Aller à…
RSS Feed

24 octobre 2020

Selon Le Parisien, la « coalition internationale » prépare une intervention au sol contre la capitale de l’ « Etat Islamique ».


 

  • # SYRIA COMMITTEES/ ALERTE ROUGE SYRIE/ LA ‘COALITION’ PREPARE UNE
    OFFENSIVE CONTRE RAQQA !
    Fabrice Beaur pour SYRIA COMMITTEES/
    Avec PCN-SPO – SANA/ 2016 02 07/
    https://www.facebook.com/syria.committees
    https://www.facebook.com/suriye.komitesi
    http://www.syriacommittees.org/
    Selon Le Parisien, la « coalition internationale » (traduisez l’OTAN et les pays du Golfe)
    prépare une intervention au sol contre la capitale de l’ « Etat Islamique ».
    En voilà, une bonne excuse pour envahir la Syrie !
    Parce que pour intervenir sur le territoire d’un Etat souverain, il faut son accord. Et la
    République arabe Syrie avec comme président Bashar al-Assad, que cela plaise ou non aux occidentalistes, est toujours un Etat siégeant à l’ONU.
    Toute intervention sans passer par le cadre de l’ONU et sans l’aval de Damas serait une violation du Droit international.
    Bon, ce n’est pas que cela puisse nous surprendre vu tous les précédents des interventions US et occidentales (Yougoslavie, Irak, etc…). Mais, ici, en Syrie, il y a un gouvernement qui a autorisé deux pays à intervenir : la Russie et l’Iran. Eux et eux seuls ont donc la légalité et la légitimité d’intervenir en Syrie pour lutter contre les terroristes islamistes.
    Oui, je parle de légitimité. Car jamais à la différence de Riyad, de Doha et des principaux pays de l’OTAN (USA, France, UK, Turquie, etc.), la Russie et l’Iran n’ont soutenus directement ou indirectement les forces extrémistes en Syrie.
    Une intervention directe de troupes de l’OTAN poserait à un moment la problématique du contact avec les forces de l’Armée syrienne et des forces iraniennes. Sans compter l’aviation russe.
    Il se dit que les USA (car ce sont bien eux à la manœuvre) veulent s’appuyer sur les
    combattants kurdes des YPG.
    Mais dans ce cas, la réaction du régime d’Erdogan en Turquie pourrait être un danger pire que Daesh. Quand on voit les agissements du gouvernement turc de ces dernières semaines et tout particulièrement de ces derniers jours, nous ne pouvons que nous poser des questions.
    Car c’est de la sagesse et de l’intelligence qu’il faut dans cette région pour résoudre toute une série de problèmes actuels comme passés. Et non pas ouvrir d’autres fronts militaires sans aucune coordination avec tous les acteurs sur le terrain et surtout sans l’aval de Damas. Ce qui ne pourrait aboutir qu’à la partition de la Syrie. Ce qui ne manquerait pas de produire un effet domino sur tous les autres pays de la région. Je pense bien évidemment à l’Irak mais également à la Turquie en elle-même.
    Et il n’y a que les imbéciles qui peuvent croire que cela s’arrêtera seulement là.
    Fabrice Beaur (Фабрис Бэор)
    https://www.facebook.com/beaur.fabrice
    _________________________
    https://www.facebook.com/syria.committees

 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,