Aller à…
RSS Feed

25 octobre 2020

Les sites historiques d’Orta face aux convoitises sionistes !


Rapport

Les sites historiques d’Orta face
aux convoitises sionistes !

CPI


Photo: CPI

Samedi 6 février 2016

Naplouse – CPI

Le village d’Orta se hisse comme un musée à ciel ouvert. Une douzaine de sites historiques l’ornent de toutes parts. Pour cette raison, les occupants sionistes font tout pour le voler, l’extorquer, le falsifier, changer ses aspects islamiques, le judaïser, en faire un champ libre pour leurs colonies et leurs agissements.

Le village d’Orta se trouve à 8 kilomètres au sud-est de la ville de Naplouse. Un petit chemin de 2 kilomètres le relie à la route principale Naplouse-Quds. En 2013, quelque 14 mille personnes y habitaient.

La terre des stations

L’histoire du village d’Orta remonte à bien avant l’ère chrétienne. Il est connu surtout comme un village cananéen. Il est habité depuis l’empire byzantin, jusqu’à nos jours, en passant par la période islamique dont l’époque ottomane.

Dans la période entre le quatrième siècle et le douzième siècle, le village d’Orta était le centre de la secte samaritaine.

Le village abrite plusieurs stations religieuses. Il y a le cimetière de Sabaoune (Soixante) Cheikhs où on croit que quelque soixante prophètes ou cheikhs sont enterrés. Il y a aussi les stations du cheikh Az-Zaghbi, du cheikh Sarour, du cheikh Al-Ajmi, la tombe de Josué, entre autres.

Sami Ouad, président du conseil du village d’Orta, a confié au correspondant de notre Centre Palestinien d’Information (CPI) ses inquiétudes. Le problème, c’est que les Palestiniens ne peuvent restaurer ces stations historiques, étant sous domination sioniste. Il faut leur donner beaucoup d’attention, afin qu’elles puissent faire face aux occupants sionistes qui font tout pour falsifier leur histoire.

La plupart de ces centres historiques ont été bâtis ou restaurés après la victoire de Saladin dans ses guerres, surtout dans la période mamelouke.

Falsifier les sites historiques

Hamza Diriya, chercheur dans les sites historiques du département de Naplouse, confirme au correspondant du Centre Palestinien d’Information (CPI) que tous ces sites réaffirment la nature islamique du village d’Orta. La construction, les arches, les dômes, les mihrabs de l’époque mamelouke la confirment.

Depuis leur occupation, les sionistes cherchent des sites historiques pour les falsifier et pour leur donner des noms hébraïques, pour voler ou briser les écritures et les décorations islamiques, comme c’était le cas du site de Sabaoune Cheikh.

Prétexte pour agressions

Le village d’Orta est le sujet d’agressions menées par les colons sionistes, surtout après minuits Protégés par l’armée de l’occupation sioniste, ils se permettent toute agitation.

Mohammed Amin Qawariq, un habitant du village, précise que les colons sionistes viennent à une heure ou deux heures du matin. Ils ferment les rues. S’ils trouvent une voiture palestinienne, ils la détruisent. Et toute maison qui ose allumer un éclairage, ils jettent sur ses fenêtres des pierres pour l’éteindre et pour faire peur aux habitants.

Le Palestinien Ahmed Ibrahim Aouad habite non loin du site Al-Mofaddal. A cause des colons sionistes, il ne peut dormir tranquille la nuit. Il se déplace d’une fenêtre à une autre pour protéger ses enfants, de peur de voir se répéter le crime commis contre la famille de Douabcha.

Sami appelle le conseil du village à protéger ces sites, sur le niveau populaire et officiel, à faire barrage aux tentations de l’occupation sioniste de faire des points coloniaux entre les maisons palestiniennes, à l’instar de la ville d’Al-Khalil.

Finalement, le village d’Orta est devenu un champ de bataille entre l’histoire arabo-islamique et l’histoire hébraïque falsifiée. L’histoire arabo-islamique a besoin de plus de protection contre la convoitise sioniste, comme partout en Palestine d’ailleurs.

Les rapports du CPI
Le dossier Hamas
Le dossier soulèvement octobre 2015
Les dernières mises à jour

Source: CPI
http://french.palinfo.com/…

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,