko Haram. Ce groupe a déjà causé la perte d’environ 1200 âmes au Cameroun depuis 2013 (date du début de ses exactions sur le territoire camerounais) selon le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary. Il faut dire que depuis le renforcement de la ceinture sécuritaire et l’offensive de la coalition formée par le Nigeria, le Niger, le Tchad, le Bénin et le Cameroun, le nord de ce dernier a cessé d’être une base-arrière pour les jihadistes nigérians. Mais Comment Boko Haram réussit à tenir le coup, malgré les efforts consentis dans l’optique de sa désintégration ? Pourquoi menace-t-il sans cesse le Cameroun ? Qui reproche quoi à l’Etat camerounais ?

Ali Bongo. Les réflexions irresponsables de Manuel Valls à l’égard du président gabonais, sont évidemment inadmissibles, de la part d’un Premier ministre en exercice. Il ne s’agit pas de savoir si Ali Bongo fut bien ou mal élu, il s’agit de respecter le choix dès lors que le pays l’a intégré, au risque de créer la destabilisation du pouvoir. La réaction de Libreville est de fait justifiée : indignation unanime du pouvoir et de l’opposition (bien qu’il y ait quelques voix pour qui l’occasion fait le larron), rappel de l’ambassadeur gabonais en mission en France, convocation de l’ambassadeur français en mission au Gabon. Pour quelles raisons, depuis l’arrivée des socialistes au pouvoir, il y a mésentente entre Libreville et Paris ? Quel est le but recherché par Matignon, en lançant de telles « incongruités irresponsables », sachant que le contexte est encore tendu entre les deux capitales ? Les échéances électorales gabonaises s’approchant à grands pas, y sont-elles pour quelque chose ?

Sassou Nguesso. Après le référendum, les élections. Denis Sassou Nguesso doit-il rester ou partir ? Telles sont les questions qui se posent et qui opposent les uns et les autres, au pays de Marien Ngouabi. Que cherche Sassou Nguesso ? Pourquoi la retouche de la constitution qu’il a opérée, ne fait pas autant de bruit du côté de Paris, sachant que l’Elysée joue la « vigilance » dès qu’il s’agit de constitutions dans certains pays, africains en l’occurrence ? Pourquoi Sassou anticipe-t-il les élections présidentielles en prenant ainsi de court l’opposition congolaise ?

Guillaume Soro. Un mandat d’arrêt international est émis par le Burkina, contre le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Soro. Ce dernier est accusé d’avoir soutenu le coup d’Etat manqué du général Gilbert Diendéré, perpétré le 17 septembre 2015 à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Des enregistrements renfermant un entretien supposé entre l’ancien ministre burkinabè des Affaires étrangères, Djibril Bassolé, et Guillaume Soro, sont supposés confondre le parlementaire ivoirien. Deux enregistrements téléphoniques à travers lesquels on entend deux hommes faire allusion à un soutien financier au général putschiste. Ce mandat a été émis le 8 janvier, par la justice militaire burkinabè qui saisit Interpol (Organisation internationale de police criminelle). Les accusés nient et parlent de manipulation. La situation n’exige-t-elle pas une entrevue entre les deux présidents Ouattara et Kaboré ? La chute de Gbagbo, soutenue par Compaoré, Compaoré mis à l’abri par Ouattara et Soro soupçonné d’aider au retour de l’ancien système… Telles sont les analyses qui font présentement échos au sujet des relations ivoiro-burkinabè

Tant d’autres questions restent à poser, alors faites votre opinion

K.D.W.
En savoir plus sur http://www.mamafrika.tv/blog/chroniques-africaines-rdc-burkina-faso-cameroun-gabon-congo-cote-divoire/#HQRgKXWzkuI5Pc1M.99

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,