Aller à…
RSS Feed

31 octobre 2020

L’intervention miliaire en Libye, un «fiasco»


«Oui, c’est un fiasco et un chaos»,

L’intervention miliaire en Libye, un «fiasco» selon Juppé

Par Hakim Megatli | 02/02/2016

17963ebcb634f05ab94ba3dccd8ebbd9_LLe maire de Bordeaux et néanmoins candidat aux primaires socialistes à la présidentielle française, Alain Juppé a fait ce matin à Alger son mea culpa au sujet de l’intervention militaire de la France et ses alliés de l’OTAN en Libye. Juppé a fait ces aveux devant des journalistes algériens qui l’ont interrogé alors qu’il fut le chef de la diplomatie française. «Oui, c’est un fiasco et un chaos», a-t-il reconnu, bon joueur contrairement aux autres responsables français notamment Nicolas Sarkozy qui se vante à ce jour d’avoir «libéré» la Libye de Kadhafi.

Au-delà de la rectitude morale et de l’éthique politique dont a fait preuve Juppé en reconnaissant que ce fut une erreur d’avoir installé le chaos en Libye, cet aveu, tardif il est vrai, souligne à grands traits la politique des puissants de ce monde qui se permettent de se jouer du sort des millions de personnes et peut être pour des décennies. Et pour cause, la France était en 2011 aux avant poste de l’attaque des alliés de l’OTAN contre la Libye en proie à un conflit interne entre le régime de Kadhafi et des dissidents hétéroclites qui ne possédaient aucun agenda.

Malheureusement, ce pays a été mis à genoux par les bombardements de l’OTAN qui ont détruit toute ses infrastructures et provoqué une guerre civile qui dure depuis cinq ans. L’armée française par l’entremise des va-t-en guerre Sarkozy et son ami BHL, a envoyé un déluge de feu sur la Libye avant de l’abandonner à son funeste sort.

Aveu

Alain Juppé a tenté cependant de se défiler en faisant remarquer que cette intervention s’était faite dans «un contexte de Printemps arabe», où «les peuples demandaient une instauration de la démocratie». Et Juppé de d’ajouter : «On nous reprochait à l’époque, nous, grandes puissances, de soutenir les dirigeants». Ce qui est tout à fait vrai puisque sa collègue de la défense d’alors, Michelle Alliot Marie, proposait des bombes lacrymogènes et des matériels  anti émeutes pour mater les jeunes révoltés en Tunisie.

Aussi, le président Sarkozy avait même autorisé le colonel Kadhafi d’installer son immense tente au palais de l’Élysée moyennant un gros chèque pour financer sa compagne électorale. Cela dit, un péché avoué et à demi pardonné et Alain Juppé a eu l’honnêteté de reconnaitre son erreur. Sera-t-il prés à cautionner la réédition de cette expédition punitive aujourd’hui qu’on parle de nouvelles frappes contre la Libye ? «Je ne crois pas à une intervention militaire, mais je crois, comme en Syrie, qu’il faut trouver une solution politique». Oui, mais qui va payer les pots cassés en Libye ? http://www.algerie1.com/actualite/lintervention-miliaire-en-libye-un-fiasco-selon-juppe/

PRÉSENCE DES FORCES MILITAIRES ÉTRANGÈRES EN TERRITOIRE LIBYEN

L’Algérie dit non!

Par Ikram GHIOUA – Mardi 02 Fevrier 2016
Un pays déchiréUn pays déchiré.Elle refuse toute implication dans les conflits qui se développent à ses frontières.

La progression de Daech inquiète les leaders africains : L’UA s’implique enfin dans la crise libyenne

L’Union africaine (UA) dit ne pas croire pour le moment à une solution militaire à la crise libyenne l Pour les dirigeants africains, cela compliquerait davantage la donne.

Une réponse “L’intervention miliaire en Libye, un «fiasco»”

  1. Ginette Hess Skandrani
    5 février 2016 à 1 h 11 min

    Bonsoir à tous et à toutes,

    Attention ! Alain Juppé, qui guigne, comme tant d’autres,
    la présidence de la république, fait « le coup des regrets ».
    Et France Irak Actualités publie !…
    « Juppé a fait ces aveux devant des journalistes algériens
    qui l’ont interrogé alors qu’il fut le chef de la diplomatie française.
    « Oui, c’est un fiasco et un chaos », a-t-il reconnu, bon joueur
    contrairement aux autres responsables français
    notamment Nicolas Sarkozy qui se vante à ce jour
    d’avoir « libéré » la Libye de Kadhafi. »
    Et c’est un Algérien qui relaie… C’est le comble de l’ignominie !

    Alain Juppé a dit cela… en Algérie.
    À la place des Algérien(ne)s, je ne m’en laisserais ni compter ni conter…
    Cet article signé
    « (par Hakim Megatli – Algérie1.com – 2/2/16) »
    serait-il destiné à réhabiliter Alain Juppé ?
    Par ailleurs, je constate que la phrase
    « Juppé : l’Algérie « a eu une attitude ambiguë » sur la Libye
    annonçant la vidéo (sous l’article)
    déplace la responsabilité de la France sur l’Algérie, pays voisin. Ben voyons !

    L’expression exacte est « beau joueur ».
    Je crains que le terme « bon joueur » utilisé dans ce texte,
    ne soit pas de très bon goût lorsque cette guerre, lancée par la France,
    et qui n’a rien d’un jeu vidéo (je veux dire d’une guerre dans l’imaginaire),
    a fait des dizaines de milliers de mort(e)s, des handicapé(e)s, des blessé(e)s,
    des disparu(e)s en mer, et laissé des souffrances psychiques sans nom.

    Dans les faits, je me rappelle que,
    doublé dans les annonces à la population française par le sioniste BHL,
    Alain Juppé s’est précipité à l’ONU.
    C’est lui qui a décroché, par un discours de guerre,
    l’autorisation de l’ONU de faire la guerre contre la Libye.

    En dehors de lui,
    quelques très rares personnes, ici et là, à la radio,
    – tout en réaffirmant que Muammar Gaddhafi était un dictateur –
    font semblant de regretter cette guerre. Pourquoi ?
    Seulement parce qu’elle donne des vagues de migrant(e)s
    de l’Afrique vers l’Europe.
    Et que ces migrant(e)s ne viennent pas en France, par exemple,
    avec une fortune dans les poches et sur le compte en banque.

    Voilà !
    Permettez que je vous dise que tous ces salopard(e)s
    ne sont nullement intéressé(e)s par la vérité
    et qu’ils-elles continuent à distiller le mensonge.
    Et ces gens-là – notez bien -, leurs élucubrations sont relayées
    par de nombreuses personnes qui prétendent se tenir
    en dehors des médias mainstream.

    Je ne vais jamais voter et j’en suis fière.
    Ma voix est trop précieuse pour que je la donne
    à des imbéciles (de l’extrême droite à l’extrême gauche,
    de l’extrême gauche à l’extrême droite) qui l’utiliseraient
    pour faire du chômage, des guerres, des malheurs sans nom
    dans les peuples, de France et du monde.

    Amicalement,
    Françoise

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,